PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 21 octobre 2016

Pourquoi et pour quoi je garde ma nounou en passant "au foyer"

Me voici sur le point de rejoindre, pour plus ou moins longtemps, d'une manière plus ou moins complète (je reviendrai bientôt disserter sur mes perspectives pro) le club des femmes au foyer.

Une femme au foyer qui a tout de même le sentiment d’être très privilégiée puisque le thème du jour c'est : la manière dont elle va occuper les heures durant lesquelles elle continuera à confier sa tendre progéniture à leur non moins tendre nounou à domicile.

Jamais sans ma nounou
Pour moi, une chose est claire : si financièrement il n'y avait pas vraiment, vraiment, aucun moyen de m'offrir au moins quelques heures de garde d'enfant par semaine, je serais amenée à reconsidérer mes priorités : la Gwen, au foyer sans nounou, et qui plus est, IEF sans nounou ? Never, ever.  (bon, faut jamais dire jamais, machin, et tout, mais franchement...)
Je suis de plus en plus attentive à mes propres besoins (tout en apprenant aussi à les distinguer, de mieux en mieux, de mes envies...), et j'ai une conscience très aigüe du fait qu'il serait très mauvais pour toutes les parties impliquées que je doive passer 24h/24 en compagnie de mes enfants:
  • Mes enfants sont comme tous les enfants : adorables, craquants, émouvants, à mourir de rire.
  • Cette semaine, c'était le quatrième anniversaire du dernier entretien passé avec des assistantes sociales dans le cadre de notre demande d'agrément en vue d'adoption. Je ne m'en souviens jamais sans un pincement au cœur (et un peu -si peu- de haine... Je vous l'avoue, depuis ce temps, je garde une dent contre les AS et les psychologues. Y en a des bons, j'dis pas, mais ce n'est pas dans cette catégorie que je range les premiers spécimens de ces professions qu'il m'a été donné de rencontrer.)
  • Dans 15 jours, ce sera le 4ème anniversaire du jour où j'ai réalisé que j'étais enceinte. 4 ans que j'ai l'impression d'avoir gagné au loto.
Loto ou pas, adorables ou pas, craquants ou pas, ... j'ai un scoop :
  • Mes enfants sont comme tous les enfants : re-lous. Très très très régulièrement. Et déjà, quand F. avait un an, un âge où franchement, ils sont à croooooquer (enfin, les miens en tous cas. C'est pas un hasard si c'est à cette période que nous nous sommes vraiment sentis d'attaque pour lancer un second), j'avais réalisé, alors qu'il envoyait valdinguer son assiette sur le carrelage (en des temps protoFlylady, en plus, hein !),
    • qu'heureusement que je n'étais pas chargée de lui donner la totalité de ses repas,
    • et que le fait qu'il en prenne quelques uns avec quelqu'un d'autre me donnait le recul nécessaire pour accueillir cette soucoupe volante (huhu) avec sérénité.
Parce que, franchement, s'énerver sur son 1an parce qu'il teste les lois de la gravité, ça ne fait pas avancer le schmilblick. Et qu'est-ce qu'une assiette (ou 15) par terre par rapport à la chance inouïe d'avoir un gamin pour opérer ces tests ??
Mais que c'est quelque chose qu'on peut vite perdre de vue, en particulier si on a l'exclusivité desdits tests.

Alors, oui, non, truc, bidule, zut
  • je n'ai pas "eu des enfants pour ne pas m'en occuper";
  • je considère aussi qu'on "ne fait pas des enfants pour s'en défausser sur d'autres".
Mais à mes yeux, m'occuper de mes enfants, ce n'est pas nécessairement m'en occuper 24h/24.
Porter la responsabilité de leur éducation, ce n'est pas obligatoirement en assumer 100%.
Je rouspétais déjà contre ce genre de pensée limitante ici.

Je veux porter la responsabilité sans qu'elle ne m'écrase, et je veux que la personne qui s'occupe de mes gosses soit un minimum en bon état. Donc je veille à mon bon état à moi. Dans l'industrie, on appelle ça du joli nom de maintenance préventive (par opposition à la maintenance curative, où on intervient à grands frais une fois que y a eu de la casse, avec immobilisation de l'équipement de production et tout le tintouin).
Qui veut aller loin, ménage sa monture, je ménage donc le canassonGwen.

Donc c'est sans scrupules qu'une fois au foyer, je ne m'en occuperai pas pendant quelques heures.
Sans scrupules que je m'en défausserai régulièrement.
Sans scrupules aussi parce que, quand même, je m'assure de les laisser dans des mains en qui j'ai confiance: je suis d'autant plus sereine que la différence entre mes bons soins et les bons soins de ladite personne est minime. Mais je suis aussi consciente que la qualité de mes bons soins à moi ne fait que profiter du fait qu'à certains moments, je me dispense de les prodiguer.
(bref, pour leur offrir une personne qui s'en occupe supeeeerbement bien -moi- il me faut leur infliger, régulièrement, une personne qui s'en occupe moins bien. Vous suivez ?)


Bien entendu, un premier moyen de "délestage" est leur père.
Et quand nous pouvons, nous le faisons. Mais la vie pro de Monsieur Bout n'en fait pas forcément un modèle de disponibilité.
Par ailleurs de récentes discussions à deux ont bien abouti à la conclusion qu'il était urgent qu'il rééquilibre un peu sa vie en remettant le professionnel à sa juste place, cependant la conclusion annexe a été qu'il fallait qu'il réintroduise d'autres choses dans sa vie pour ne pas être qu'un pro&papa.
Du coup il commence à s'efforcer de passer moins de temps au boulot, mais n'en passe pas forcément énormément plus à la maison.
Donc, pour m'assurer ma dose régulière de temps de décompression, c'est sur notre nounou à domicile que nous comptons.

Comment vais-je organiser ces heures de liberté ?

Eh bien, d'abord, il y a les aspects financiers et organisationnels touchant à ma nounou à domicile : je sais que je dois à l'originalité de mon planning le fait d'avoir quelqu'un d'aussi chouette à qui confier mézenfanchéris.
En effet les agences telles que celle par laquelle nous passons ont comme souci la rétention du personnel de qualité : celui-ci se lasse vite des plannings à trous, principalement composés de trajets / sorties d'école, avec des revenus très variables puisque lesdits plannings sont aussi régulièrement chamboulés par les vacances scolaires.
Ma nounou à moi ne fait pas exception, qui, en fin d'année dernière, avait prévenu son employeur que si il ne lui assurait pas un planning plus stable et plus avantageux, elle reconsidèrerait ses options professionnelles. Et justement, moi, je propose des journées entières, et notamment, je meuble des matinées, créneaux généralement désespérément vides (hors mercredi).
Du coup, en réduisant le nombre d'heures de garde, je suis quand même soucieuse de préserver mon avantage comparatif, histoire que ma nounou à domicile trouve toujours son compte à venir chez moi.
Je pense donc passer de 20h par semaine réparties sur 2 jours (mardi et jeudi) à 13h par semaine, toujours sur 2 jours, un jour un peu plus long que l'autre (le jour "court" étant dimensionné pour lui permettre de rajouter une sortie d'école derrière). Dans l'absolu un nombre inférieur d'heures me suffirait tout à fait... mais pas à ma nounou.
Or j'ai d'autant plus intérêt à conserver ma nounou que j'ai besoin d'avoir une solution qui me convienne au cas où j'en ai absolument besoin: opportunité pro, grossesse.
D'expérience, plus on a confiance dans sa capacité à avoir quelqu'un de bien à disposition, plus il est facile d'envisager de confier ses enfants... et inversement. Donc je m'offre aussi la sérénité de savoir que si j'ai besoin de revoir à la hausse le nombre d'heures durant lesquelles je confie mes enfants, je pourrai le faire auprès de "quelqu'un de bien".
J'ai la chance de pouvoir me permettre ces heures superflues, sur les fins calculs financiers qui y sont liés, voyez ce billet.
Nous pourrions ainsi avoir un jour 10h-17h30, ou 10h30-18h, à voir, et un jour 10h-15h30 (pour lui permettre d'enchainer sur une sortie d'école ailleurs ce jour-là).

Sur le plan pratique, deux possibilités, sur lesquelles je pourrai jouer à loisir
  • vider les lieux, aller m'ébattre ailleurs en laissant la place aux enfants et à ma nounou
  • expédier enfants et nounou dehors, pour une balade (ma nounou adore les balader; F. fait des km avec elle), une visite à la bibliothèque ou une journée au Vaisseau, me laissant ainsi seule maîtresse du champ de bataille domicile.

Bon, alors, et à quoi bon tant de temps ?

Ce ne sont pas les idées qui manquent (ceci dit, si vous en avez des supplémentaires, je suis preneuse).
Priorité n°1 : M'offrir du temps pour moi (puisqu'il s'agit avant tout de recharger mes batteries)
  • Sauter dans ma voiture / un tram / mes chaussures (oui, je sais, en théorie, vivant à Strasbourg je devrais aussi écrire "mon vélo"; si ce n'est que ... 1. je n'aime pas le vélo surtout que 2. j'ai peur à vélo en ville) pour
    • filer déjeuner
      • avec monsieur,
      • avec des copines,
      • avec mes anciennes collègues,
    • retrouver une maman IEF s'offrant elle aussi un moment à elle,
    • ou aller passer du temps avec d'autres femmes au foyer, à long terme ou de circonstance (les congé mat ne manquent pas dans mon entourage, quel dommâââch' !)
  • Inviter des copines à boire un café chez moi
  • Lire tranquille et/ou bloguer à la bibliothèque (ou sur un banc au soleil quand le beau temps sera de retour; pour le moment ça me fait moins envie)
  • Aller à la piscine (j'ai urgemment besoin d'un peu d'exercice physique; ma garde-robe me le fait remarquer sans pitié, en refusant obstinément de me laisser réintégrer certains vêtements pré-2ème grossesse) seule, ou avec une copine, puisqu'il s'avère qu'il a suffi que j'évoque le sujet pour qu'une candidate se manifeste; Zuuuut alors, mêler l'utile et l'agréable...
  • Aller skier par loin avec une copine ? J'adore le ski, pas Monsieur, je n'ai pas skié depuis notre mariage...

Priorité n°2 : Dégager du temps utile pour faire des trucs pas forcément toujours fun mais quand même bien plus faciles à gérer sans enfants, et alléger ainsi la logistique / me simplifier la vie
  • Shopping
    • Grosses courses, notamment le gros plein mensuel de l'autre côté de la frontière : cela nous permettra d'en décharger nos week-ends
    • Aller fouiner chez Emmaüs ou récupérer des trucs dénichés sur leboncoin
  • RDV divers, notamment coiffeur et médicaux (je ne divulguerai sous aucun prétexte le nombre d'années depuis lesquelles je n'ai pas mis les pieds - enfin, les dents - chez un dentiste)
  • Démarches administratives et envois/ récupération de colis
  • Ranger:
    • soit en profiter pour effectuer une opération d'envergure en cumulant quelques séances de 15 minutes, par exemple
    • soit, tout simplement, retarder mon envol du logis : pendant que Madame O2 commence sa journée en gérant la sortie du matin au parc, rester encore un peu dans l'appartement délicieusement vide et y effectuer sereinement ma session de Decluttering avant de filer vers d'autres cieux
  • Préparer (bricoler ? Ne riez pas !) des trucs pour l'IEF, au caaaalme ; en profiter pour apprendre à coudre ? Qui sait, peut-être qu'un jour ce point basculera dans la catégorie n°1. Hohoho.
Priorité n°3 : Dégager du temps exclusif pour un enfant
Je n'y avais pas forcément pensé au départ, mais mes observations actuelles concernant le Bébou montrent l'intérêt d'accorder plus de moyens à une telle démarche. Si je n'avais que quelques très rares heures de garde à ma disposition, je m'arrangerais autrement pour caser ce point dans mon quotidien, mais en l'occurence, l'occasion fera le larron.
  • Ainsi, au départ, je ne voulais prévoir la présence de Madame O2 qu'en fin de matinée, et la faire arriver une fois notre créneau IEF terminé... puis je me suis dit qu'en fait, lui confier la Bébounette certains matins, pourrait m'offrir des vacances quant à la conciliation IEF du grand + explorations de la petite
  • F. a gardé de son été un grand intérêt pour la piscine, mais je ne me vois honnêtement pas y gérer mes 2 enfants seule.  Là, nous pourrions donc nous offrir ce moment mère-fils à intervalles point trop irréguliers, avant que je ne m'évade ensuite pour le reste de la journée. Et de temps à autre, je pourrais faire l'inverse et aller faire barboter la Bébounette.
  • Le principe pourrait être étendu à d'autres activités, à réfléchir... (là aussi je pense au ski, par exemple : quand il s'agira d'aller y initier le jeune homme...).


Bref, tout ça c'est plein de beaux projets.
Je piaffe!
Même pas 6 semaines avant la liberté.

25 commentaires:

  1. Tu te vois passer toute la journée à l'extérieur (en plein hiver ;-) ), toutes les semaines ? ou la cohabitation en appart avec nounou+enfants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh mais tu sais que ta question est excellente, elle m'a poussée à creuser davantage le sujet et donc : en général, je ne passerai pas forcément toutes mes journées, ni toute la journée (kwim) dehors.
      Mais plus précisément, voici ce que ça donne à l'arrivée: je me retrouve au fond, 4X2 = 8 matinées, 8 déjeuners, et 4 après-midis courts ainsi que 4 après-midis longs à disposition par moi.

      - Matinées
      -- 1 matinée piscine / semaine (en alternant, moi toute seule / avec une copine, soit avec un enfant) : 4 matinées par mois
      -- 2 matinées IEF donc chez moi(nounou = diversion Bébounette)
      -- 1 ou 2 matinées où je les expédie au Vaisseau et je suis chez moi
      -- 1 matinée où je les expédie au parc et je suis chez moi aussi
      -- 1 matinée où j'en profite pour faire notre marché (les mardis matin), soit seule, soit juste avec un (hé, un truc en plus que j'avais oublié dans ma liste)
      = ben oui, ça me fait déjà 9 matinées sur 8 d'occupées, bref, là c'est bon

      - Déjeuners
      -- 1 ou 2 avec Monsieur Bout (ça nous permettra de caser des repas à 2 bicoz ces temps-ci nous n'arrivons plus à caser notre rythme d'un soir au resto par semaine)
      -- 1 avec mes futures anciennes collègues
      -- 1 ou 2 avec la copine avec qui je pense aller à la piscine les matins
      -- 1 ou 2 avec des mamans IEF (par exemple NZ&Co, hein, si t'as moyen de...)
      -- 1 ou 2 avec diverses copines et / où ma voisine du dessus
      -- 1 ou 2 où ils sont au Vaisseau et je suis chez moi
      -- 1 où je fais mon gros shopping mensuel dans un centre commercial et j'en profite pour y bouffer des sushis !!
      = là aussi, pas de soucis en fait (pour le coup poser les choses ainsi m'a rassurée, je me voyais déjà Sans Déj Fixe)

      - Après-midi
      -- 2 courses : Kehl et gros centre commercial (où je chope tout ce qui n'est pas dans le Drive, le lait de chèvre du Bébou par exemple)
      -- 1 ou 2 Vaisseau (mais après-midi courte, ou morceau d'après-midi uniquement, généralement on en rentre autour de 15h)
      -- 1 avec une copine IEF ?
      -- 1 avec une copine au foyer hors IEF ?
      -- le reste, à la bibliothèque, au chaud, au calme...
      là aussi c'est bon, mais ta remarque me fait me dire que j'hésitais entre 10h-17h30 et 10h30 - 18h et que pour l'hiver, effectivement la première variante pourrait mieux convenir.

      Merciiiii !

      Supprimer
    2. ah et pour la cohabitation dans le même appart : non, je ne me vois pas le faire, d'expérience (en tant que babysitter) des enfants sont bcp plus relous à gérer quand leurs parents sont à proximité (la seule exception que je vois c'est quand la babysitter préférée de F. vient. Alors là on devient transparents, c'est un régal ;-)
      et moi idem, ça me reposerait moins.

      Supprimer
    3. Ahah le lait de chèvre pas au drive c'est pénible !!!! ^^
      On n'a la même chose ici et maintenant on a aussi les yaourts au chèvre qui ne sont pas au drive ...

      Supprimer
    4. Ahah le lait de chèvre pas au drive c'est pénible !!!! ^^
      On n'a la même chose ici et maintenant on a aussi les yaourts au chèvre qui ne sont pas au drive ...

      Supprimer
    5. Moi je trouve le lait et les yaourts de chèvre au drive ;-)

      En fait, je n'ai pas du tout les mêmes besoins que toi (et je suis plus casanière ;-) ). Quand les filles sont gardées, le plus souvent, je travaille à l'ordi, donc je ne vais pas y passer toute la journée.

      Supprimer
    6. Titia, en union de douleur, Clotilde, je t'envie !
      Dans notre drive on trouve les yaourts (brebis et chèvre), et encore ça fait plusieurs semaines que les yaourts de brebis "pas nature" (F. aime beaucoup ceux à la châtaigne) ont disparu...

      Et oui Clotilde, en effet, là aussi effectivement les besoins diffèrent ;-)

      Supprimer
    7. On trouve moins de lait de brebis en hiver : les agneaux ont grandi et les mamans ont moins de lait...!

      Supprimer
    8. Ah tiens je n'y avais pas pensé..., je ne me souviens pas d'une telle pénurie l'an dernier mais...j'ai autre chose à garder en mémoire donc peut-être pestais-je de la même manière l'an dernier 😊

      Supprimer
  2. C'est vrai que pouvoir confier ses enfants de temps en temps, ça fait du bien ... Ma maman les prend un jour par semaine et c'est très bien comme ça !!! Souvent, j'en profite pour nettoyer, faire les courses ou aller à des rendez-vous médicaux mais bon, au moins je le fais sans la présence des enfants et ça va bcp plus vite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout à fait ça, pouvoir gérer ces trucs sans enfants, ça devient presque des vacances, on a l'esprit liiiibre
      et c'est chouette pour ta maman, ça c'est l'avantage de grands-parents proches... et ça facilite le tissage des liens !

      Supprimer
  3. J'adorerai disposer de tels moments. Je travaille, certes à 80%, mais l'amoureux est très pris par son travail. Je gère donc tout (vraiment tout) seule. C'est pesant. Je rêve de me balader SEULE au bord de la mer, de boire mon thé SEULE, de discuter avec un(e) ami(e) SEULE ou même de récurer les WC SEULE. Mais voilà, financièrement se serait impossible. Petit loup est encore trop petit pour suivre son papa à son travail. Sauf que j'ai besoin de souffler (non, le travail n'est pas du "temps libre"). Il y a éventuellement l'option belle-maman et/ou belle-soeur, mais 1-je doute qu'elles soient en mesure de le garder plus de 2 heures et 2-elles sont très loin de mes principes éducatifs (la dernière en date est un chantage de ladite belle-soeur entre un morceau de pain et son papa...). Et donc, je fais quoi ? Je cherche toujours.

    Bergamotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que vous avez regardé avec les aides de la CAF ? le "complément de mode de garde". Ou les crèches-garderies ?

      Supprimer
    2. Nous bénéficions déjà de cette fameuse aide. Je ne sais pas jusqu'à quel nombre d'heures elle est plafonnée.
      C'est vraiment mon point faible (et sujet de discordes entre l'amoureux et moi, puisqu'il se sent impuissant et voudrait me soulager mais est noyé par son travail -payé une misère, soit dit en passant-).

      Bergamotte

      Supprimer
    3. Aie oui j'entends à quel point ça doit peser... Quel âge a petit loup ?
      Les plafonds de la CAF ne s'entendent pas en termes d'heures, mais en €, tout dépend donc de combien le mode de garde de votre temps de travail vous coûte déjà... j'en parle ici, si ça peut vous aider : http://petitbout-petitbout.blogspot.com/2016/03/vie-pro-mode-de-garde-aspects-financiers.html

      je reviens réagir sur la suite de votre commentaire demain;-)

      Supprimer
    4. Me revoici : je comprends que ce soit source de tensions, quand on est à bout mais que l'autre n'a aucun moyen de nous aider, ce sentiment d'impasse est vraiment difficile à vivre de part et d'autre !
      J'apprécie vraiment ma chance que nos moyens financiers nous permettent cela, certes je préfèrerais un Monsieur plus présent à la maison, mais au moins nous pouvons un tout petit peu compenser autrement.

      Concernant le soutien par BM / BS pas du tout en accord au niveau éducatif, je réalise l'angoisse ! Ce genre de trucs aussi me rendent folles et je ne pourrais confier mes enfants sereinement.

      Comme pistes que je verrais
      - Est-ce qu'un "échange d'heures de babysitting" avec une autre maman dans le même cas serait envisageable ? Du genre, un après-midi chaque semaine, l'une garde les enfants des 2, l 'autre sort, et on inverse la semaine suivante ? Une copine à moi, habitant l'IDF, s'est entendue avec leurs voisins : un samedi soir par mois, un couple garde les enfants de l'autre pendant que le couple veinard sort.
      Et je me dis que quand on n'a "que" un ou deux enfants, c'est encore assez raisonnablement envisageable (alors que fourguer ses 4 enfants à quelqu'un qui en a peut-être autant à s'occuper, ça devient plus sport)

      - un autre truc auquel j'ai pensé : faire venir une petite babysitter (donc pas payée grand chose) même pour juste 1h ou 2, soit lui donner le bain, soit l'emmener au square ? Du temps de F. j'avais mis longtemps à me sentir assez rassurée pour oser le confier à une petite jeune fille, après E. ça m'a été plus facile, et j'ai trouvé que l'avantage, c'était que c'était moi qui les "formais" : elles n'avaient jamais géré d'aussi petit bébé avant, et je les ai fait venir 1 ou 2 fois en ma présence pour tout bien expliquer, et comme ça elles suivaient ma manière de faire.

      Pour aider au financement, j'avais aussi une copine qui échangeait ces heures de babysitting contre 1h de soutien scolaire.

      Je ne sais pas si ça aide... si d'autres ont des idées lumineuses, qu'elles n''hésitent pas !

      Supprimer
    5. Je te remercie d'avoir pris le temps d'y réfléchir.
      Je n'ai pas pensé à ces solutions (et pourtant j'en ai trouvé, des plus ou moins réalisables). Il faudrait que je me renseigne auprès des mamans pour organiser un échange.
      Et pour te répondre, mon fils aura 2 ans le mois prochain.
      Et puis il y a également toute une remise en question sur la vie pro qui me perturbe un peu aussi. J'aimerai me mettre au chômage pour faire le point avec moi-même. Avec des si, hein. ;)

      Supprimer
    6. Chouette si ca peut t'emmener un peu plus loin! À plusieurs cerveaux on a toujours plus d'idées, d'ailleurs c'est un des bénéfices que j'attends de nos ateliers F&M: entendre leurs idées concernant les petits soucis quotidiens

      Bon courage pour la réflexion pro, ce genre de remise en question complique en effet les choses, avec des difficultés à distinguer si on a envie de plus de temps loin de CE boulot, ou loin de TOUT boulot... c'est un peu mon problème en ce moment aussi!

      Supprimer
  4. C'est bien super tout(s) ce(s) programme(s). TOUTES LES FEMMES devraient pouvoir faire garder un peu leurs enfants, un peu plus longtemps que leur temps de travail ou leur temps de foyer!! Dans ton planning il n'y a pas "re-chercher du travail" ça veut dire que tu tires un trait dessus pour de vrai? (peut-être ai-je lu trop en diagonale sur ta fin de contrat). En tous cas je ne sais pas comment ça se passe par chez vous mais ici à Paris, si tu es indemnisée par Pôle emploi il faudrait aussi caser le "je vais à mon rdv avec mon conseiller" ou "je rédige un mail à mon conseiller pour lui dire tout ce que j'ai bien fait pour retrouver du taf et mériter mes indemnités"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente remarque Emm.
      Alors oui, tu as raison, je n'ai pas inclus les aspects recherche d'emploi dans mon planning parce que pour moi ça relève de l'anecdotique. Je dois encore pondre un billet sur mes perspectives pro, mais en gros : oui, je vais continuer à chercher, mais non, je ne pense pas que ça va porter beaucoup de fruits.
      Du coup, je ne pense pas avoir beaucoup de temps sans enfants à "sacrifier" à d'éventuels entretiens... quant aux rdv Pôle Emploi, l'expérience de Monsieur m'a montré qu'ils n'allaient pas être bien fréquents ! Mais en effet, RDV et entretiens seront bien pris sur ces créneaux de garde, mais je ne peux pas "compter sur eux" pour m'occuper ;-)

      Supprimer
  5. Mais moi je trouve que tu as raison et que ce n'est pas seulement à l'avantage indirect de tes enfants : je suis convaincue qu'il est très bon pour eux de côtoyer d'autres personnes, surtout si ces personnes sont appréciées et appréciables. Pourquoi être mère au foyer voudrait-il dire être la seule à s'occuper des enfants ? (parce que c'est économiquement pas super viable, on sait, raison pour laquelle l'IEf ne me tente pas à 100%). Mais n'eût été le facteur pognon, être mère au foyer pour moi ne doit pas vouloir dire garder ses enfants entre 4 murs avec leur mère pour seul horizon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ouiiii +++, tu mets le doigt sur un autre point que je n'ai pas trop évoqué, mais qui joue un rôle en effet : je trouve important que mes enfants puissent développer une confiance dans d'autres personnes, qu'ils aient pu faire l'expérience que d'autres personnes peuvent aussi s'en occuper correctement.
      Il ne s'agit pas de "les confier très jeunes comme ça ils n'ont pas le temps de s'attacher" (sic), mais, comme tu dis, de leur faire découvrir sereinement qu'il y a d'autres horizons que mes mains toutes puissantes.

      Supprimer
  6. Comme d'hab tu as tout analysé, pesé et choix logique qui te correspond. :) Donc profite!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isa. Je ferai de mon mieux ! ;-)

      Supprimer
  7. Pfff, quelle chance que tu sais t'accorder !
    Moi j'y vais par étape. En fait Monsieur s'occupe pas mal de notre fille mais pour me permettre de travailler un peu. Du coup le temps libre plaisir est rare. Donc j'essaye d'aller au ciné au moins une fois par semaine.
    Mais j'ai aussi mis sur pied un atelier japonais tenu par Monsieur avec d'autres enfants en IEF. Jusqu'ici je travaillais pendant ce temps, mais là j'envisage de ne jamais travailler et d'aller dans un salon de thé soit avec une autre maman, soit avec un livre. On verra bien.

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...