PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mardi 19 juillet 2016

J20 : 5 manières de faire de l'alpinisme sans sortir de chez vous

Hier soir, HotSpot-Evier-Vêtements : CHECK.
et Decent Hour, ça en est où ? (vous pouvez tout me dire)
Ce matin : Préparée de la tête aux pieds, CHECK !
    Fait nos lits, CHECK !
          Prose flyladyesque, CHECK !
                tué du nain, CHECK !
                    Hot Spot CHECK !
                        Room Rescue CHECK !
                               Désencombrement CHECK !
                                      relu nos post-it / Control Journal CHECK !

Allez les copines, aujourd'hui on chausse nos pataugas (eh, ça tombe bien, c'est des chaussures à lacets) pour s'attaquer au
Babystep n°20
Attention ça casse!
Introduisez la gestion du linge dans vos routines quotidiennes

Attendez !
Aujourd'hui on parle...
Du linge ?
Mais alors pourquoi ce titre accrocheur parlant d'alpinisme ?

A. N'importe quoi, tant que je fais de l'audimat
B. Pari perdu avec une copine
C. Confusion, ça devait être pour un autre blog où je donne des conseils sportifs (pfrrrrrtttttt huhuhuhuhuhuuhu - nan mais faut l'dire vite et ça passe)

eh bien
D. La réponse D


A savoir, parmi les termes flyladish dont vous vous régalez depuis un bout de temps maintenant, il y en a un que je trouve quand même très évocateur : Mount Washmore.
Traduit littéralement, ça donnerait le Mont Laveplus.
Étant inspirée aujourd'hui, je traduirais cela en Mont Qui-Lave-Plus-Blanc, clin d’œil extrêmement bien trouvé et dont vous êtes priées de vous esbaudir bruyamment.
Fermez un instant les yeux. Hum, ça ne vous évoque pas cette moooontagne de linge que vous vous coltinez parfois, cette avalanche jamais terminée de linge dans tous ses états (sale, mouillé, sec, froissé, machin ?) et qui menace d'engloutir le peu de santé mentale qui vous reste ?

Donc voilà, aujourd'hui il s'agit de faire en sorte que Mt Washmore soit maîtrisé au quotidien.
Eh, franchement, c'est pas une illustration bien trouvée [ici], ça ?

Et pourquoi 5 manières ?

Parce que, dans son explication détaillée sur la gestion du linge, Flylady distingue justement 5 étapes dans le cycle du linge (oui, c'est l'instant où, pétrifiée, vous réalisez que je vous ai épargné le Roi Lion et ... "c'est l'histoaaaare de la viiiie ! Le cycle éterneeeeeheeeel..." pourtant ça aurait bien collé aussi)
L'alpinisme à domicile, la conquête de Mount Washmore, se fait donc en 5 étapes:
  1. trier
  2. laver
  3. sécher
  4. plier
  5. ranger
Certaines étapes sont plus problématiques que d'autres, mais un raté à l'un de ces points, et c'est toute la mécanique qui s'enraye :
  • on n'a pas le temps ou le courage de lancer une machine car trier 1m50 de linge ça intimide,
  • on se retrouve avec du linge qui moisit dans la machine faute de place pour étendre,
  • du linge qui se froisse dans les corbeilles faute de temps pour le plier,
  • des piles de linge plié qui se délitent faute de les avoir rangées à leur place.

La solution de Flylady à cela ?
  • N'entamer un nouveau cycle qu'une fois le précédent terminé, et 
  • donner à chacune de ces 5 manières d'escalader Mount Washmore sa place attitrée dans nos routines quotidiennes.

Concrètement :
En son temps, une rapide analyse du sujet m'avait permis d'identifier déjà un point essentiel, qui m'a guidée pour l'établissement de la routine linge : rien de pire pour moi que de devoir étendre (ou plier, dans une moindre mesure) du linge une fois le dîner passé.
  • Le risque que le linge humide passe la nuit en boule dans la machine ou au fond d'une corbeille en était démultiplié,
  • ma mauvaise humeur si je me collais quand même à l'étendage assurée,
  • la qualité dudit étendage et donc du travail de défroissage fortement compromise.
  • et accessoirement, ça tuait ma routine du soir naissante en pompant toute l'énergie encore dispo à cette heure de la journée
Chez moi, ça donne donc
- routine du soir : trier et préparer la lessive (j'ai une minuterie donc je la fais démarrer de nuit histoire qu'elle termine au petit matin et n'attende pas des heures que je vienne l'étendre)
- routine du matin : détendre, plier, ranger immédiatement le linge de la veille, puis étendre la lessive fraîche. Je me fixe comme objectif que tout ceci soit effectué avant le déjeuner. Le seul point qui est éventuellement décalé à ma routine de début d'aprèm est le rangement de certaines piles.
Bref, merci à Flylady because avant j'étais du genre à délaisser ma machine pendant 15 jours. J'ai  même des souvenirs  assez nets, du temps de notre vie parisienne, de passages éclair au Monoprix du coin pour racheter en catastrophe des sous-vêtements, histoire de pouvoir en mettre des propres le lendemain.

Je m'étais sensiblement améliorée avec la naissance de F., grâce à l'effet couches-lavables (laisser des couches sales mijoter 15 jours avant de s'y attaquer ? Impensable, et ce n'est même pas une histoire de stocks, là), cumulé avec "mon bébé fait du reflux mais j'ai pas non plus 36 tenues par taille à lui mettre".
Mais y avait quand même encore beaucoup de marge de progrès : OK, le linge était lavé et séché, mais alors, avant qu'il soit plié et rangé... Mes corbeilles à linge servaient de placards.
Pour m'aider là-dedans... peu de temps après notre déménagement, j'ai bazardé toutes mes corbeilles à linge sauf une : du coup, pas moyen de détendre le linge sec et de l'y mettre "le temps de" étendre la lessive suivante.
  • Ça me change de ma maison normande dans laquelle des corbeilles pleines de linge en attente m'accueillaient dans toutes les pièces.
  • Je n'ai plus à entamer de fouilles archéologiques dans ces corbeilles à la recherche d'un pantalon propre / du T-Shirt que je souhaiterais mettre.
Quelques remarques complémentaires
  • il n'est pas dit que ce soit une seule et même personne qui doive se farcir les 5 étapes. C'est là je trouve un des intérêts de cette distinction, c'est que celle-ci facilite la sous-traitance:
    • on peut déléguer le tri du linge à chaque personne du foyer, avec un peu de pédagogie et plusieurs bacs à linge,
    • on peut charger une personne d'étendre, l'autre de plier.
    • J'ai même trouvé intéressante la mention qu'au fond, on peut déléguer très vite tout le cycle aux enfants... de ce que j'ai lu à droite à gauche certaines familles confient à leurs enfants, dès l'âge de 5 ans, le soin de gérer eux-même leur propre linge en leur donnant l'accès à la machine un jour précis dans la semaine (pas testé, mais ça m'intrigue. Bon, je suppose que ça demande des lingettes anti-déteinte... bref, j'en suis pas là, mais si vous si, dites dites !)
  • l'objectif est d'ancrer cela au quotidien, de faire de la gestion du linge une habitude, un truc-sans-douleur;
    • peut-être la quantité de linge à gérer ne justifie-t-elle pas forcément une lessive par jour ? dans ce cas, il s'agit d'étaler les étapes de telle manière que le boulot se répartisse sur chaque jour: le créneau lessive du lundi permet de remplir la machine et de la programmer, celui du mardi sert à la vider, celui du mercredi à la plier et ranger, et hop, jeudi on recommence. Le réflexe de "gérer le linge" est donc bien présent au quotidien.
    • De la même manière, moi qui ai globalement besoin de 5 lessives hebdomadaires sauf circonstances particulières, hop, mon créneau "lançage de lessive du soir" est en fait un créneau où je vais mettre le nez dans mes bacs à linge. Je peux l'en sortir en ayant déterminé "ah bah, trois chaussettes qui se battent en duel et c'est tout, donc rien à lancer ce soir" (le gros kif !! voir le fond de son bac à linge !), mais chaque soir me voit quand même bouger mes petites fesses vers mon bac à linge.
  • si le temps de séchage d'une lessive est supérieur à l'écart idéal entre vos lessives, mon conseil serait de gérer alors deux rythmes distincts : l'étendoir de la lessive lancée la nuit ne sert que pour celle-ci, sa panière aussi, et le matos de la lessive lancée juste après, le matin, idem.
  • bien entendu, les conseils Flylady en la matière ne s'appliquent que si vous avez un problème (c'est elle-même qui le dit) : si la gestion simultanée de plusieurs lessives ne vous cause aucun souci, si vous n'avez jamais été réduite à relaver une lessive qui a moisi au fond du tambour, si votre lot de repassage ne se trouve pas grossi par tous les trucs qui ont tellement attendu d'être pliés / rangés qu'ils en sont devenus importables en l'état... c'est que probablement c'est déjà dans votre routine naturelle, et bravo !
  • vous remarquerez qu'elle n'aborde pas ici le sujet du repassage.
    • Américaine jusqu'au bout des ongles, elle entretient une relation fusionnelle avec son sèche-linge, ce qui limite pas mal le boulot.
    • Et moi j'avoue, j'm'en fous : chez nous très très peu de choses ont le droit d'être repassées (les chemises de Monsieur Bout ; certains hauts et certaines jupes et robes chez moi, mais rares ils étaient, de plus en plus rares ils se font - à quoi bon repasser quand porter un enfant 2 minutes me chiffonnera tout ? ; aucune tenue des enfants), et le repassage est sous-traité.
    • A vue de nez j'imagine que par exemple, "sauter" une lessive et consacrer le moment, théoriquement dévolu au cycle normal, au repassage des lessives précédentes constituerait une piste... à vous de partager les solutions que vous avez trouvées / trouverez !
  • edit : durant ce 80%, la gestion du linge a plutôt bien tourné, et j'ai réalisé que le fait d'avoir planifié précisément les jours de lessive-à-60°C-car-couches-lavables (lundi soir, jeudi soir) m'avait bien aidée, ça amplifiait le côté automatique puisque là encore ça dispensait le cerveau de prendre une décision. Du coup je me pose la question de l'opportunité d'étendre ce fonctionnement à la semaine entière, par la mise en place d'une planification précise des lessives, en mode : lundi, blanc 40°C, mardi foncé 30°C, mercredi 60°C - couches, etc.

Allez, zou, c'est le moment de prendre votre Control Journal et de fourbir votre stratégie, en trouvant votre manière à vous de placer ces petites séances de sport de manière stratégique dans vos journées !

Moi j'ai une lessive à lancer
L'aventure continue demain...
> J21

22 commentaires:

  1. Tu as beaucoup de choses qui déteignent ? parce que moi franchement, je ne trie jamais clair/foncé (juste 40°/60°C) et j'oublie quasiment tout le temps de mettre une lingette anti décoloration... sans avoir eu de pbs
    (évidemment je me méfie pour les trucs neufs mais ça arrive rarement !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’avoue que je sépare toujours scrupuleusement blanc et clair d’un côté, foncé /vif de l’autre… de l’expérience d’autres personnes, j’avais retenu que le blanc finissait quand même par griser ou perdre de son éclat à la longue… sans compter les accidents pas si rares d’un truc qui finalement déteignait, et paf, le petit haut jaune clair qui prend une jolie couleur tirant sur le caca d’oie…

      Mais je suis ptet psychorigide ?

      Supprimer
  2. La lessive fait partie des cases à noircir dans mon BJ depuis un moment, parce que j'oublie vite que j'ai lancé la machine et comme je ne passe pas mon temps à surveiller la dite machine, prise par nos activités de la journée ou par de longues sorties, je me retrouve le soir à bourrer le sèche-linge entre la préparation du repas et le bain de fiston, voire à devoir relaver ce qui a moisi la journée. Stress de fin de journée, oups, ça ne va pas ! Surtout quand la dite lessive, ce sont les couches lavables, le séchage de nuit sur le balcon, c'est pas très efficace !

    Je vais profiter de Flylady pour modifier un peu ma routine, comme programmer la lessive le soir pour qu'elle soit finie quand je me lève. Comme ça, hop, je me mets en pyjama, je remplis la machine et le lendemain, je m'habille, je remplis la panière et je file avec dans la cuisine (lieu où trône le sèche-linge) et j'enchaîne sur la préparation du petit-dèj.

    Ca fait bien sur le papier, on va voir à l'usage avec la prise en compte du facteur "fiston de 3 ans" qui décrète chaque matin que les routines, c'est pour les nazes et que petit-déjeuner, c'est pour les faibles et qu'on a mieux à faire, comme construire des trains en duplos, des circuits de train ou tout autre activité plus passionnante que de se nourrir.
    En tout cas, c'est noté dans les routines. Ah, j'ai hâte d'être à ce soir !

    Je deviens addict, grave docteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ah oui c’est sûr pour les CL ! J’avoue que l’étendage le matin me réussit bien du coup, elles profitent à fond du soleil et blanchissent bien… et comme toi, la machine étant dans la cuisine c’est facile d’enchaîner rangement de cuisine – vidage de machine, et je ressors de la cuisine ma panière sous le bras.
      Pour le fiston : pas évident c’est sûr, bon l’avantage de la routine c’est qu’il peut s’habituer à ce que le matin, ce soit lessive… J’ai pas mal associé F. au truc, sans l’y obliger, mais du coup il sait qu’à ce moment, il peut 1. Etre avec moi en vidant la machine (c’est LE moment où il a le droit de TOUCHER AUX BOUTONS !!!), étendant les lingettes, etc 2. Etre avec moi en construisant ses duplos à côté 3. Jouer à autrechose et me récupérer 10 minutes plus tard.

      Mais hihihi pour ta hâte, moi aussi j’avais eu hâte de tester ce que ça donnait une fois plus structuré, et oui on devient addict, c'est un effet secondaire fréquent, ça fait du bien de dégommer un à un nos facteurs de stress, hein !?
      Tiens nous au courant ;-)

      Supprimer
    2. Bon, déjà pour ce matin, j'ai pas eu le bon timming. Mon programmateur de machine à laver ne propose que démarrage après 3/6/9 heures. Donc, faut que je calcule à quelle heure enclencher la chose tout en tenant compte de la durée du programme, car je n'ai aucune idée de la durée d'un cycle de coton ou de synthétique, pour que ça soit fini quand je me lève mais depuis pas trop longtemps pour pas que le linge humide moisisse dans le tambour (et que le bruit n'enquiquine pas les voisins).
      En fait, c'est hyper technique !

      Supprimer
    3. Ah mais tout à fait, ça a l’air de rien mais c’est hyper technique.
      Moi aussi avant j’avais une machine en 3/6/9 et sans que je sache combien chaque cycle durait. Là maintenant j’en ai une où je peux programmer à la demie-heure près, et où le temps de cycle (ou le temps restant si le cycle est en cours) s’affiche, et j’apprécie le confort !
      Toi ça va te demander un chouilla plus de temps pour trouver ton rythme / voir ce qui est le mieux en fonction de tes différentes contraintes, mais ensuite ! (eh, tu peux rajouter une page « temps de cycle de la machine » dans ton control journal… ;-) ). Car typiquement chez moi, cette histoire de temps de cycle inconnu a souvent joué un rôle dans le fait de 1. Laisser moisir une machine trop longtemps parce que j’ai finalement du partir avant qu’elle ne soit terminée ou 2. Différer inutilement une lessive par peur du n°1

      Supprimer
  3. Snif... Le seul truc que j'arrive à tenir c'est l'heure décente et bien malgré moi...
    Bon je vous explique, hier par exemple, il faisait une telle chaleur qu'il eut été indécent de ne pas profiter de la plage toute proche (et oui, j'habite au bord la mer). Donc sitôt les enfants récupérés à la crèche et chez la nounou, tout le monde saute dans un maillot de bain et c'est parti. (c'est quand même absolument génial de voir ses loulous sauter dans les vagues, rouler au riant dans le sable, grignoter des algues...). Retour à la maison à 20h : coucher de la petite qui a sombré dans la voiture épuisée des plaisirs de la plage, mais qui se réveille en hurlant et qui peine à retrouver le sommeil. Repas du grand, toilette du grand : il est 9h20 et le "grand" ne montre aucun signe de fatigue et aucune envie de se coucher. Repas des parents (sans dessert pour la maman trop sollicitée par un grand surexcité). Histoires pour le grand, coucher du grand. Là c'est long, très long, car il ne sait pas s'endormir seul. Je reste donc à ses côtés. Et après je ne sais plus, si ce n'est que quand j'entends sa soeur pleurer, il fait nuit, le papa est couché, je suis toute habillée, couchée à côté du lit du grand, je n'ai pas mangé mon dessert, je ne me suis pas brossé les dents, mon évier doit être resté en l'état : c'est à dire jonché de vaisselles sales qui trempent plus ou moins, le linge détendu en hâte entre le repas du grand et celui des parents est resté en vrac sur la table basse du salon, je n'ai pas préparé mes affaires du lendemain ni celle des enfants... Je prends ma petite sous le bras et m'endort avec elle à côté de moi. Je sais que le grand se réveillera encore une ou deux fois dans la nuit et qu'il faudra venir le rassurer pour qu'il se rendorme. Je sais que la petite tétera encore une fois dans la nuit. Je sais que dès demain matin, je vais courir et être un poil de mauvaise humeur (parce que je déteste laver les bols avant le petit déjeuner), que je vais devoir préparer vite vite une compote et un pot pour la petite, et que si j'arrive à me maquiller avant d'aller travailler et plier la machine toujours en vrac sur la table basse ça relèvera du miracle...
    Bon, il faut absolument que je m'achète un minuteur (honte à moi, je n'en ai toujours pas, je regarde l'horloge mais c'est pas pareil...). Et puis si certaines d'entre vous sont dans mon cas à savoir : des enfants dont le sommeil nécessite un long accompagnement, un travail à temps plein, l'envie d'être présente auprès de ses petits qui grandissent si vite, je veux bien vos conseils... J'ai tout misé sur flylady reboostée par Gwen, ma maison est en meilleure état (mais c'est surtout parce que ma chère petite maman est passée la semaine dernière) mais force est de constater que je suis loin, très loin de routines ancrées et d'un environnement agréable.
    Et je compte bien retourner à la plage ce soir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aie aie aie !
      Eh bien tu sais quoi ?
      Ma réponse est tellement longue que je la transforme en billet, car tes interrogations soulèvent d’excellentes questions que tu n’es sûrement pas la seule à te poser.
      Allez zou.

      Supprimer
  4. J'ai lamentablement échoué le "coucher plus tôt hier soir". La faute au Petit Chose (hein, non c'est pas ma faute). Je retente ce soir.

    Bon les filles, pour la lessive, faites comme moi : formez votre mari, faites lui une fiche et confiez lui les tâches, heu la tâche. Je ne m'occupe que de laver les rideaux, housse de canapé, coussins et tapis. Le reste, c'est lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, précision quand même, le Petit Chose de Daudet, pas autre chose... !

      Supprimer
    2. Enid : Flylady fait beaucoup de chose, je peux voir si elle s'est diversifiée là-dedans aussi... mais fait gaffe, elle en fournit ptet que des mauves !

      Crapaud Chameau : c'est toi qui le dis... Allons-nous te croire ? La hâte même avec laquelle tu te sens obligée de préciser rend tout cela très suspect.
      Mais bravo à vous deux !

      Supprimer
  5. Ah, et il faut que j'édite mon billet car un point que je voulais aborder m'est revenu subitement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant le dernier point, ici je fais :
      Lundi lessive linge courant
      Mardi lessive non urgente/couvertures/peluches/OLNI/autres
      Mercredi lessive linge courant
      Samedi lessive linge courant
      Dimanche lessive linge de lit

      Supprimer
    2. merki de ton retour; hum hum, donc une certaine planification mais point trop non plus... je vais creuser mâchonner encore un peu ce point.

      Supprimer
  6. Les lessives sont bien une des rares choses que je gère pas trop mal. J'ai 2 panières pour le sale (40 et 60) et j'apprends déjà à Léopoldine 4 ans dans peu à trier ses vêtements. (Et comme Clotilde, j'ai eu peu d'accidents de déteint, je me méfie juste pour le neuf mais comme c'est très très rare le neuf chez nous, ben il n'y a pas de problème). J'ai une panière en plus repliable pour la laine en hiver. Plus le saut à couches.
    Les couches sont prioritaire sur le reste. Et le rythme dépend du remplissage des paniers mais aussi du temps à cause du séchage. Mais bon avec 4 lessives par semaine ça va.
    Mon point négatif c'est le repassage !
    Donc mon paliatif : j'ai une étagère à la buanderie sur laquelle je Stoke le linge propre et bien plier et trier par personne. Comme celà si je n'ai pas le temps de repasser quelque chose il est facilement trouvable et surtout bien plié !

    Et pour Enid, le mari de crapaud chameau est exemplaire mais c'est un modèle rare.... Ici, il est passé de sa mère à sa femme pour la gestion du linge. Je lui apprends à trier le linge (enfin j'essaie !). Il a dit faire quelques lessives de couches (sans risques !). Et ne sait pas se servir d'un fer à repasser. Bref MON FILS SAURA !

    RépondreSupprimer
  7. Je dois dire que j'ai eu un peu de mal après notre déménagement il y a un an. Je suis passée de la salle de bain avec panières, machine et fils à linge dans une même pièce et table à repasser dans celle d'à côté à panières au 1er étage, machine au sous sol et fils soit au sous sol soit sur la terrasse au 1/2 palier... Donc descendre la panière de 2 étages (avec la puce de 3 ans dans les pattes et le petit de 7 mois dans les bras !) ( oui à cette époque je ne pouvais pas laisser la grande avec le petit car trop de risque d'agressivité). Lancer la machine. Remonter la panière ! Vider la machine. Sortir le séchoir sur la terrasse (1/2 étage toujours avec les loulous) étendre puis desétendre, ranger le séchoir et redesndre le panier de linge propre (toujours le 1/2 étage et toujours uns les loulous !). Remonter le linge au RDC pour le repassage et enfin ranger le linge !
    Bref une épreuve que la gestion du linge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha Vanou, je sens ta frustration envers ta BM… et je la rejoins !
      Le linge c’était pas top, bon, ayant été étudiant loin de ses parents, il savait faire fonctionner une machine, de là à étendre les choses correctement (ben oui, étaler les fringues sur 6 ou 7 fils c’est bien non ?), ou les défroisser avant… faut pas pousser non plus. Et au début de notre relation c’est moi qui lui ai appris à se servir d’un fer à repasser.
      Mais c’était surtout un handicapé total de la cuisine : la première fois qu’on a voulu faire des pâtes avec une sauce, il voulait tout faire cuire ensemble dans la casserole : l’eau (froide), les pates… la crème, et le fromage. J’ai entamé un long travail de remise à niveau qui a porté ses fruits : au quotidien c’est moi qui cuisine (car pour le coup j’aime ça), mais quand y a besoin / ça lui pète, il est aussi capable de prendre en charge.
      Et oui, ça incite à être prévoyante avec ses fistons ensuite : à 3 ans F. en sait déjà plus long que lui à son mariage je pense ;-)

      J’aime beaucoup ton palliatif au pb de repassage ! Ca me semble être du même acabit à mon « étagère à fringues entamées », avec le même résultat : on se retrouve pas avec plus de boulot qu’à l’origine faute d’un entreposage bien pensé.

      Je compatis +++ pour le déménagement, car j’ai expérimenté l’inverse : en Normandie, machine au sous-sol, certaines choses étaient étendues là, mais beaucoup (notamment les couches et les affaires de bébé, pour séchage plus rapide), montaient sécher au 1er étage. Avec panière à linge sale et notre chambre au RDC. En me retrouvant en appart avec tout sur un seul niveau, ça a puissamment aidé ! Car quitter la cheminée de mon salon pour descendre au sous-sol lancer une lessive les soirs d’hiver, ça motive moyen…

      Vos avis concordants sur la déteinte sont entendus, je verrai en temps utile… mais vos habits blancs restent vraiment vraiment vraiment blancs ?

      Supprimer
    2. Je ne saurais quoi te dire pour les blancs qui grisonnent ou restent blanc car mes blancs qui grisonnent sont plutôt les sous vêtements que je lave à 60 et quasiment qu'avec du blanc (ou du clair du moins). Les autres blancs que je lave à 40 me semblent encore blanc.
      Pour ma BM, ce n'est pas de la frustration (indépendamment qu'il n'a pas appris entre autre parce que c'était un garçon) c'est surtout qu'il est donc complètement dépendant. S'il m'arrive quelque chose, ce sera panique à bord. Car au quotidien avec son travail, il ne gèrerait de toute manière pas le linge.

      Supprimer
  8. Et en plus, tu n'as pas parlé des TAcHES À FROTTER ! Ou alors il n'y a que mes enfants pour faire des tâches sur leurs vêtements et sur les nôtres ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je frotte les taches juste avant de mettre les vêtements au sale. Sinon j'oublie, et la flemme de vérifier tout avant de mettre en machine

      Supprimer
    2. Ah non, non non non, j’vois pas, mes enfants ne font JAMAIS de tâches, pourquoi, vous si ? [mode total mytho on]
      Alors si, et en effet, on pourrait rajouter une 6ème étape mais 1. Ça tue mon titre 2. C’est une étape qui se positionne moins clairement, comme le montre d’ailleurs la réaction de Clotilde.
      Et chez moi par exemple, ça dépend : les couches sont détachées immédiatement (ou le plus tôt possible) après le méfait, puis mises dans le seau avec leur bonne grosse couche de savon au fiel de bœuf, car elles y resteront humides, et pour peu de temps. Pour les vêtements, pour lesquels les lessives sont plus espacées, je n’ai pas envie que la tâche à moitié détachée re-sèche (ne me demandez pas ce que je crains, j’ai pas envie, c’est tout, na), donc je m'efforce de les mettre un peu à part, et je les détache juste avant de laver (même si je suis pas toujours méga-motivée en effet) ; et couches ou pas couches, je fais gaffe à faire sécher les trucs tachés au soleil

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...