PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

jeudi 7 avril 2016

Vie Pro + IEF... & Mode de Garde

Depuis quelques semaines tournoient dans ma tête les + et les - des différentes solutions qui s'offrent à moi pour la garde des Bébous, si je pars du principe que je m'embarque sur deux jours de travail par semaine en présentiel.

J'avais déjà dressé ici un comparatif des plus et des moins de 3 modes de garde, en général.

Ici je voudrais faire un zoom sur ce que ça donne dans un contexte d'IEF.

Il s'agit là d'une comparaison plus binaire entre garde à domicile (que ce soit en direct ou par le biais d'un organisme) et assistante maternelle (bien que les commentaires détaillés et bien utiles de Margaux sur la crèche parentale constituent une ouverture intéressante... et que par ailleurs certaines structures proches de chez nous offrent un accueil de type centre aéré - mais à la réflexion il reste difficile pour moi de nous projeter sur une structure collective, notamment pour la Bébounette, si jeune, donc je n'ai pas davantage creusé; si vous le faites, venez donc en parler en commentaire !)
En conséquence de quoi je ne mentionne que les "Bons Points" de chacune des deux solutions, lesquels Bons Points se comprennent automatiquement relativement à l'autre solution.

Assistante maternelle
  • socialisation facilitée, "incluse", puisque les journées passées chez elle impliquent de cotoyer de près les autres enfants qu'elle accueille, si elle accueille d'autres enfants (ce n'est pas le cas de la nôtre)
  • ouverture en dehors du foyer en leur donnant / conservant des habitudes ailleurs
  • domicile familial qui reste vide donc dispo pour : télétravail, repos exceptionnel, recevoir mon amant des copines pour un café, méga opération rangement, ou bricolage salissant,... enfin bref n'importe quoi.

Garde à domicile
  • gain de temps puisque pas de trajets
  • moins de stress les matins puisque pas besoin de presser les enfants pour les faire petit-déjeuner, habiller, charger dans la voiture, et les soirs pour l'opération inverse
  • logistique allégée : pas de sacs à préparer, pas de risque d'oubli à la maison
  • charges ménagères allégées
    • on peut légitimement demander que la cuisine et les pièces de vie des enfants soient rangées,
    • on peut aussi convenir (ce serait mon intention) qu'un certain nombre de tâches ménagères soient prises en charge : en ce qui me concerne je me vois demander 
      • l'étendage d'une lessive quotidienne ainsi que le pliage / rangement de la lessive sèche de la veille, 
      • l'épluchage de légumes / fruits en vue du dîner, 
      • et une fois par semaine le nettoyage sérieux de la cuisine 
      • je ne souhaite pas forcément demander plus car sur deux jours c'est déjà suffisant, ma priorité serait plutot qu'elle s'occupe de, sorte et fasse des choses avec, les enfants.
    • Déjà sympa dans toutes les situations, je me dis que ce gain de temps doit être d'autant plus précieux dans un contexte d'IEF: cela permet de se libérer du temps les jours off, temps disponible 
      • soit pour l'IEF et/ou sa préparation (mon angoisse!), 
      • soit pour profiter plus tranquillement des enfants, 
      • soit pour me détendre, moi
  • plus de facilité pour demander à la garde à domicile de faire des activités spécifiques avec les enfants, les emmener dans des lieux particuliers (l'assistante maternelle dispose à ce niveau-là de davantage d'indépendance), voire les emmener à des activités "extra-scolaires"
  • l'environnement de l'enfant est celui qu'on a construit pour lui, 
    • chouette appart
    • et surtout il a donc à disposition toutes ses richesses tout au long de la journée: si il veut choper un plateau montessori, il peut, voire davantage selon la capacité de la personne retenue à l'accompagner (je fantasme sur le fait de trouver quelqu'un branchée montessori / pédagogies alternatives - oui oui on a le droit de rêver, zut!)
  • si on a besoin de temps tranquille à la maison on peut aussi y rester et envoyer la garde à domicile au parc ou équivalent avec les enfants; mais ce sera sur un temps forcément plus court !

Hum, dit comme ça, il y a tout de même une nette différence de longueur dans les listes (spécial dédicace A.!)
On y retrouve d'ailleurs de nombreux points très appréciés à l'âge d'or de Papazofoyer...

Le critère financier pourrait toutefois, ou non, faire rebasculer la balance. 
En effet, à l'année longue, l'avantage de l'assistante maternelle sur la garde à domicile par le biais d'un organisme est substantiel (mais inexistant si on compare avec une garde à domicile en emploi direct).
Mais dans notre cas, où le 50% ferait suite à un 80%, cet avantage est clairement nuancé (en tous cas pour 2016) puisque nous avons théoriquement déjà épuisé notre réduction d'impôt assistante maternelle pour l'année alors que celui pour la garde à domicile est intact.

Bien entendu, le poids de l'un ou l'autre critère évolue aussi selon la place que prend l'activité professionnelle : plus la durée pendant laquelle les enfants sont confiés est longue, plus certains points peuvent se révéler cruciaux... d'autant que rester patiente et bienveillante sur une plage horaire de 3-4h ne requiert pas la même conviction que lorsqu'on doit gérer 10h de suite (et ça, en tant que mamans nous sommes bien placées pour le dire....). Je serais plus détendue à cet égard pondèrerais certaines choses différemment si finalement ma piste 50% capotait et que je n'envisageais plus que quelques demi-journées par ci par là à intervenir dans des écoles.

Le dernier point qui me faisait hésiter était le fait que nous connaissons notre assistante maternelle, ses points forts et ses faiblesses, ce qui représente une sécurité. Et qu'elle connaît nos enfants, nos enfants la connaissent, bref j'hésitais à prendre l'initiative d'une rupture affective.

Du fait de ce dernier point, et dans la mesure où il n'était tout simplement pas certain que notre assistante maternelle accepterait de continuer avec nous puisque cette diminution du nombre d'heures impacte évidemment ses revenus à elle, j'avais décidé de laisser les choses suivre leurs cours et d'observer ce que ça donnait, avant de prendre une décision.

Je parle au passé, car effectivement cette semaine les choses se sont dénouées toutes seules.
Le couple d'amis avec qui nous aurions pu "partager" notre assistante maternelle a finalement opté pour une autre solution. En conséquence de quoi, plutôt que de chercher une hypothétique famille susceptible d'avoir des besoins se conciliant avec les nôtres (parce qu'en plus j'ai besoin de jours précis dans la semaine), celle-ci nous a informés qu'elle préfèrerait redémarrer avec une nouvelle famille à la rentrée.
Si donc mon CDD est bien prolongé à 50% à dater du 1er juin, nous irons jusq'aux congés d'été avec notre assistante maternelle, et passerons en garde à domicile au retour des vacances. (hé, je réalise que du coup ça me permettra un mini comparatif des deux expériences ... même si le bilan sera faussé par la brièveté de la période ass mat + IEF, et par le fait que ce seront davantage des semaines de transition / mise en route vers l'IEF, plutôt que des semaines "types")

Il ne reste plus qu'à ... trouver la bonne personne.
(nan nan ça ne m'angoisse pas du tout... qui va s'occuper de mes béééébéééés ???
 je serais ravie que vous veniez me raconter vos expériences de garde à domicile; et notamment ce que vous demandez, jusqu'à quel point vous détaillez vos attentes ou laissez de la liberté...)

Dans la mesure où les deux solutions sont financièrement viables pour nous, je pense chercher à la fois par moi-même et par un organisme, afin de multiplier mes chances de tomber sur une personne qui m'emballe.
Avec un organisme, le’aspect « easy tout compris » m’attire, le fait de ne pas avoir à négocier les congés, la possibilité de tomber sur quelqu’un qui a déjà une longue liste de références, etc. 
En revanche je me pose la question de la souplesse :
  • en emploi direct, ce serait sans doute plus facile de moduler si de temps en temps j’ai par exemple besoin d'une demi-journée supplémentaire, « comme ça ». 
  • A plus long terme au contraire, si je pars du principe que 2017-2018 me verra réduire le nombre d’heures de manière substantielle, il est difficile d’anticiper quelle solution m’assure les meilleures chances de « garder » la personne / éviter d’en changer. J’imagine que le fait d’être employée par un organisme peut faciliter pour la personne le fait de rester avec moi car l’organisme peut lui trouver d’autres familles pour compléter…ou pas ?

Bref, encore du pain et des réflexions sur la planche !
Je vous raconterai !


5 commentaires:

  1. Sur deux jours de garde, "une fois par semaine le nettoyage sérieux de la cuisine", ça fait beaucoup ;-) ... si tu attends un vrai nettoyage sérieux !

    Oui si tu prends qqun par une agence, ce sera plus facile de trouver qqun qui souhaiterait qd même travailler à 100%.
    Mais si c'est le cas (qqun qui veut travailler à 100%), que ça soit en emploi direct ou indirect, ça sera compliqué de rajouter des demi-journées comme ça, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de ton avis Clotilde : hum, alors, non, ça dépend ce qu'on appelle sérieux : dans la mesure où je garde ma femme de ménage en diminuant juste ses heures, j'attends surtout un truc du style : vidage de poubelles, nettoyage du plan de travail et de l'évier, et surtout, surtout jemako-isation (avec ou sans passage d'aspi avant ;-) ) du sol ! Car notre carrelage a très très vite l'air dégueu... Qu'en penses-tu alors ? Je pars du principe qu'elle aurait du temps pendant les siestes...

      Oui tu saisis bien mes interrogations pour le 100%, du coup je ne sais pas si des gens ne voulant pas travailler à 100% peuvent être intéressés par ce que je propose (ce sont deux longues journées, quand même) et m'intéresser...

      Supprimer
    2. ah et puis : je n'attends pas non plus que sur les 10h elle soit tout le temps tout le temps "sur le dos" des enfants : à mes y eux elle peut très bien étendre le linge le matin en les laissant jouer seuls pendant ce temps, ou mieux, en les associant!

      Supprimer
    3. la pauvre, elle aura besoin d'une pause pendant les siestes ;-) ... si elle passe toute la journée avec eux

      Supprimer
    4. QUE sous-entends-tu !? NON mes enfants ne sont PAS DU TOUT fatigants, non mais ! ;-)
      Je suis d'acc avec toi pour la pause, je me disais que sur minimum 1h30 - 2h elle pourrait consacrer maxi 1/2h à ma cuisine. Mais si tu considères que c'est trop, ça me fait réfléchir ...

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...