PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 3 juin 2016

Point - progression en mai 2016

Et voilà la fin du joli mois de mai (joli, on repassera... comme dans pas mal de coins de France et de Navarre, nous avons alterné les jours prometteurs avec des jours pluvieux et/ou bien frisquets, j'ai donc assez systématiquement filé des manches longues et un pull épais à F. dans le premier cas, et laissé F. en short et sans manteau dans le 2ème. Mère indigne un jour, mère indigne toujours !)

Mille nouveautés pour la Bébounette !

Bon, tout d'abord, nous avons fêté ses un an la semaine dernière...
Que d'émotions !
Amplifiées par la naissance, la veille, d'une filleule pour Monsieur Bout, naissance qui nous a valu d'accueillir le frère aîné en pleine nuit... Parallélisme parfait pour me replonger dans les souvenirs de la nuit si douce (enfin, si on oublie les contractions...) qui avait abouti à la naissance de notre Bébounette, un an moins un jour plus tôt.
Je reviendrai vous présenter le cadeau de la miss bientôt ! (j'en suis trop fière, j'ai tapé en plein dans le mille).

Ce mois-ci, nous avons admiré E. sans plus finir, et avons été impressionnés pala vitesse à laquelle elle progresse au niveau moteur (qu'elle en profite, remarquez, peu importe la vitesse, elle au moins quand elle se fait flasher en pleine action ça ne lui coûte pas un radis)
Nous comparons allègrement avec le Bébou au même âge. Je dis "allègrement" car c'est assumé : il ne s'agit pas de les mettre en compétition - et nous évitons de faire cela à proximité des petites oreilles - mais plutôt de nous repaître du meilleur exemple que nous ayons, à notre niveau, du fait que chaque enfant a son propre rythme, un élément qui n'est pas sans peser dans notre choix de l'IEF... 
Par ailleurs, nous ne nous lassons pas d'observer à quel point elle est "aspirée", dans son développement, par la présence, l'exemple, l'interaction avec son frère. Notre illustration-maison du concept de la zone proximale de développement !
  • Les timides déplacements latéraux initiés le mois dernier sont rapidement devenus monnaie courante, avant que ceux-ci aient lieu de moins en moins latéralement, et avec un appui à une seule main. 
  • Depuis une semaine E. s'est emparée du vieux trotteur de son frère, que nous avons gardé (ooooouh là, paaas bien, motricité-libre-hérétique !), mais avec lequel elle s'éclate et traverse tout l'appartement, sachant s'arc-bouter pour négocier virages et demi-tours. Elle monte même dessus les deux pieds sur la selle, se tenant aux poignées, sans se casser la figure, même quand elle se dandine ! (ça m'épate, je suis sûre que si je tentais l'aventure le trotteur s'écroulerait sous mon poids je me mangerais le sol violemment). 
  • Le 24 mai, nous l'avons observée pour la première fois lâcher les mains en station debout, la position "surfeuse" a rejoint les classiques, et à présent elle se sent suffisamment à l'aise pour observer tout à son aise des objets en position debout.
Bref, la marche nous pend au nez, pour tout vous dire dimanche soir j'étais au désespoir de devoir bosser le lendemain, elle semblait tellement prête à se lancer que j'étais persuadée que son ass mat allait y avoir droit le lendemain. Finalement non, mais nous ne perdons rien pour attendre...

Autre nouveauté : E. a finalement décidé de commencer à investir dans l'industrie de la dent. La première a donc vu le jour le 12 mai, et moi qui me targuais d'y avoir échappé avec F., j'ai pu faire l'expérience des premières morsures durant la tétée. Su-per.
Le truc c'est qu'en plus ça la travaille tellement qu'elle a les fesses en feu (jamais vu ça avec F.! Heureusement que grâce à lui je sais que les couches lavables ne sont donc pas nécessairement en faute, y aurait de quoi m'en détourner...), la pauvrette !

Progrès dans l'interaction, en plus de tourner les mains quand on chante "les marionnettes", elle les ouvre et les ferme, et/ou les agite, pour dire au-revoir (rhooooo). Et elle bavasse, elle bavasse...

Sa maîtrise de la boîte de permanence de l'objet s'améliore de jour en jour, elle en est aux cylindres et réussit régulièrement à en caser un à l'intérieur.
Par ailleurs, il faut que je regarde ce que j'ai comme puzzle (je n'ai pas les plus basiques Montessori) car elle a montré clairement son intérêt en allant d'elle-même, de manière répétée, ôter et replacer à sa place le cercle rouge central de ce puzzle de F.



Bref, Bébounette grandit en âge et en beauté...





Et le Bébou aussi !

Beaucoup d'avancées dans l'autonomisation, notamment autour des soins du corps, et ceci en particulier sur la fin du mois. Coïncidence ou pas... depuis que je prête beaucoup d'attention à ne pas faire...
  • les dent sont de mieux en mieux lavées, notamment celles du haut qui étaient souvent de grandes oubliées
  • la propreté: les accidents avec lesquels nous avons renoués il y a déjà de longs mois se produisent toujours, leur fréquence a cependant diminué, mais surtout : F. se reprend en charge plus globalement,
    • en s'asseyant tout seul sur le pot (ce qu'il refusait obstinément de faire depuis cet automne, après 2-3 réactions un peu trop vives de notre part à des épisodes au cours desquels il s'était mal positionné et avait donc consciencieusement arrosé le sol... Bien joué...)
    • en exprimant fréquemment, et clairement, qu'il ne veut pas y être accompagné "tout seul" "Maman vient pas" (ou "Maman se cache derrière l'arbre" quand nous sommes au parc)
    • et en optant de plus en plus souvent pour aller sur les toilettes directement, et insister pour se tenir seul dessus. Devant quoi j'ai proposé de positionner en permanence un marchepied Ikea devant, proposition accueillie avec enthousiasme et fierté (Papa à son retour, la baby-sitter à son arrivée, et les deux visiteurs suivants ont été pris par la main pour aller admirer le nouveau dispositif). C'est bien pratique quand nous sortons, chez des amis ou à la bibliothèque, ou dans tout autre lieu non-équipé d'un pot / WC enfants.
    • Sur ce dernier point du reste, l'obstacle qui demeure et dissuade parfois F. d'aller aux WC est la peur qu'il a des essuies-mains soufflants : le bruit le terrorise... Mais notre dernière excursion à la bibliothèque m'a permis de réaliser que confier à son père le soin de l'accompagner augmentait les chances que ça se passe bien : eh oui, les WC hommes étant moins fréquentés, cela diminue d'autant les chances qu'une de ces satanées machines soit en train de hurler à notre arrivée.
  • L'usage du mouchoir : lors du dernier épisode de grippe j'avais essayé d'initier F. à l'art de la moucherie. Sans grand succès. Mais embêté par une morve tenace, c'est de lui-même qu'il est venu m'apporter un mouchoir pour que je lui ôte. N'arrivant pas à l'attraper, je lui ai demandé de souffler pour m'aider à la faire sortir, ce qu'il a fait. Tout fier de son succès sur une narine, il a accepté de faire de même dans le mouchoir pour la seconde... et s'est mouché fréquemment les 24h qui ont suivi ! (semant derrière lui les mouchoirs, au grand plaisir de la Bébounette qui en a profité pour s'adonner aux joies du déchirage)
  • il ôte à présent ses chaussures entièrement seul, y compris le dénouage du double nœud de ses lacets. Ça prend 5 minutes entières, mais c'est fait ! Et cela constitue toujours un vrai exercice de persévérance... surtout quand la pluie a resserré les lacets.
  • il est en passe d'enfin réussir à retirer ses T-Shirt / pullovers seul, c'est encore approximatif et dépendant de la souplesse du tissu (les hauts de pyjama s'en sortent mieux), mais nous avançons !
  • garde-robe d'été oblige, il a découvert les boucles de ses petites salopettes courtes. Après de longs moments passés à manipuler le mécanisme dans tous les sens, celui-ci est à présent maîtrisé.

Motricité fine
  • L'étendage du linge constitue toujours une discipline appréciée, dans lesquels les progrès sont constants. Il prend visiblement un grand plaisir à m'aider, et j'apprécie bien ces moments partagés, ainsi que ses commentaires incessants, sur ce qu'il fait, ce que je fais.
  • Bien qu'en ce moment, la salle de classe n'étant encore qu'un projet, et la Bébounette un danger bien réel, tous les plateaux de versés soient hors de portée, cela ne l'empêche pas de pratiquer "dans la vraie vie", et avec de l'eau... et j'ai plusieurs fois retenu mon souffle en le voyant empoigner notre pichet pour se servir... avec précaution et brio !
  • Il manie très bien le couteau pour couper le beurre et les bananes (il tient à couper lui-même celle de sa sœur... ce qui lui permet de prélever une dîme généreuse au passage), il faut que je réfléchisse à ce que je peux lui proposer de légèrement plus compliqué.
  • Il débarrasse de plus en plus spontanément ses affaires après son repas
  • et s'éclate en ce moment avec ce jeu : les formes sont toutes petites et il les manie avec une adresse et une précision encore absentes lors de nos dernières parties en avril. 
C'est pour le moment un jeu à 4 mains, nous faisons cela sur le tapis de sa chambre, à un moment où la Bébounette est loin, en alternant "un maman, un F.".





Progrès de langage, toujours... la fluidité notamment !
Mais aussi... héhéhé, sur les tout derniers jours de mai, de gros progrès sur la fameuse inversion pronominale ! Je me fais souvent traiter de "tu", ce qui occasionne de nouveaux quiproquos car je n'ose toujours m'y fier. Et des "mon" font leur apparition. Comme quoi...
Élargissement du vocabulaire, avec notamment... les marques de voitures :-) Il a commencé par reconnaître les Audi (oui, cela en dit long sur le type de voitures garées dans le petit garage souterrain de notre immeuble, et donc sur le niveau de vie de leurs propriétaires...), ce sont maintenant les Peugeot, Citroën, Renault qui se font repérer dans la rue.

Enfin, côté numérique, il "lit" les chiffres... la faute à l'ascenseur : c'est du sans faute jusqu'à 4 (hasard, notre étage), moins évident ensuite ! Mais surtout : la notion de "3" est en train de rentrer, jusqu'à présent nous avions 1, 2,..."plusieurs" ou "beaucoup" ;-)

Enfin, dans la série "kro mignon", non seulement il s'éclate toujours à imiter sa sœur et à initier de grandes courses de quatre pattes dans l'appartement, mais surtout, il imite les soins dont elle fait l'objet : Mouton est donc allaité (parfaitement positionné contre sa poitrine "tète, tète") et son gardien prend très régulièrement le soin d'aller le coucher "à la sieste" quand nous quittons l'appartement, avec tout le rituel idoine (y compris la descente des volets).


A nous le mois de juin, qui sera marqué par mes débuts à 50%, mais aussi et surtout par une bonne dizaine de jours dans l'Ouest, sans Monsieur Bout pour la plupart, mais avec un passage chez Clotilde!  youhou !!! (à voir à quelle fréquence je serai donc en mesure de publier ici ces prochains temps...)
Expédition au retour de laquelle je commencerai avant tout par relancer Flylady, de manière à peu à peu mettre sur pied une organisation correcte qui me permette ensuite de partir sur de bonnes bases pour l'IEF!

6 commentaires:

  1. Couper les carotte pour le repas. Il faut en trouver des toutes fines et ça se passe bien mais il faut un vrai couteau qui coupe bien.
    Bonnes vacances
    Servane

    RépondreSupprimer
  2. Euh non justement ! Sinon quelle différence entre une carotte cuite et une banane ?
    Il faut en prendre des fines car çà se coupe en un coup (ca ne se scie pas comme du pain). Tu expliques bien comment placer ses doigts qui tiennent la carotte et normalement il sera tellement fier qu'il sera très appliqué et tu restes à côté !
    Si les carottes sont un peu trop épaisses, je les coupe dans la longueur, celà peut même être mieux car elle ne peut donc pas rouler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah merci de ces précisions bien utiles! J'ai le mode d'emploi complet, yapluka ! Et en effet je crois qu'il va adorer...

      Supprimer
  3. et après tu auras le droit à l'exclamation :" Bon, alors, qu'est-ce qu'elle fait la Mercedes ?? elle tourne ou quoi ?!"
    Le petit jeune qui attendait avec nous au passage piéton s'est écroulé de rire

    RépondreSupprimer
  4. Il y a aussi éplucher les concombres et carottes, avec un économe adapté c'est bien apprécié.

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...