PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mardi 29 mars 2016

Pâques - Mouton II, le retour

Tout d'abord : 
Joyeuses Pâques ! 

Nous avons survécu à nos moult kilomètres et les enfants ont très honorablement géré la fête de famille et ses quelques 80 convives...

Ensuite : non non, pas la peine de chercher dans les archives un article intitulé Mouton I.
Mais si il n'y pas eu d'article de blog à son sujet, il y a bien eu un Mouton 1er.

Cette peluche, offerte au Bébou par notre femme de ménage normande lors de ses premières Pâques, avait eu l'insigne honneur d'être finalement choisie comme favorite par Monsieur le Prince - mais sur le tard, car F. n'a finalement eu de "doudou" identifié qu'aux alentours de 18 mois, n'en ayant apparemment pas ressenti le besoin avant.


Pour tardive qu'elle fût, la relation entre le Bébou et son Mouton n'en était pas moins passionnée (même si j'avais restreint le rayon d'action, Mouton n'ayant le droit de franchir la porte de notre appartement que lors de départs en voyage).

Passionnée, cette relation termina en crime passionnel : 

en janvier, le Bébou avait appris à grimper partout, y compris sur les rebords de fenêtre, compétence qui lui avait permis d'acquérir celle de l'ouverture desdites fenêtres.

Une opportunité aussitôt mise à profit pour tester les lois de la gravité, 
  • une première fois avec les pièces d'un puzzle (par temps de pluie, c'est plus drôle!), 
  • une seconde fois... directement sur le Mouton. 
Suicidé du 4ème étage, Mouton 1er disparut et le mystère reste entier : il ne m'a pourtant fallu que quelques minutes pour déposer la Bébounette en sécurité dans son parc, empoigner et habiller le Bébou et courir au bas de l'immeuble chercher la pauvre bête. Mais de pauvre bête, aucun signe - j'eus en revanche la preuve que Mouton avait été précédé dans sa chute par d'autres jouets, que je pus, eux, récupérer au passage.

Drame.
Adieu Mouton.
Au fil des semaines, cette triste fin a été longuement évoquée, commentée, analysée avec le Bébou.
Mouton 1er était régulièrement mentionné au moment du Grand Coucher, son nom manquant à l'appel des peluches conviées.

Dans un coin de ma tête, j'avais stocké l'information de la provenance dudit Mouton: selon la généreuse donatrice, celui-ci provenait du rayon spécial Pâques de chez Leclerc... Avant le décès prématuré de l'animal, j'avais déjà commencé à former le projet de profiter des prochaines fêtes de Pâques pour me procurer un sosie de l'élu, à toutes fins utiles (j'ai encore en tête l'aspect répugnant l'état lamentable des doudous de certains de mes frères et sœurs, et j'espérais ainsi pouvoir répartir l'usure sur deux têtes). 
Ledit décès m'ayant coupé l'herbe sous le pied, nous devisions, Monsieur Bout et moi-même, sur l'opportunité d'aller, ou non, chercher un remplaçant à Mouton 1er (le Bébou ayant au demeurant reporté ses affections, à parts égales, sur différentes peluches). Nous hésitions, estimant quelque part salutaire l'apprentissage que le Bébou avait pu faire sur les conséquences d'une chute du 4ème étage.


Mais sur le chemin de notre weekend de Pâques...
      arrêt forcé chez Cora pour faire le plein de lait de chèvre dont nous étions en panne sèche (boisson du matin pour le Bébou!), 
              d'où, spontanément, détour express de la Gwen par le rayon Pâques, 
                       pouf, localisation d'un petit stand de peluches de la marque de la nôtre.

Et voilà le travail.

 

Nous étions curieux de voir quelle serait, deux bons mois après la disparition du premier du nom, la réaction du Bébou face à Mouton le Deuxième

Succès total !

Extatique, ravi, il a instantanément repris les mêmes jeux avec lui, les mêmes bruits, les mêmes mimiques, et ne l'a pas lâché du weekend.
Observation qui réchauffe nos cœurs de parents soucieux de lui apprendre à exprimer ses émotions, il a non seulement manifesté sa joie, mais l'a aussi abondamment verbalisée, et plusieurs jours après, nous avons encore régulièrement droit à des "suis content d'avoir Nouveau Mouton"...


Vous aurez remarqué le changement de couleur, non pas lié à un état supérieur de propreté, ni même à une volonté de ma part, mais tout simplement, au départ, du au fait que la version grise avait déjà disparu de l'étalage.
C'est finalement très bien tombé puisque cela permet d'éviter toute confusion avec Mouton 1er et donc de bien ancrer dans la tête du Bébou l'aspect définitif de la disparition de celui-ci. Nous avons par ailleurs expliqué que nous avions eu de la chance de trouver un nouveau mouton dans un magasin, mais qu'ensuite nous n'en retrouverions plus donc qu'il fallait faire attention à lui.


Bref, si par hasard, parents, vous hésitez à "remplacer" une peluche, pour nous le bilan a été très très positif...
(soit dit en passant, c'est avec deux exemplaires en poche que j'ai quitté le Cora, l'autre mouton blanc attend d'ailleurs encore dans la boîte à gants que je lui dégote une cachette sûre)

3 commentaires:

  1. Ouf !!
    Pour A, nous avions investi en prévision dans un sosie du doudou (tu parles, elle fait très bien la différence), donc pas pour P !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je crois qu'un facteur qui joue c'est l'état de délabrement du machin / la différence qu'il peut y avoir entre l'original et le sosie (notamment pour des raisons d'odeurs.... miam!)
      J'avais lu quelque part que faire passer plusieurs fois le sosie à la machine pour lui faire perdre un peu de sa fraîcheur pouvait aider.
      En tous cas je projette de subtiliser Mouton II très vite pour le remplacer par Mouton IIbis, et les faire tourner ainsi régulièrement pour que ne se creuse pas un écart entre les deux exemplaires... On verra si il capte le truc !

      Supprimer
    2. j'aurais mieux fait de me taire : l'occasion de laver Mouton s'est présentée plus vite que prévue : F. lui a vomi dessus hier... le weekend va etre long

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...