PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mercredi 17 février 2016

Ode à mon Tire-Lait

Introduction des yaourts (au lait de brebis, miam) cette semaine chez la Bébounette.
Des yaourts qui vont bientôt venir se substituer totalement à mon lait pour la tétée du dejeuner. Subsisteront la tétée du petit déj (laquelle constitue d’ailleurs encore le ptit déj dans son ensemble) et la tétée du dîner, ce qui signifie que je n’aurai plus besoin de tirer au travail

Ma relation avec mon tire-lait va donc devenir plus lâche, le recours à cette machine plus occasionnel.
> Un peu de soulagement (c’est de la logistique en moins, youpi)
> Mais aussi de la nostalgie !

Beaucoup de femmes ont du mal avec leur tire-lait, elles se sentent mal à l’aise avec cet ustensile, évitent d’y avoir recours….  Ce n'est pas mon cas, et la lecture du billet de Poison Darling sur ses premières tétées m’a replongée fort à propos dans mes souvenirs de débuts d’allaitement, en venant me rappeler les origines de mon amour inconditionnel du tire-lait.



Fondamentalement, si on part du principe que les premières tétées post-accouchement scellent un lien très fort entre les deux parties prenantes, il n’est pas étonnant que je sois à ce point copine avec mon tire-lait.

En effet, je ne garde de la toute première tétée de F. qu’un souvenir très fugitif : une grosse heure après la césarienne, 
  • un bébé tout petit, choqué d’avoir été expulsé manu militari d’un ventre dont il n’avait pas demandé à sortir, et épuisé par les efforts faits pour téter son père pendant l’heure qu’il avait passée en peau à peau contre lui pendant qu’on s’occupait de moi, 
  • et une maman encore sous le coup du choc de la césarienne, à moitié assommée par la rachianesthésie, et à l’esprit déjà bien embrumé par les signes avant-coureurs de l’éclampsie qui n’allait pas tarder à l’expédier en réanimation. 
  • Quelques efforts bien maladroits et peu fructueux, bien que soutenus par l’équipe médicale, et vite abrégés au vue de l’état des participants.

Césarienne puis 3 jours passés en réanimation (sans bébé, bien au chaud en néonat avec son père)… qu’on se l’avoue, ce n’est pas forcément la combinaison gagnante pour démarrer l’allaitement.

Et pourtant! 

Cher TireLait,

Je garderai toujours en mémoire (et dans mon cœur) ton arrivée dans ma chambre de réa, porté par une sage-femme. Gros machin bleu, tu me fus présenté avec ces mots « il paraît que vous tenez à allaiter, alors je vais vous montrer comment utiliser ce tire-lait, vous allez vous en servir au minimum toutes les 3h, vous jetterez le lait ainsi obtenu car pour le moment vous avez trop de cochonneries dans vos perfusions, mais on va faire le maximum pour que d’ici quelques jours, ce soit vous qui nourrissiez votre bébé ».
Elle m’avait prévenue que tu ne réussirais rien à extraire au départ, et elle avait raison. Mais je n’avais pas grand-chose à faire en réa à part dormir puisque manger m’était encore interdit, et que je n’avais pas trop la forme pour quoi que ce soit d’autre. Je me mis donc à passer le temps normalement dévolu, par une jeune accouchée, au peau à peau avec son bébé tout neuf, à faire du téterelle-à-sein avec toi.

Merci de m’avoir encouragée en réussissant, dès les premières fois, à faire perler quelques petits millilitres blanchâtres au fond du petit biberon
Merci de m’avoir offert ma première montée de lait
Merci de m’avoir permis de nourrir mon fils avec mon lait avant même qu’il ne sache téter correctement
Merci de m’avoir permis d’allaiter longtemps sans devoir choisir entre le besoin de libertés ponctuelles (sortir, un après-midi, un soir) et la continuité de l’allaitement
Merci de m’avoir permis de reprendre le boulot plus sereinement
Merci de m’avoir bien fait rigoler à chaque fois qu’à l’entrée de l’usine, un mec de la sécurité virait au rouge pivoine quand je répondais à sa question « euh, et dans ce sac? »
Merci d’être toujours là aujourd’hui, après une deuxième naissance n’ayant rien à voir avec la première, pour m’accompagner au quotidien.
Merci à toi, Tire-Lait n°2, d’avoir des piles, me permettant même de tirer mon lait en voiture quand nous allons dîner chez des potes (plutôt que d’avoir à tirer, soit avant de partir alors que je suis à la bourre, soit au retour alors que j’ai envie d’aller faire dodo) 
Merci d’avoir une loupiote utile pour lire les cartes routières quand la batterie du portable a lâché


Bref, merci d’avoir été un compagnon si fidèle, au fil de ces …. 22 mois (13 pour F., et déjà 9 pour la miss) d’un allaitement que toi seul a rendu possible.
Merci pour tout le chemin que nous ferons encore ensemble....

6 commentaires:

  1. Deux bébés allaités : ma fille pendant 6 mois et mon fils un peu plus de deux ans, une mauvaise relation avec le tire-lait, je n'ai jamais réussi à tirer plus de 100ml. Lorsque je suis arrivée dans la chambre après une nuit difficile et une césarienne en urgence, ma fille a tout de suite pris le sein et m'a fait déculpabiliser l'accouchement "raté".

    Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh la gentille fifille ;-)
      Je ne risquais de culpabiliser de la césarienne, vu l'urgence il n'y avait meme pas eu de tentative d'accouchement. Mais je te comprends quand meme, car en vouloir à mon corps d'avoir tellement mal géré la grossesse qu'il avait failli nous tuer, et m'avait transformée en loque bonne-à-rien pendant les premières semaines du Bébou, ça oui. Du coup allaiter a été ma revanche, le seul truc que même clouée au lit je pouvais faire ;)
      en revanche la miss, née tranquille, à terme, paf, elle aussi elle a direct su prendre le sein et c'était comme si elle avait eu un sein pour s'entraîner à l'intérieur tellement elle a fait cela naturellement aussi
      bises à toi

      Supprimer
  2. Je crois qu'avec le portage, l'allaitement est la chose qui me manquera le plus ... je regrette de ne pas avoir réussi à allaiter plus longtemps mes filles, mais franchement à l'école c'était très compliqué de tirer son lait sans salle perso et sans qu'un enfant déboule et le stocker ds le frigo commun c'était très moyen pour mes collègues!!! Bon plus d'un an chacun c'était déjà pas mal, mais j'ai vraiment adoré (beaucoup moins le tire lait ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est déjà "vraiment pas mal" lol. (mais question peut-être bête : à un an elles avaient encore absolument besoin de ton lait en journée ?)
      en revanche le truc qui me tue dans ton commentaire, c'est la réaction de tes collègues.... j'ai stocké mon lait dans un frigo DE MECS pendant des mois sans que jamais ils ne s'en formalisent !

      Supprimer
    2. C'est peut être moi qui fait du mal avec le stockage de mon lait mais j'ai eu une ou deux réflexions et surtout la trouille de me faire prendre en plein tirage de lait par un troizans de al cantine à la recherche de son doudou ;-)
      Pas beaucoup de lait, j'avais besoin de stimuler beaucoup et deux fois par jour ça ne suffisait pas ...

      Supprimer
    3. Sympa qu'on te fasse des réflexions, franchement!
      et zut pour le besoin de stimulation; c'est vrai que chez moi ça n'a jamais posé problème, mais que là dessus nous ne sommes pas toutes logées à la meme enseigne

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...