PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 9 septembre 2016

Point août 2016

Mois d'août passé essentiellement en vacances, et beaucoup sur la route !
Avec à la fois
  • la tension liée au fait de gérer les enfants
    • hors de leur environnement naturel,
    • et sous des yeux parfois critiques,
  • et la détente liée à
    • la présence d'autres adultes pour prendre le relai sur un repas, une couche, une question, une balade, ... ou plus,
    • ainsi qu'à la possibilité de faire gambader les enfants dans des environnement plus naturels : des jardins !!

Pour le Bébou
le mois d'août a ainsi été sportif, avec notamment
  • de gros progrès aquatiques. J'étais allée à la piscine avec lui (pour la première fois ! eh oui) avec une copine IEF à la toute fin juillet, ce qui avait commencé à le familiariser avec une grande étendue d'eau.
    • Ce processus d'apprivoisement s'est poursuivi tout au long des vacances et lui a permis de saluer son dernier jour dans le Sud en traversant la piscine de mes parents avec la seule aide de ses brassards.
    • Depuis, il réclame d'y aller et je voudrais réfléchir à comment m'organiser pour lui permettre de maintenir et nourrir son intérêt et son aisance dans l'eau. (oui, je sais, la réponse est : "aller à la piscine" ;-) )

  • l'apprentissage du vélo.
    • Nous avions offert un vélo "de grand" à F. pour ses 3 ans, vélo auquel nous avions décidé de ne jamais ajouter les petites roues, afin de ne pas perdre le bénéfice du sens de l'équilibre développé par le jeune homme sur sa draisienne.
      • Il avait donc fait ses premières sorties avec fin juin, et en quelques séances rapidement progressé jusqu'au point où j'avais commencé à le lâcher. Suite à quoi il avait refusé de l'utiliser...
      • Après un mois de juillet "draisienne only", mais au cours duquel il avait manifesté un grand intérêt pour tous les systèmes de pédale, qu'il actionnait avec la main et observait de longs moments, j'ai relancé l'affaire à notre retour de vacances.
    • Et ça y est, le Bébou file comme l'éclair (mon bééééébéééééé: je ne sais pas vous, mais ça me fiche un coup, pour moi le vélo c'est vraiment un truc de "grand". Snif. Franchement, heureusement que nous avons opté pour l'IEF, j'aurais eu encore plus le cafard de le voir rentrer à l'école....), et sait s'arrêter sans se casser la figure la plupart du temps.
    • Manquent encore, pour une autonomie complète
      • le démarrage pour lequel il a encore besoin d'une aide, la plus courte possible, 2 secondes à peine, puisque c'est lui qui à peine lancé, m'enjoint "Maman tu me lâches". Démarrage il est vrai rendu difficile par le fait qu'ayant choisi un vélo qui lui fera plusieurs années, c'est sur la pointe des pieds qu'il est au départ.
      • la maîtrise du freinage : pour le moment il arrête de pédaler puis freine avec les pieds, alors que nous avons choisi, exprès, un modèle de vélo doté d'un double système de freinage : freinage manuel aux poignées, mais aussi freinage par rétropédalage. Au quotidien sa technique de freinage lui suffit pour les sorties au parc, mais implique une certaine distance de freinage. Cela rend hasardeuse la traversée de routes, par exemple

La maîtrise du langage continue à s'affiner, mais d'une manière plus discrète, ou, à tout le moins, à laquelle nous sommes moins sensible.
  • De nouvelles expressions surprises de temps en temps viennent toutefois nous rappeler le travail qui continue à s'opérer : "il faudrait que";
  • par ailleurs, un intérêt pour les mots compliqués (opercule), à consonance marrante (nouille, appris chez les grands-parents), ou tout simplement inventés.
  • Enfin, dans le prolongement de cette nouvelle aisance avec le langage qui va jusqu'à permettre de jouer avec cet outil, F. aime détourner ses imagiers, appelant les objets connus par d'autres noms.
Par ailleurs, nous sommes entrés en plein dans l'âge des "pourquoi" (ooooscouuuuurs !). Heureusement, la réponse "t'en penses quoi / à ton avis ?" est souvent assez efficace, quand nous pensons à l'utiliser / elle s'applique.
Evolution intéressante à noter également : Mouton a dorénavant un nom (le fait que sa soeur nomme son propre doudou "niania" n'est peut-être pas étranger à la chose; d'ailleurs Mouton s'est brièvement appelé "Niania" avant que son propriétaire ne décide finalement de le prénommer "Mimi" - à prononcer Miiihmiiih)

voilà pour les principaux acquis remarqués chez le Bébou ce mois-ci... en effet, le mois d'août a sûrtout été marqué par une ambivalence évidente : être grand, ou rester petit ?
Le thème est omniprésent, et se manifeste
  • dans les sujets de discussion (notion de "quand j'étais petit", "j'ai grandi", "quand je serai grand comme maman je serai un bébé" ouiiiiii...., "E. apprend, elle est petite"),
  • mais aussi et surtout par des régressions ponctuelles : ainsi le "j'y arrive pas" est-il devenu un véritable refrain, de la même manière F. a réclamé de nouveau des couches pour les siestes d'une partie des vacances, jusqu'à ce que je réalise qu'il attendait en fait de moi que mon refus lui confirme qu'il pouvait s'en passer.
  • Probablement dans le même registre, une peur soudainement apparue : celle d'être seul. Totalement absente auparavant, cette peur s'exprime parfois même si on le précède de tout juste 3 marches dans un escalier.

Une dernière évolution, toutefois, et pas des moindres : l'hostilité envers sa sœur, si manifeste depuis le mois de juin, s'est plus ou moins évaporée
est-ce du
  • au changement de nounou ? Je ressentais que l'ancienne privilégiait la Bébounette...
  • à ma plus grande présence, à 50% ?
  • A notre plus grande présence à tous les deux, avec les vacances ?

Les gestes agressifs envers elle sont devenus extrêment rares, remplacés par des rires et jeux en commun, de l'entr'aide, et même des démonstrations d'un instinct protecteur. Ainsi me suis-je senti fondre à voir F. éloigner par tous les moyens sa soeur d'une cheminée où brûlait un grand feu (bien au-delà de la distance nécessaire).
Nous goûtons la paix sociale... ;-)


 
La Bébounette continue sur sa lancée
  • au niveau moteur, elle a profité du mois d'août pour apprendre à
    • descendre les escaliers à 4 pattes (bref, comprendre que pour négocier ces changements de niveau, il faut se mettre en marche arrière)
    • descendre des petites marches debout
    • descendre des pentes avec un dénivelé significatif (bon, ça lui a valu quelques égratinures)
  • La motricité fine n'est pas en reste, comme le montrent
    • son autonomie quasi totale pour manger seule,
    • mais aussi la précision avec laquelle elle manie à présent son toboggan à boules. (je suis toujours aussi ravie de notre choix, du reste!)
(concernant l'alimentation, nous avons en revanche du faire marche arrière sur les morceaux : les purées sont de retour, tout simplement pour ménager l'intestin d'une demoiselle en proie à une terrible mycose - d'autant plus terrible que... je l'ai laissée des semaines sans la traiter, attribuant la responsabilité des fesses bien attaquées de la miss à des problèmes de dents. Mère indigne, bonjouuuur)
  • ceci dit, eh, dents quand même : ça y est, la Bébounette a sorti la 3ème...
  • enfin et surtout : des progrès langagiers dont nous nous esbaudissons :
    • "nez",
    • "pâtes",
    • "ien" (qui désigne notamment les chats et les chiens, mais potentiellement d'autres gros animaux, "bébé" pouvant en revanche s'appliquer à des bébés ou des petits animaux tels que des pigeons),
    • "pipi" et "caca" (mycose oblige, elle a passé du temps sur le pot),
    • et ces tout derniers jours : "donne", "éteint" (nos interrupteurs sont à sa hauteur, snif. Je me serais passée d'un appartement si montessorien, sur ce coup-là ;-) ), "lait", "li' " (qui se rapporte aux livres / au fait de lire), "non"

Quant à moi, eh bien, vous avez pu déjà voir que j'ai beaucoup lu, que nous avons beaucoup réfléchi; et puis j'ai pas mal mis en pratique, et notamment
  • je me suis davantage appliquée à refléter simplement les sentiments de F.
    "je veux les mirabelles d'E. !

    - ah, tu voudrais manger les mirabelles d'E."

    - oh, une mouche !"
  • et j'ai déjà progressé sur l'expression et la gestion de ma propre colère (un gros chantier...)

5 commentaires:

  1. Ah oui les "pourquoi" ! Pour nous, ce qui marchait super bien c'est de répondre "pour ..." et d'expliquer le but (et non pas "parce que.. " qui explique la cause).
    En tous cas bravo pour tous ces progrès, les vacances ont été profitables !
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihi;
      alors pour les pourquoi, maintenant que tu me le dis, je me souviens l'avoir lu aussi quelque part (à moins que ce ne soit vous qui nous en ayez parlé il y a déjà longtemps...?), mais avoir trouvé cela difficile à appliquer (notamment parce que le "pour quoi" ne se trouve pas toujours)

      ceci dit, en méditant ton commentaire et en étant attentive, je m'aperçois qu'en fait une telle réponse est plus souvent possible que je ne m'étais résignée à le penser: ça demande en revanche un peu de gymnastique intellectuelle pour sortir de l'automatisme de réponse.
      M'en vais m'entraîner un peu !

      des bises à vous !

      Supprimer
  2. Nous aussi le vélo début juin premiers pas et après refus! Puis fin août il était lancé :D. Ça me fait un coup, des fois je regarde une vidéo de lui en vélo en boucle ^^.

    C'est intéressant les " t'en penses quoi " pour les pourquoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HAHAHA!
      dans mes bras: moi aussi les photos prises sont de celles que je regarde le plus souvent; bouhouhou

      oui, le "t'en penses quoi" est vraiment utile, à la fois pour les pourquoi auxquels on a déjà répondu, 1 seconde ou 1 semaine avant, et pour percevoir aussi les raisonnements qu'il s'est construit tout seul dans sa petite tête ;-)

      Supprimer
    2. Nous aussi ya eu la peur de rester seul d'abord dans les escaliers puis à un étage de la maison. Ça fait plusieurs mois et aucune amélioration...

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...