PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

jeudi 16 juin 2016

Nos petites vacances / Away we go

Me revoici pour un petit aperçu de notre dizaine de jours de vacances.
Des vacances propices à l'appréciation des apports de courants tels que le "roadschooling", variante IEF que j'avais découverte ici.

Voyage voyage
et...

  • ...premières fois
pour la Bébounette :
  • premiers pas ! Nous les sentions arriver gros comme une maison. Sur l'aire d'autoroute où nous avons déjeuné, probablement inspirée par la poésie des lieux (et loin des projecteurs / appareils photo, bien entendu), la miss s'est lancée... Elle a pratiqué avec assiduité tout au long de nos déplacements.
  • première plage ! E. a consciencieusement goûté au sable et s'est emparé des pelles avec conviction
  • premières aires de jeux : chez nous c'est terre (boue) et poussière, avec morceaux de trucs non-identifiés, j'hésite souvent à la déposer vu tout ce qu'elle porte à la bouche; là c'était sable et graviers, la miss en a bien profité...


pour le Bébou : premier dessin figuratif !
"je dessine un nuage!"

pour la Gwen :
  • premier voyage avec un GPS !! J'avais enfin fini de programmer mon IPhone de boulot pour l'occasion [insérez ici des applaudissements frénétiques], histoire de le relier à internet (ne riez pas). Heureusement, parce que sinon je serais encore pommée quelque part entre Bretagne et Normandie. Ch'est pas mal en fait ce truc (ne pouffez pas, non plus. Mais vous pouvez me regarder d'un air condescendant).
  • première utilisation de Blablacar
    • Depuis que nous avons une voiture, nous avons toujours voyagé à plein.. mais en l'occurence, autant la route est-ouest et ouest-est se faisait avec Monsieur Bout, puisque c'est d'un aéroport du Far West que nous le faisions décoller et atterrir pour son séminaire, autant le trajet intermédiaire Bretagne - Normandie allait devoir se faire seule. Depuis que je me sais atteinte (d'une forme heureusement légère) de narcolepsie, je ne me fais plus trop confiance pour gérer seule 4h de route.
    • Sur la seconde moitié du trajet, j'ai donc récupéré une covoit très sympa avec qui nous avons discuté IEF, parcours de vie (avantages et inconvénients de se marier jeune) et surtout reconversion pro car elle était en plein dedans. Nous avons donc profité de la route pour la préparer à son oral d'admission à l'école qu'elle vise... Mais je n'ai, au fond, pas fait grand chose. Mon rôle s'est surtout borné à la rassurer sur le fait qu'elle avait tout bon! En effet j'ai été épatée d'à quel point sa démarche était construite, étayée, solide... Elle avait actionné tous les leviers que je suggère aux personnes que j'accompagne généralement sur ce genre de chemin :
      • rencontrer des gens qui font le métier, des gens qui y forment, des gens qui seront ses futurs clients / partenaires,
      • les observer dans la partie de leurs fonctions qui touchent au produit qui la concerne, 
      • se renseigner sur les techniques, évaluer le gap à franchir à ce niveau et l'intérêt des apprentissages,
      • se renseigner sur le niveau de vie et réfléchir aux implications pour elle (dans son cas, elle va diviser son revenu par 2),
      • confronter ce qui sera son quotidien avec ce qu'elle a vécu jusqu'à présent et ce qu'elle aime,
      • rechercher et trouver des stages dans le domaine...
      • tout bon, je vous dis !
  • Première prise d'autostoppeur en France : M'y étant pris un peu à la dernière minute (et ayant zappé une demande qu'on m'avait faite mais que je n'ai vue qu'une fois partie - oui il s'agissait de mes débuts, hein, l'expertise est encore loin...), je n'avais pas de passager Blablacar pour la première partie du trajet, ce qui m'inquiétait un peu. Et puis pouf, 5 min après avoir pris la route, j'aperçois une autostoppeuse cherchant à se rendre dans la ville où j'allais récupérer ma Blablacareuse. Elle avait l'air sympa, son sac était de dimensions raisonnables, zou. Nous avons causé Montessori, IEF, orientation professionnelle, management et RH...
  • ...Bavardages
Les conversations susnommées bien entendu
mais aussi
  • c'est ce que nous aimons avec Monsieur Bout (et l'une des raisons pour lesquelles, même pour certains voyages pas à plein, nous n'avions jusqu'à présent jamais proposé de place sur Blablacar) : les longs trajets en voiture, c'est autant de temps à deux, que nous pouvons passer à nous parler !!! Nous en avons profité, et cela nous a notamment permis de rediscuter à fond de nos perspectives budgétaires (qui en avaient bien besoin) et de nous mettre d'accord sur les coupes à opérer.
  • avec le Bébou, quelle pipelette ! Nous avons passé pas mal de temps à repérer les marques de voitures que nous doublions, et il est au taquet dès qu'une "zéolienne" apparaît dans son champ de vision.
  • avec les potes !! Nous avons fait la tournée, même si il n'était pas possible de voir tout le monde...et rentrons tout pleins de ces beaux moments
  • avec les ex-collègues, pour moi ! Un beau moment passé sur mon ancien lieu de travail (merci à notre ex voisine qui m'a gardé les enfants pendant ce temps, l'usine étant interdite aux moins de 16 ans), à causer avec mes anciens collègues, mes anciens chefs (une de ces conversations fera d'ailleurs l'objet d'un billet dont je vous livre déjà le titre accrocheur "Qui peut le plus, peut (être heureuse avec) le moins". Ici! )
  • entre enfants ! Observer F. interagir avec différents enfants... Ecouter les dialogues, le surprendre debout, le soir, à côté du lit du fils de notre copine, en pleine causette..
  • ... Shopping :
Tant qu'à traverser la France, j'en ai profité pour regarder si l'herbe n'était pas plus verte moins chère ailleurs, et nous avons donc fait une halte sur le chemin du retour pour attraper le vélo qui constituera le cadeau d'anniversaire de F. . Une marque peu répandue et méga chère à l'achat neuf.
  • ... Possibilités différentes :
plage, aires de jeux... 
mais aussi autant de jouets qu'en d'autres temps j'aurais souhaité acheter. Je me suis bornée à observer avec intérêt mon F. qui s'éclatait avec, en appréciant qu'il ait cette possibilité (Mamandala j'ai pensé à toi et tout particulièrement au point n°5 de ton sublime article).
  • ... Sujets de réflexion :
3 familles d'amis différentes nous ont accueillis au cours de ce périple, 3 styles d'éducation différents.
  • L'occasion d'apprécier d'être tout à fait sur la même longueur d'onde avec Clotilde, et d'échanger avec elle sur des manières de gérer tel ou tel point,
  • l'occasion de reconsidérer nos choix ou de les confirmer, quand nous observions des différences ici et ailleurs !
  • Et le petit moment de haine pure à l'évocation du tout récent changement vers un lit de grand du fils de la marraine d'E....fiston qui s'est relevé une fois, au bout de 3 jours.
  • dans tous les cas, ça m'a donné envie de revoir le film "Away we go" que nous avions vu il y a plusieurs années...

Quoi qu'il en soit, un rappel salutaire / une remise en perspective bien nécessaire : on se demande toujours si c'est "à cause de nous" que nos gosses se montrent si relous parfois (et il ne manque jamais de personnes pour le suggérer à des parents fatigués), mais observer 3 familles différentes, permet de se rappeler que, quel que soit le style d'éducation, gérer des petits enfants c'est fatigant et difficile.. et que le moins difficile est encore de faire ce qui nous semble bon à nous !

Et, quand même, une nouvelle résolution: nous allons re(re-re-re)voir notre routine du soir avec l'objectif ferme de coucher les enfants plus tôt. Les soirées apéro avec les potes nous ont rappelé le bonheur qu'il y a à disposer d'une vraie soirée entre adultes, nous allons mettre en oeuvre le nécessaire pour rétablir cela chez nous.

Bilan

Nous rentrons avec des souvenirs pleins la tête, et avons en outre réussi à faire voir à nos enfants leurs marraines respectives.
Nous rentrons crevés : des vacances épuisantes, encore que le ratio adultes / enfants se soit amélioré au fur et à mesure (chez Clotilde : 2 adultes pour 5 enfants, en Normandie : 3 adultes pour 4 enfants, chez la marraine de E. 4 adultes pour 3 enfants - peinaaards).
Car oui, tout est plus fatigant avec les enfants que sans, et on ne fait pas forcément tout ce qu'on aurait fait sans (par exemple j'ai moins mangé de fruits de mer que prévu, gros SNIF).  Mais entre voyager en mode dégradé et se priver de voyages (à l'exception de quelques moments à deux de temps en temps) pendant les 15 prochaines années ?
Mon cœur ne balance pas une seconde.
Quand est-ce qu'on repart ?

2 commentaires:

  1. Super cette escapade, c’est bien de prendre l’air avec les enfants! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouiiiii ! j'avais la grosse flemme quelques temps avant de partir, et j'ai hésité à concrétiser le projet, mais je suis ravie de m'être bougée !
      L'an prochain, monsieur Bout participera probablement à la nouvelle édition de ce séminaire, et je pense que je récidiverai de mon côté ;-)
      avantage de ne pas être liés au rythme scolaire...

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...