PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

dimanche 6 décembre 2015

Matos - le succès du moment - Draisienne mon amour

Aujourd'hui, hymne vibrant à la draisienne offerte au Bébou pour ses deux ans. Cela fait donc quasiment 6 mois qu'elle est chez nous et autant de temps que nous nous félicitons de cet achat.

Nou avions opté pour une draisienne de marque allemande, Puky, sur les conseils de ma belle-sœur qui en était ravie pour mon neveu. Après avoir réalisé que, proximité avec la frontière aidant, c'était un modèle extrêmement répandu autour de nous, j'ai "stalké" différentes mamans lors des heures passées au square, en les soumettant à un feu nourri de questions qui ont permis de confirmer notre choix :
  • toute petite donc convenant à un enfant dès avant 2 ans (selon la taille)
  • selle réglable donc pouvant durer bien longtemps
  • en métal et bien solide
  • légère ! (se porte facilement d'une main quand l'enfant se lasse; et se cale sur la poussette aussi)
  • roues très stables et revêtement tout à fait compatible avec une utilisation en intérieur, y compris sur parquet (bien pratique quand le temps est maussade, nous rentabilisons ainsi notre immense entrée)
  • pas de barre haute, ce qui limite les chutes et limite aussi la douleur desdites chutes; par ailleurs l'enfant se relève plus facilement tout seul au lieu de rester empêtré, une jambe sous la barre
  • en lieu et place de ladite barre, un marchepied bas : au fur et à mesure que l'enfant prend confiance en lui, il cherche à y positionner un pied, puis deux, et perfectionne ainsi encore davantage son sens de l’équilibre
  • prix correct, et large choix de couleurs ce qui ne gâte rien
Nous avons rapidement admiré comment F.  commençait à soulever ses pieds pour se laisser glisser quelques secondes en équilibre; effectivement, il y a de bonnes chances pour que nous puissions sauter l'étape "petites roues" vers le passage au "vrai" vélo.


Enfin, et surtout, maintenant qu'il est capable de faire de vrais trajets avec, l'utilisation de la draisienne a signé le retour de la sérénité lors des longues balades en famille.

En effet, le développement de l'autonomie du Bébou en termes de marche avait été à l'origine d'un dilemme douloureux : "je vais loin rapidement - en calant un F. plus ou moins consentant dans sa poussette" / "je vais... très lentement... donc moins loin". 
Non faute d'endurance chez le Bébou, mais parce que celui-ci papillonne : il y a bien sûr l'observation de tous les petits détails passionnants qui jalonnent son trajet, mais aussi la joie de monter et descendre tous les pas de porte, et surtout, celle d'actionner la totalité des poignées des portes de voitures garées le long des trottoirs.
si si si. 
la totalité
Et c'est à ce moment qu'on fait l'expérience douloureuse de la réponse au problème 
"sachant qu'un véhicule fait en moyenne 4m de long et présente deux portières sur sa face latérale, 
combien un trajet de 700m peut-il offrir de poignées à actionner ?". 
Amis parents IEF, en exclusivité pour vous aujourd'hui, je vous abandonne cet énoncé.

Bref, laisser notre explorateur aller de découverte en découverte exigeait une sacrée dose de patience, allié à un dos solide donc capable de survivre à de longues minutes de sur-place. A titre d'exemple, le vaste parc auquel nous aimons nous rendre quand nous avons du temps devant nous est à 1/4h de marche en poussette, facilement une heure à pieds-de-Bébou.... et 20 grosses minutes à peine avec notre draisienne adorée. 
Par ailleurs, nous étions aussi limités dans le choix des destinations : tout trajet présentant trop de "distractions" en chemin (par exemple, une ballade en ville avec ses terrasses de café, ses étalages) était trop difficile à gérer / créait trop de sources de conflit pour que quiconque en profite.

Quel bonheur aujourd'hui de faire un tour au marché de Noël, avec un Bout qui file devant (mais sait nous attendre pour traverser). Occupé par sa draisienne, il s'arrête de temps en temps pour observer quelque chose de particulièrement captivant, mais à une cadence tout à fait acceptable pour notre impatience d'adultes. Et nous décoche des sourires jusqu'aux oreilles.

Bonheur....



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...