PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

samedi 17 septembre 2016

Construction de routines (quotidien et IEF)

En ces temps de rentrée, fleurissent les billets "routine 2016/2017" sur les blogs, en particulier les blogs IEF. Je m'en régale.
Pour notre première non-rentrée, à moi aussi de pondre le mien ! (je suis méga-fière)

Effectivement, l'importance d'une routine pour tenir le cap n'est plus à démontrer, et je me suis donc moi-même attelée à cette tâche ardue : concocter notre routine pour les jours "maison".
Un fil conducteur bien entendu, puisqu'il est clair qu'on ne peut toujours y coller, et que la routine n'empêche pas d'être souple, ni même intelligent.
Double objectif, ici 
  • gérer le timing serré, notamment les lundis et mercredis où j'ai le télétravail qui me demande d'être disponible à heures fixes
  • faciliter la coopération du Bébou / son intégration dans la gestion du quotidien et de ses tâches ménagères
Même et surtout si ce n'est pas pour coller aveuglément au schéma de fonctionnement défini, j'ai trouvé l'exercice très intéressant en lui-même, cela permet vraiment de poser les choses, les priorités, et de prendre un peu de hauteur par rapport à son quotidien et les problèmes qu'on y rencontre.
Du coup, j'ai travaillé sur deux routines
  • la routine de nos journées (je vous présente uniquement les journées "at home")
  • la routine de nos moments IEF

Notre routine quotidienne

petites explications
  • en fond vert, les points rajoutés récemment :
    • des choses que F. ne faisait pas avant, et que j'ai introduites dès la fin août.
    • Je remarque à ce sujet que nous touchons au bout de la vingtaine de jours théoriquement nécessaire pour l'ancrage d'une habitude, et que cela se voit : le débarrassage post repas, notamment, après avoir demandé beaucoup d'insistance, se fait dorénavant quasi automatiquement, c'est bien agréable.
  • en fond orange, des points à rajouter, parfois certains sont faits ponctuellement, mais ce sera l'étape suivante
  • en police italique marron, des tâches ménagères au sujet desquelles je suis en grande réflexion.
    • Mon objectif initial était d'avoir "plié" la totalité des tâches ménagères au plus vite, afin de pouvoir ensuite avoir l'esprit libre pour le créneau IEF et la sortie au parc.
      • Cela a très bien fonctionné au tout début, quand F. était encore tout feu tout flammes.
      • La semaine dernière, ce fut plus compliqué : j'ai bien remarqué que le temps que nous en arrivions au créneau IEF, F. était déjà plus fatigué, plus irritable, et que sa concentration et sa discipline durant le créneau IEF s'en ressentaient (activités prises et délaissées, détournées, interrompues, yeux dans le vague, moindre respect des consignes, découragement plus rapide).
    • Cette semaine, j'ai donc opté pour le fait d'accélérer au maximum les choses le matin pour commencer l'IEF au plus tôt, tant pis si après le petit déj je laisse une cuisine pas nickel derrière moi (ce qui, pour une recovering Bordélique, est bigrement angoissant !); je réalise qu'au fond, le créneau de préparation du déjeuner me permet souvent de gérer en parallèle la fin du vidage du lave-vaisselle, ou, par des allers-retours cuisine-chambre, l'étendage du linge. Et en effet, mes premiers jours à fonctionner ainsi semblent confirmer que cela aide bien à un meilleur déroulement de nos créneaux IEF, je vais parfaire le test encore un peu avant d'acter cela.
L'avantage d'une routine, c'est qu'on réfléchit aux choses, et aux meilleures stratégies pour gérer les difficultés récurrentes.
Ainsi, un moment potentiellement conflictuel chez nous est le temps qui précède immédiatement les repas (déjeuner et dîner) : je suis absorbée dans leur préparation, et F.en particulier est fatigué par la sortie qui a précédé, et déjà affamé. Du coup, il a tendance à multiplier les bêtises, en s'ingéniant à tester tous les interdits possibles et imaginables; ce n'est pas non plus le moment où il est le plus aimable avec sa sœur.
L'avantage de la répétition, c'est qu'à force cela m'a fait réfléchir et réaliser qu'il me fallait prendre en compte son état de fatigue par une gestion spécifique afin d'éviter ces tensions récurrentes.
  • L'aide à la cuisine est une option, mais pas toujours couronnée de succès à ce moment-là, à la fois parce que moi je dois aller vite, et parce que lui peut se révéler trop fatigué pour s'en tenir aux règles fixées pour la cuisine en commun (d'où encore tensions). 
  • La stratégie n°2 est donc de proposer d'aller écouter un CD (musique ou livre audio) sur le canapé du salon : cela fonctionne à merveille, il se cale sur le canapé avec son Mouton et son pouce, et la Bébounette accroche aussi. J'ai ainsi droit à quelques minutes de calme royal, et ça le/les repose avant le repas. Et en plus, cela m'a dispensée de rajouter un moment "musique" spécifique dans notre routine IEF proprement dite. Mais F.n'est pas toujours partant, cela dépend notamment de son intérêt pour ce qu'il y a à écouter (et donc, il est urgent que je retourne à la bibliothèque trouver une ou deux petites choses chouettes)
  • La stratégie n°3 consiste tout bêtement à lui faire un gros câlin et à lui proposer d'aller déjà s'asseoir sur sa chaise, en mode pouce + Mouton. Là, il est au calme, se repose un peu, et me regarde faire en salivant ;-)
  • Si aucune de ces trois stratégies ne marche, ... c'est la mort; d'ailleurs je suis preneuse d'astuces supplémentaires si vous en avez !


Concernant la routine IEF
Il s'agit d'une ébauche, d'autant que je pars du principe qu'à l'âge de F. les choses évoluent vite, aussi bien concernant la capacité de concentration de F que ses besoins. Je pars donc sur un schéma évolutif, et dans quelques mois la réalité n'aura peut-être rien à voir avec ce que j'ai défini pour le moment ! 
Mais il faut bien commencer quelque part, j'ai donc réfléchi à ce que j'aimerais bien caser dans nos créneaux IEF,
et puis nous avons démarré.
  • d'abord activités Montessori et rangement de la classe,
  • puis j'ai rajouté une lecture offerte,
  • ma prochaine cible est la comptine (j'hésite d'ailleurs à caser ce moment avant la mise à la sieste de la Bébounette, qu'elle en profite elle aussi ?),
  • et ainsi de suite.
A noter que
  • cela s'applique 3 fois dans la semaine (lundi, mercredi, vendredi), que je rajoute volontiers un 4ème créneau les samedis matins qui s'y prêtent, et que parfois, F. sollicite du rab après la sieste.
  • je ne fixe pas de tranches horaires / laps de temps
    • je prévois un créneau IEF d'environ 1h, c'est le cadre que je veux nous donner, le "domaine réservé",
    • mais peu importe à l'arrivée : pour le moment on n'utilise rarement l'heure en entier, et si on doit dépasser eh bien je m'adapte aussi
  • l'enchaînement est souple :
    • pour le moment, l'enchainement standard est activités - rangement - lecture offerte - vérification que tout est bien rangé - dehors
    • mais parfois la lecture offerte est demandée au départ... et mercredi, une fois la lecture offerte faite, F. m'a surprise en exprimant le souhait de repartir pour un moment d'activités, qui a finalement été plus long que celui qui avait précédé la lecture offerte.
Prochaine étape (j'y travaille d'arrache pieds) : la formalisation des routines quotidiennes par des petites check-list imagées à destination du Bébou ! Je viendrai vous les partager quand ce sera fait (pour le moment je me débats dans le merveilleux monde des pictogrammes...)
Et puis je prévois aussi un billet sur notre "programme"...

4 commentaires:

  1. je suis jalouse quand je vois la durée des siestes de BE... elle doit 3 fois plus que S. ...! (très souvent, 1h15, 2h quand j'ai de la chance !).

    On ne sait pas à quelle heure ils dinent ?

    J'aime le "pot E". : on sent la tâche prenante :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihi...autant que moi vis-à-vis de tes filles qui "n'avaient pas compris qu'elles pouvait se relever dans un grand lit" ? ;-)
      Mais oui, c'est très confortable! Je dois juste faire gaffe à ne plus la laisser dormir trop longtemps le matin, sinon elle met le bronx au moment de la sieste de l'après-midi et empêche son frère de s'endormir

      horaire du dîner : très variable (trop...?), en gros, le dîner démarre entre 19h et 19h45.
      Ca dépend de beaucoup de choses, ces temps-ci nous restons (ou plutôt restions... avec la nouvelle météo ça va changer !) longtemps au parc en fin de journée (d'autant que j'avais tendance à les laisser un peu plus dormir à la sieste vu qu'il faisait parfois encore trop chaud pour les sortir à 16h30), et pareil, si au retour je propose à F. de pâtisser avec moi, ça recule encore.

      Gros LOL pour le pot, tu te souviens de F. au même âge... soupir. Là la variante c'est: on lit des livres, E. sur le pot, F. sur mes genoux. Si j'ai du pot (hohoho) je réussis à nettoyer la chaise haute, le sol, voire même (truc de ouf!) mettre 2-3 trucs dans le lave-vaiselle

      Supprimer
  2. Ben moi les enfants me réveillent à 7h et se couchent vers 20h20h30. La grande de 4 ans ne fait quasi plus de sieste et le petit de 22 mois une de 1h30 et parfois 2h15...
    Autant vous dire que les journées sont loooongues.
    Servane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh que oui j’imagine. Tu as quand même droit à un « temps calme » ou pas du tout ? J’avoue que la perspective d’ une journée « non stop » me fait frémir… et que c’est déjà le truc un peu compliqué avec mon histoire de télétravail, c’est que je perds une partie du stop (même si je conserve quand même l’aspect « pas de gestion d’enfant pendant 2h » et que c’est déjà un gros morceau !)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...