PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 13 mai 2016

Courage, fuyons ! [Feuilleton 50%]

La semaine dernière je vous avais raconté la formidable partie de passe à 10 qui se jouait sur la prolongation de mon contrat :  
qui allait oser être le décisionnaire
qui allait être comptable de l'effectif que je représente ?


Question enfin résolue ! (and the winner is : USA !)
Ça y est, c'est vraiment dans la poche !!!

Mais pas tout à fait quand même


S'engager pour une année complète, ouh là, ça défrise. Quelle lourde responsabilité.
C'est prendre un énôôôrme risque, vraiment. Énorme risque qu'on ne saurait demander à des "responsables" (?) de ce niveau de prendre, ni à une multinationale de cette envergure de supporter.
Mon chef se retrouve donc à être autorisé à me proposer une prolongation de 6 mois uniquement, jusqu'à fin novembre.

(toutes mes autres demandes sont en revanche bien prises en compte, hein, 50%, télétravail, périmètre, salaire, mon ex-chef normand était mort de rire d'entendre tout ce que j'avais obtenu. Et je leur impose même une absence d'une semaine en juin, paf - vais aller manger du  homaaaard ! )


Effets sur la Gwen :

  • Un soupçon (oh, si peu !) d’énervement : fondamentalement, cet énième rebondissement est symptomatique du mode de fonctionnement ubuesque point toujours très optimal de mon employeur actuel. Mais bon, dans la mesure où, notamment du fait dudit mode de fonctionnement, je ne m'imaginerais pas faire carrière à long terme au sein de cette entreprise, ce n'est pô bien grave, ça me confirme juste que j'ai bien raison !
  • Une dose non négligeable de soulagement : la perspective d'un rythme allégé à partir de début décembre n'est pas pour me déplaire. je l'avoue, ce coup de théâtre vient apaiser mes angoisses récurrentes quant à ma capacité à concilier mon 50%, l'IEF... et la myriade de choses que j'ai aussi envie de faire en plus!
  • Un chouilla d'excitation : la fin de mon 50% ne me laissera pas "sans rien" au niveau pro, mais représente aussi l'opportunité d'approfondir dès maintenant ma piste "enseignement". Il y a 15 jours justement, j'avais envoyé une proposition de collaboration à la grande école au sein de laquelle j'étais intervenue en novembre, proposition que je dois aller discuter avec eux dans les prochaines semaines. Je ne prévoyais pas de faire davantage si je passais l'année à 50%, mais là je vais probablement utiliser les contacts que j'avais en stock pour envoyer des propositions similaires à 2-3 autres écoles du coin.

Ceci dit, je suis quand même bien embêtée, car ce nouvel épisode vient perturber mes plans (et comme me le faisait remarquer Nawel ce matin, à la lecture de mon blog vous aurez peut-être deviné que je suis du genre à bien aimer planifier un peu, quand même...).
Perturber mes plans à moi ! Ooouuuh, le sacrilège...
  • j'étais partie pour nous lancer sur une organisation valable pour une année complète, ben non, paf, y aura une rupture au milieu
  • à peine lancés au niveau IEF, notre rythme trouvé 3 mois après la "rentrée", pouf, on rebattra les cartes
  • dans ma quête du mode de garde aussi, vlam, ça vient changer des choses... Dans l'absolu, que je bosse ou pas, je prendrais de toute manière quelqu'un. Mais pas sur le même volume ! En lieu et place de mes deux journées de 10h, j'aurais plutôt envisagé une journée de 8h et une de 4(?)h. En passant par O2, je peux changer mon contrat un peu quand je veux; en revanche, pour la personne concernée cela peut représenter une mauvaise surprise, et/ou le risque pour moi qu'elle demande à être re positionnée sur un autre contrat. Je préviens, je préviens pas ?
  • au niveau financier, il faut que je recalcule l'impact ; celui-ci n'est pas forcément très conséquent, surtout si je réduis les frais de garde d'une part, et vais chercher un revenu complémentaire par le biais de cours d'autre part. Bref, je vais re-passer du temps avec mon ami Excel.
  • et il y a l'incertitude : avec la prolongation initialement prévue, c'était clair et net : j'allais jusqu'au max légal, ensuite c'était bye bye. Là mon chef part du principe qu'il réussira peut-être à faire rallonger ma prolongation d'ici quelques semaines... ou à la dernière minute. Pour ma part j'avais annoncé que je n'accepterais qu'une seule prolongation, pas davantage; je penche pour me tenir à cette annonce, mais bon, sait-on jamais. Dans l'état actuel de mes réflexions, je me dis que, si en novembre la possibilité de continuer jusqu'en mai comme prévu à l'origine se confirme, la qualité du mode de garde trouvé pèsera dans la balance de la décision : si notre nounou à domicile s'avère être bien mais sans plus, je serai probablement ravie de pouvoir vite réduire son temps de présence chez nous. Sinon... Ben mais voilà, je ne suis pas fixée, et ça m'éneeeerveuh !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...