PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mercredi 28 septembre 2016

Vers une planification hebdo : la lessive

Le 20ème Babystep de Flylady est consacré à la lessive, il s'agit d' "abriter", dans nos journées, des créneaux spécifiques gestion du linge permettant la prise en charge du cycle entier.
A cette occasion, je m'étais posée la question de mettre en place un planning hebdomadaire des lessives, une pratique qui, comme les commentaires du billet susmentionné l'avaient mis en évidence, était déjà présente chez certaines d'entre vous.

Cela m'a encouragée, et zou, je me suis lancée dans l'aventure au retour des vacances (enfin, plus précisément, j'avais créé le planning avant notre départ, mais pour ne pas le respecter puisque je suivais un planning "compte-à-rebours avant de tout mettre dans les valises"). Bref, who cares ?
A mon sens, le bilan est à tirer sur 2 plans
  1. Intérêt, ou non, d'un planning hebdo des lessives
  2. Intérêt, ou non, de ce planning hebdo des lessives


Donc, le planning hebdo des lessives, bonne ou mauvaise idée ?
Excellente idée, mon cher Watson.
Je dois avouer que, si mes routines du matin roulent globalement assez bien depuis ma remontée en puissance, celles du soir sont... euh... comment dire.... très très légèrement plus négligées.
Pas taper, pas taper, pas taper !
Il n'empêche que si il y a un point de ma routine vespérale qui résiste dur comme fer, c'est le lançage de lessive
  • Parce que même à une heure inavouable, quand je me reprends enfin en main et me donne un coup de pieds aux fesses pour enfin aller là où je devrais être depuis longtemps (dans mon lit), eh bien mon planning hebdo me dispense de réfléchir / prendre de décision concernant la lessive. Je n'ai qu'à enchaîner quelques gestes pour gaver la machine à laver de sa portion du jour, et du coup, je le fais. Le mode pilote automatique fonctionne ainsi à plein et c'est ultra précieux. 
  • Au point même que souvent, ne pas avoir à réfléchir me permet d'anticiper (ouiiii ! clap clap) le gavage de ladite machine, je me retrouve à le faire en parallèle d'autre chose (le ramassage de jouets épars dans l'appartement avant le coucher des enfants, par exemple) : je SAIS ce dont j'ai besoin ce jour-là donc c'est facile de le rassembler au gré de mes déplacements dans notre appartement (car mes corbeilles à linge sale sont situées à 2 endroits différents; avant la planification hebdo, j'avais souvent besoin de naviguer entre les deux pour évaluer la masse et donc le degré de priorité de mes différentes possibilités. Terminées, ces séances de spéléo!)
Par ailleurs, comme vous allez le voir ci-dessous, l'élaboration de mon planning hebdo a exigé que je me pose et réfléchisse un peu à la meilleure manière de combiner différentes exigences et contraintes. Avoir déterminé, "à froid", l'enchaînement optimal, est un atout certain pour s'assurer ensuite une mécanique qui roule.
La stratégie est déterminée une fois pour toutes, je n'ai pas à redéfinir des plans machiavéliques à la "ah mais attends vu que y a ça il vaudrait mieux que je ... et ensuite que je..." en permanence. Bref, pas besoin de réinventer la poudre toutes les semaines, je colle bêtement au planning et vogue la galère !

Donc chez moi, le planning hebdo des lessives = excellente idée ! 
Il a tué une source éternelle d'interrogations existentielles et réduit à néant l'effort intellectuel lié à la lessive.


Quid de ce planning hebdo des lessives ?


J'y ai donc longuement réfléchi, car j'avais de nombreux objectifs / contraintes / variables à prendre en compte.
Bref, j'ai abondamment raturé mon petit papier, tournant et retournant dans tous les sens les possibilités, avant d'en arriver à la répartition suivante:


(Je lance le soir, pour un étendage le lendemain matin, et un ramassage/pliage le jour suivant)
  • Lundi soir : je lance une lessive de couches lavables (=60°C, s'y rajoutent donc des torchons, chiffons de ménage, serviettes de toilette)
  • Mardi soir : cycle main / laine
  • Mercredi soir : foncé, 30°C ou 40°C selon les fois
  • Jeudi soir : 2ème lessive de couches lavables
  • Vendredi soir : clair, 30°C ou 40°C selon les fois
  • Samedi soir :  draps / linge de maison
  • Dimanche soir : OLNI

Ce qui me permet de
  • profiter au maximum de l'aide de ma nounou à domicile, dont les missions comportent l'étendage de la lessive du jour et le pliage de la lessive de la veille : elle vient les mardis et les jeudis, en prévision de quoi les lundis soirs et les mercredis soirs je lance des lessives qui prennent du temps à étendre (mais j'ai choisi de me garder le blanc 30°C / 40°C: mes petites culottes ne regardent que moi; lui confier les chaussettes de Monsieur, dans la lessive de foncé, ne me cause pas le même problème)
  • limiter autant que possible le temps passé sur le linge les jours où je dois caler l'IEF le matin et assurer du télétravail l'après-midi (pas de possibilité de décaler un bout de gestion de linge sur l'après-midi) : je prends garde à restreindre le temps d'étendage d'un côté, mais aussi celui de pliage du linge sec :
    • ainsi le lundi matin, je n'ai quasiment rien à étendre (les lessives OLNI sont généralement composées d'un nombre réduit d'objets), et peu de choses à détendre aussi (les draps et serviettes sont des grosses choses, y en a peu)
    • le mercredi, je dois détendre et ranger une lessive principalement composée de couches, donc pas de pliage à opérer, et étendre une lessive laine/main, là encore, généralement peu de choses à étendre, mon tambour n'est pas rempli.
  • inclure 2 lessives de couches lavables par semaine ; et, bien évidemment, éloignées l'une de l'autre, les faire deux jours d'affilée ne m'apporterait pas grand chose ;-)
  • prévoir une lessive de linge de maison hebdo, une bonne incitation à en changer plus régulièrement (hum hum)
  • introduire le concept de lessive d'OLNI, découvert chez Enid, une incitation à aller débusquer activement les nids à crasse que je laisserais perdurer sinon.
Planning qui, ma foi, fonctionne pas mal !

Quelques points à creuser encore, toutefois :

  • mes lessives 30-40°C n'ont lieu qu'une fois par semaine par "couleur" de linge, et sont ramassées dans le temps (à 48h d'intervalle), c'est parfois un peu restreint notamment quand un des enfants est dans une période salissante (sur ces dernières semaines, par exemple, je suis retrouvée un peu juste sur les T-Shirt à manches courtes et assimilés pour F.)
  • pour le moment, les temps de séchage sont très favorables à une telle routine:
    • tout sèche en 24h, seules quelques couches lavables ont parfois besoin d'un tout petit délai supplémentaire, je n'ai donc pas à chercher, en plus, à alterner entre lessives "preneuses de place" et lessives "preneuses de peu de place";
    • à voir ce que ça donne cet hiver (je ne peux pas vraiment me référer à l'expérience de l'hiver dernier car, nécessité de débarrasser la pièce devenue salle de classe aidant, le linge ne sèche désormais plus au même endroit; il est passé d'une pièce orientée plein est à une pièce orientée plein sud, et d'un étendoir type tour (du linge sur 4 hauteurs) à un étendoir à ailes rabattables (linge sur une seule hauteur)
  • évidemment, si mon rythme de travail évolue, et le rythme de garde à domicile aussi, des ajustements pourront s'avérer judicieux.

Verdict:

Plutôt crever que de changer quelque chose pour le moment, on ne change pas une équipe qui gagne et j'ai besoin de tester le planning actuel sur plus longtemps / une saison différente (qui influera d'ailleurs aussi sur le type d'habits à étendre et donc encore davantage sur leur temps de séchage).
A la réflexion d'ailleurs, il pourra peut-être, tout simplement, s'avérer pertinent de développer 2 variantes de cette planification : une version été, une version hiver...?

A suivre, mais ce premier pas vers la planif hebdo est très concluant !

(et le côté "encore brouillon" de mon petit planning ne devrait toutefois pas m'empêcher de le recopier dès à présent dans mon Control Journal, hum hum)


6 commentaires:

  1. OLNI ?
    j'ai viré les vêtements qui se lavent à la main, c'est plus simple... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, et pour le lavage à la main : j'avoue que ça ne me pose plus aucun problème depuis que j'ai une machine équipée d'un bon cycle lavage main.
      C'est le "nettoyage à sec" que j'ai viré sans pitié avec l'avènement de la maternité.

      Supprimer
  2. moi ce que je déteste ce sont les taches ... je me retrouve toujours avec des trucs qui ne partent pas, que je mets à la machine avec un coup de K2R ou de savon miracle ou de tout autre astuce censée marcher en priant pour que ça parte, bien sûr en général non, ça ne part pas, ou que je mets de côté jusqu'à ce que je l'oublie, ou que j'attende un jour hypothétique où je n'aurais que ça à faire (qui n'arrive pas). Et l'histoire finit toujours pareil : j'oublie que la tache est n'est pas partie, et je la retrouve quand je veux remettre l'habit en question et c'est reparti pour un tour. Bref l'horreur madame !

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien compliquê tout celà. Ici c'est le matin après m'être habillée et avant le petit déjeuné que je lance la bête. Mes 2 bacs et mes seaux à couches sont dans la salle de bain donc le soir je regarde si je vais avoir besoin de faire une lessive. Par ordre de priorités : les couches puis les vêtements à 40 puis le linge de corps, draps, serviettes.
    Quand çà sèche bien, je peux en faire 2 jours d'affilée mais si ça ne sèche pas bien, c'est 1 jours sur 2.
    Et voilà !

    Pour Anne Laure, lès tâches qui craignent sont frottées le plus vite possible et trainent dans le lavabo de la sdb (pratique lorsqu'on se lave les dents) sinon je vérifie rapidement tous les vêtements avant de les enfourner. Mais malgré tout il y a des tâches rebelles. Si c'est encore potable, les enfants continuent de les porter comme ça si il y a une nouvelle tâche je m'en fiche !

    RépondreSupprimer
  4. OLNI : objet lavable non identifié ? j'en ai plein qui s'entassent car ils ne sont jamais la priorité.
    La lecture de cet article m'encourage vivement à tenter moi aussi une planification. En effet la speleo dans les paniers de linge sale ça me connaît et les longues minutes de réflexion sur la priorité de lavage en étudiant toutes les combinaisons possibles devant ma machine aussi... et le linge qui moisit dans la machine, et celui qui n'en finit pas de sécher à l'eau de pluie, les torchons qui servent de bavoirs faute de bavoirs propres et la vaisselle qui ne peut pas être essuyée parce qu'il n'y a plus de torchons, la machine qui tombe en rade parce ce que trop gavée, et le petit vêtu d'un pantalon trop court et un pull trop grand et les "chériiiie, j'ai plus de sliiiipeu"... et ...et...Cet été a vu du mieux mais j'étais en vacances (à la maison) et il a fait très beau et ma mère est venue... La reprise du boulot et les beaux jours moins nombreux ont mis un sérieux coup de frein. Je n'ai toujours pas réglé la question de l'étendage du linge en hiver :
    - au grenier qui est la pièce la plus éloignée de la machine,
    - dans notre chambre où dorment déjà tous les membres de la famille et où est hébergé les panières de linge en attente d'être plié ou rangé ainsi que les tas de vêtements déjà portés donc non rangeables avec le propre mais pas assez sales pour rejoindre la panière.
    - dans le petit couloir qui sert également de garage à vélos, draisiennes, trottinettes, très étroit et très sombre mais qui à l'avantage d'héberger également la chaudière (ce qui facilite le séchage) et qui peut s'ouvrir des deux côtés pour un maximum de courant d'air (d'ailleurs c'est une autre question que je n'ai pas réglé : vaut-il mieux, pour faciliter le séchage, laisser tout ouvert pour les courants d'air ou tout fermé pour maintenir la chaleur dégagé par la chaudière?)

    Je m'adresse donc ici au détentrice d'un sèche-linge : est-ce que ça aide vraiment dans la gestion du linge ? est-ce que ça ne coûte pas trop cher en énergie ?

    Pour les tâches je fais un mix de Vanou et Anne-Laure : une partie des vêtements tâchés trainent dans le lavabo après avoir été frottés, en compagnie des gants et lingettes lavables (il arrive qu'un body termine alors ses jours tout en boule, tout moisi derrière le lavabo), une autre attend le jour où je vais lui faire un sort (ce jour peut être très long à venir et laisser l'occasion à la tâche de s'incruster bien profondément dans les fibres). ce qui soulève encore une autre question : comment font les mamans pour revendre ou donner les vêtements de leurs enfants ? Si jamais ça m'arrive c'est que le vêtement en question n'aura pas été porté...

    Capucine.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Mesdames et merci de vos contributions !
    Alooooooors

    OLNI : yes, Capucine a bien traduit le truc !

    Les tâches : c’est un vrai sujet !
    Mes enfants ne se tâchent pas, voyons.
    OK je sors.
    Bon en fait ma gestion à moi n’est pas parfaite non plus, cependant cela me fait réaliser que mon fameux planning de lessive aide quand même un peu maintenant : comme je sais quand le vêtement tâché en question sera lavé, je peux par exemple m’amuser à détacher direct dans le lavabo les fringues qui vont de toute manière filer à la machine très bientôt, et garder les autres au sec, celles qui comme Capucine le dit si bien, finiraient par moisir quelque part sinon… Ceci dit un épisode tout récent (Bébounette qui -s’ouvre en surface, hein -le crâne, petite robe Cyr*llus pleine de tâches de sang) m’a remontré l’importance de traiter la tâche au plus vite : en l’occurrence, je pensais pouvoir dire adieu à la petite robe, mais dès notre retour, pof, eau et savon fiel de bœuf, re rinçage, re-savon, laissé dans le lavabo jusqu’au lendemain (lessive), pouf, plus rien.
    Par ailleurs j’ai une arme secrète : dans la SDB des enfants, il y a DEUX lavabos. Je peux donc y laisser nager des choses.

    Capucine tu m’as bien fait rire, nous avons décidemment bcp en commun ;-)
    - Ton grenier : c’est vraiment hyper relou ? et du coup pas compatible avec la surveillance simultanée des enfants ?
    - Sur le dilemme : chauffage, courant d’air, j’avoue avoir une réponse de normande : personnellement, je fais les deux : je profite de la chaleur à fond mais si lessive, je veille à une période d’aération au moins deux fois dans la journée pour permettre à l’humidité de s’évacuer

    Concernant le sèche-linge, je m’étais posé la question lorsque nous sommes repassés de maison en appart ; j’avais finalement été dissuadée par les éléments suivants
    - Tu te retrouves quand meme à devoir étendre bcp de trucs qui ne supportent pas le sèche-linge, donc en plus faut trier ta machine mouillée pour séparer le bon grain de l’ivraie
    - Le sèche linge ne réussit pas toujours à tout bien rendre parfaitement sec (j’ai testé celui de ma voisine pour les couches, j’ai du relancer le truc plein de fois ! et la fois où c’est elle qui m’a descendu mes affaires, ben à mes yeux elles étaient encore avec un fond d’humidité pas compatible avec un rangement direct dans les tiroirs)
    - Et selon le volume de ta machine ils ne réussissent pas forcément à sécher ce volume d’un coup (mais ça c’était ptet parce que je regardais les machines lavantes-séchantes)
    Sur la conso en énergie, je lisais que ça allait pour les vrais sèche-linges, mais que c’était une calamité pour les lavantes-séchantes (seule option envisageable chez nous pour des questions de place)

    Mais bon, d’autres filles ici auront sans doute plus d’expérience que moi sur le sujet ;-)

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...