PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mercredi 29 juin 2016

Flylady : à faire en couple ?

A J-2 de ma reprise Flylady, Vanou, intéressée pour s'y mettre, m'interroge en commentaire de cet article sur les probabilités que ça marche avec son mari, dont le gène de l'ordre se serait semble-t-il perdu quelque part dans le processus de division cellulaire.

Tu crois que ça marche avec un mari avec des horaires assez irréguliers et pour qui le rangement est un mot presque inconnu ?


Excellente question :
est-ce que Flylady marche sur les conjoints ?
Ou, plus largement :
quelle place pour le conjoint, comment l'associer ?

Et enfin, question bonus : quid des horaires irréguliers ?


Flylady & le conjoint

Tout d'abord, deux possibilités
  • 1. votre conjoint est grave motivé et vous allez "binômer" dans vos Babysteps, en construisant chacun votre routine (bon, dans ce cas-là, va falloir se mettre d'accord sur qui fait l'évier, et trouver un substitut pour l'autre, grave problème :D).
    • C'est trop chouette !
    • Peu importe alors le fait qu'il soit au niveau -1000 du rangement : figurez-vous que Flylady c'est fait pour ça, et que la communauté Flylady, c'est avant tout une communauté de BA (Bordéliques Anonymes), pas un club de gens nés organisés (BO : Born Organized, dans le jargon Flylady; les BO sont par définition des gens qui n'en ont rien à cirer de Flylady, pas b'soin). Des Bordéliques Anonymes qui se soutiennent mutuellement de leur expérience pour vivre autrement qu'avant. Si vous en doutez, si vous pensez que Flylady c'est fait pour les gens un peu ordonnés quand même, vous pouvez aller relire cet article chez moi, ou admirer les photos de ce blog.
  • 2. votre conjoint ne l'est pas, et vous allez faire cela toute seule

Non, il n'y a pas de 3ème possibilité, à ce stade. Pas de "je le motive, je lui explique qu'à partir de maintenant nous allons ranger, et je le lui rappelle 300 fois par jour".
Comme je l'avais expliqué ici, le système Flylady fonctionne parce qu'il part d'une envie, et qu'il la renforce. Votre motivation à vous, vous en aurez besoin pour mettre en place le système chez vous, elle ne peut à la fois œuvrer chez vous ET se substituer à une absence de motivation chez votre conjoint. Chat chuffira pas, ch'vous dis.

Si vous vous lancez dans Flylady, c'est parce que vous avez envie de changer quelque chose dans votre vie. De faire quelque chose pour vous. Peu importe ce que font les autres.


Alors, certes, y a la grosse angoisse : est-ce qu'en faisant Flylady, je vais me transformer en grosse boniche qui sera toujours en train de nettoyer et ranger derrière tout le monde ?

A priori, non.

Vous allez prendre des habitudes, vous allez changer quelque chose dans votre vie.
C'est là-dessus que vous allez vous concentrer, et uniquement là-dessus. Sans vous préoccuper des autres, sans tenter de les convertir.
Mais il risque de peu à peu se passer des trucs bizarres dans votre foyer
  • à force de vous voir vider votre évier pour le nettoyer tous les soirs, les membres de votre foyer vont peut-être y réfléchir à deux fois avant de le remplir. De temps à autre, hop, ils se surprendront à mettre leur assiette directement dans le lave-vaisselle.
  • à force de me voir nettoyer mon évier direct après le dîner, au lieu de fuir la cuisine dès que possible une fois le dîner terminé, Monsieur Bout est resté me tenir compagnie, continuant la discussion.
    • Et pendant que je nettoyais l'évier, hop, il a fini par se dire qu'il pouvait aussi nettoyer la plaque.
    • De fil en aiguille, il a pris garde à charger le lave-vaisselle de telle manière que mon évier soit vide le soir.
    • Il a même fini par se dire qu'il pourrait aussi en profiter pour mettre le couvert du petit-déjeuner la veille.
  • le désordre appelle le désordre.
    • Nous y reviendrons dans quelques jours quand j'en serai là dans mes Babysteps, mais tout endroit où l'on dépose un truc pas à sa place agit comme un aimant : on y dépose d'autres trucs qui n'ont rien à y faire, et ça s'amasse, et ça déborde sur les meubles environnants, etc.
    • Inversement, maintenir ces surfaces vides et rangées (ce qui va se produire avec Flylady, insidieusement) limite les risques qu'on ose perturber ce vide en posant son bazar dessus. 
    • Oh, cela prend du temps, hein, le temps que le cerveau s'habitue à ce que ladite surface soit toujours vide,... mais, oui, l'ordre, c'est contagieux. Personnellement, ni Monsieur Bout ni moi-même ne risquions de remettre les choses à leur place, avant. Même celles qui avaient officiellement une place désignée y passaient en fait tellement peu de temps que ce n'était guère facile à mémoriser...
    • La situation a évolué peu à peu au bout de quelques semaines de Flylady, et les gestes de Monsieur Bout ont commencé à trahir une nouvelle perception de l'intérêt qu'il peut y avoir à replacer un objet au bon endroit.
  • voir son conjoint s'activer en permanence pour ranger, c'est relou. Surtout si le conjoint soupire, rouspète, souffre de devoir ranger. Ça ne donne pas tellement envie de l'imiter.
    • Avec Flylady, ça va être plus vendeur : vous allez vous activer toujours au même moment, de manière brève, sans aller jusqu'au point où vous en avez marre, et en vous reposant avec une parfaite bonne conscience et une satisfaction visible après.
    • Mon expérience et celle des filles avec qui j'ai fait Flylady est que souvent, un jour, pouf, le conjoint se met lui aussi à s'activer avec nous.

Mais cela oblige à laisser faire le temps. Vous-même, il vous aura fallu du temps pour vous décider à vous lancer dans Flylady!
Laisser du temps, ça veut dire vous faire plaisir en rangeant votre côté du lit, votre coin du placard, vos bouquins, et en en profitant un max. C'est vous donner de l'air en rangeant les parties communes. Mais efforcez-vous de ne pas mettre votre nez dans ce qui relève de son domaine, son côté du lit, sa table de nuit, ses étagères (ou alors, au bout d'un certain temps, une fois que chez vous c'est nickel, et juste une fois, pour lui donner l'envie que ça reste ainsi).

Enfin, Flylady propose pas mal d'idées pour associer le reste de la maisonnée : les enfants aussi peuvent avoir droit à leur routine, et l'usage du minuteur fonctionne très bien chez eux! Nombreuses sont les familles Flylady où un minuteur mis sur 5 minutes, ou une musique bien forte d'une durée équivalente (ou autre si ça vous convient mieux ainsi, on s'en fout, l'important c'est le principe) déclenche l'activation générale en mode "tout le monde range un max de choses jusqu'à ce que le temps soit écoulé, et après, c'est le goûter / le jardin / le bain / l'apéro /..."



Les horaires irréguliers

  • s'agit-il d'horaires irréguliers à la "des fois il est de retour dès 17h, des fois c'est à 22h seulement"
  • ou d'horaires vraiment décalés, avec une alternance de travail de nuit et de jour, par exemple, ou du matin, d'après-midi.
Dans tous les cas il s'agit de penser aux routines comme à des chaînes dont le premier maillon sera d'autant plus solide qu'il sera amarré à quelque chose de stable. Ce quelque chose peut être "le retour au boulot" (dès la porte passée, je ... puis je... et enfin je....), ou "après le premier repas pris après le boulot", par exemple.

Point besoin d'une longue routine pour faire une différence, hein. Personnellement, j'ai franchi un cap quand j'ai réalisé qu'entre une routine de 5 minutes tous les jours, et rien, eh bien au bout d'une semaine ça fait quand même 35 minutes d'entretien de maison de différence. Et que cette différence est visible, en fait. Je vous raconte pas la même différence au bout d'un mois.
Mais surtout, le fait même pour le conjoint d'avoir ces 5 minutes en tête fait une différence énorme en terme de posture : on se sent plus concerné par le bazar en général, plus soucieux d'éviter de le créer.



8 commentaires:

  1. J'ai essayé de m'y mettre il y a deux mois mais ne suis même pas allée au bout des 2 mois du "Nouveau départ pour débutantes". (Jamais réussi à caser les 15 min de désencombrement par jour avec mes 2 loulous qui ne me laissent jamais une soirée tranquille). Mais j'ai quand même intégré quelques petites choses (le petit coup d'éponge sur le lavabo tous les jours par ex, ou bien je ramasse un truc maintenant et je le range tout de suite sans penser au gros ménage que j'envisage de faire un jour quand j'aurais le temps). Et surtout, le peu que j'ai fait, sans demander au reste de la famille de me suivre, a fait boule de neige et mon conjoint (sans non plus en faire des routines clairement établies) prend de plus en plus part aux tâches ménagères avec notamment un gros progrès dans la participation au pliage du linge, une réduction des "hotspot" bien visible, une prise de conscience qu'il existe dans la maison serpillère, aspirateur, chiffons et vaporisateur ! Donc je suis tout à fait d'accord, on le fait pour soi et les autres suivront (ou pas...). Cela implique bien sûr, quand l'autre nous suit, d'accepter que les choses soit faites à sa manière (et non pas à la notre). On risque sinon de grandement le décourager, et puis du linge plié et rangé, même dans les mauvais tiroirs et selon un pliage tout à fait aléatoire, c'est toujours mieux que du linge qui s'entasse en vrac dans une bassine (bassine qui a disparu depuis belle lurette sous la montagne de linge...).
    Tous ces articles me donnent clairement envie de m'y remettre, je vais tenter de vous suivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci Capucine de ton témoignage encourageant !

      Oui voilà, exactement, « effet boule de neige » était un mot que je cherchais, c’est très juste.
      Et je te rejoins tout à fait sur le fait que ça demande d’être capable de lâcher prise sur la manière dont sont faites les choses, heureusement Monsieur Bout n’hésite pas à me le rappeler quand je l’oublie (« c’est moi qui fais donc je fais à ma manière » ooops oui pardon…)
      Le seul point sur lequel j’ai pris la peine d’insister, mais en faisant attention à communiquer clairement sur le pourquoi du truc, c’était sur l’étendage du linge : je lui ai expliqué que c’était vraiment important, pour l’efficacité du truc, de secouer un peu les choses et de les étendre à plat (pas chiffonnées) parce qu’ainsi
      1. elles séchaient mieux et plus vite, ce dont j’avais besoin pour pouvoir enchaîner les lessives au rythme nécessaire
      2. elles se pliaient bien mieux, donc ça faisait des piles plus stables donc ça évitait le bronx dans les armoires
      3. elles avaient une meilleure tête et supportaient mieux le fait que quasiment rien n’est repassé chez nous / ça permettait de continuer à tenir le repassage au minimum
      depuis il y fait attention !

      trop cool si ces articles te remotivent pour t’y remettre ! Je pense publier un petit billet par babystep, expliquant en quoi il consiste et témoignant de son intérêt. Faudra pas hésiter à y ajouter ton grain de sel.

      et ouiiii, le coup de chiffon sur le lavabo, je trouvais ça tellement débile, et finalement…

      Supprimer
    2. Ah, j’oubliais : concernant la difficulté à caser 1/4h de desencombrement dans tes journées. J’ai fait la même expérience aussi, c’était souvent compliqué (même si je pouvais éventuellement compter sur les siestes, mais souvent, étant enceinte puis maman d’un mini bébé, j’avais des RDV médicaux, puis des tétées). Ce qui m’a aidée, c’était la remarque de Flylady qui dit qu’on peut très bien, si nécessaire, « éclater » ces 15 minutes dans la journée. Donc en gros, je déroulais ma routine du matin, et quand il ne restait plus que mes 15 minutes de désencombrement, je me transformais en chien de chasse. Dès que je reniflais 5 minutes de « calme » (Bébou occupé sur un puzzle, assis sur le pot et visiblement déterminé à ne pas se lever avant d’avoir épuisé la pile de bouquins posée à côté de lui, etc), zou, je lançais mon minuteur sur 5 minutes ; certains jours je n’arrivais tout de même qu’à 5 ou 10 minutes dans la journée, mais 1. Hé, on sait bien qu’en fait 5 minutes ça permet d’avance et 2. ça permettait de garder la dynamique.
      C’est comme ça que j’ai réussi à retrier et ranger toutes les fringues de bébé !

      Supprimer
  2. Pour les horaires irréguliers, ici on cumule les 2 types !
    Voilà ce que c'est un mari médecin hospitalier avec 6 gardes par mois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui en effet c'est pas triste ça !
      à voir, certains développent aussi deux variantes de routine; la routine pour les jours-comme-ci, celle pour les jours-comme-ça...

      Supprimer
  3. Hey hey grande soeur (devine qui parle ^^); ça marcherait aussi en coloc' et en prépa ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rho mais c'est mon petit chat en sucre !!

      En coloc : oui ! avec les memes considérations que pour le couple : tu proposes aux autres, si elles sont motivées vous faites ça toutes ensemble, sinon tu fais ça pour toi, en appréciant le fruit de tes efforts, et en espérant "contaminer" un peu les autres ; et si à la longue t'as vraiment l'impression de passer pour la bonniche, et que le dialogue n'y apporte rien, tu focalises tes efforts sur ton habitat à toi (genre ta chambre)

      en prépa : re oui ! mais de manière adaptée : certains Babysteps sont de toute manière prévus pour quelqu'un qui a toute une maison / famille à gérer. Toi il vaut sans doute mieux te prévoir une routine allégée, mais à laquelle tu colles vaille que vaille. Du temps de mes études ça m'aurait bien aidée, tiens, mais à l'époque je ne voyais pas cela comme ça... ;-)

      Tiens d'ailleurs, hop, sur le site de Flylady elle propose ça pour les étudiants
      http://www.flylady.net/i/pdf/college_coj.pdf
      je te suggère de commencer les Babysteps normaux dans un premier temps, et puis quand nous en serons au n°20 (qui pour le coup te concerne moins, par exemple, bicoz il s'agit de la gestion du linge d'une famille), de lire ce bidule et de t'en inspirer pour commencer à réfléchir à ce qui pourrait te convenir à toi.
      biz biz ;-)

      Supprimer
    2. OK Merciii :) je vais essayer ;)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...