PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 15 janvier 2016

IEF et répartition de mon temps de travail - Votre avis!

J'y avais fait allusion plusieurs fois, notamment ici et
il se pourrait fort bien que j'aie l'opportunité de continuer à bosser (au moins un temps) chez mon employeur actuel tout en réduisant beaucoup mon temps de travail.


Un contexte un peu spécial en est responsable, et la balle est dans mon camp: tout étant encore très flou, tout est encore possible. J'ai donc pris l'initiative, cette semaine, d'expliquer à mon chef que je suis prête à apporter mon aide sur une base "autour du 50%", afin de voir sa réaction. Ladite réaction étant intéressée, il se charge d'aller discuter avec les interlocuteurs idoines pour confirmer que c'est faisable. 
A moi de construire une proposition détaillée.

Je pense proposer une base de 40% présentiel + 10% télétravail 
(j'ai ajouté ces 10% après qu'un collègue m'ait justement fait remarquer que vu mon temps de présence restreint je serais de toute manière amenée à traiter des mails de la maison, et que donc autant que ce soit rémunéré, zut)
40% = 4 demies-journées par semaine
Je m'interroge donc sur la meilleure manière de répartir le présentiel :
j'hésite entre
- solution 1 : 2 jours
- solution 2 : 1 jour + 2 après-midis

Avantages & inconvénients de la seconde solution par rapport à la première :
  • meilleure répartition de ma présence sur la semaine (aussi bien au boulot qu'à la maison).
  • 4 matinées à consacrer à l'IEF, avec seulement un jour sans IEF. Or mes lectures bloguesques soulignent l'importance d'établir une routine pour favoriser la mise au travail. Et je pars du principe que cette routine se mettra d'autant plus facilement en place qu'elle se répètera la majorité de la semaine. La limiter à 3 jours par semaine ne risquerait-il pas de nous faire passer sous le seuil critique nécessaire à l'installation, l'ancrage de cette habitude ?
  • en étant absente les après-midis, je "rate" moins de temps avec les enfants puisque une partie de l'après-midi est de toute manière prise par les siestes
  • je pense réserver les après-midis aux activités extérieures, ce qui est très compatible avec les moments où je les confierai, puisque je pourrai donner comme instruction à la personne qui les gardera de les emmener jouer dehors (ce pour quoi ma présence est moins indispensable)
  • mais je perds plus de temps (et d'argent = essence + temps de garde) dans les trajets, car j'ai quand même 1/2h de route aller, 1/2h retour....

Par ailleurs, quelle que soit la solution retenue, combiner boulot et démarrage d'IEF, est-ce, dans l'absolu, bien "raisonnable" (= faisable)  ?
  • quid du temps nécessaire pour bien préparer cette première année d'IEF ? Certes, je sais que ce n'est que de la petite section pour le Bébou, donc ce n'est pas énorme en soi, mais je pars du principe que du fait de mon manque d'expérience la préparation se révèlera plus chronophage qu'une fois rodée. Du coup je crains qu'un éventuel manque de préparation conduise à l'échec de l'IEF, faute d'y avoir mis les moyens suffisants
  • si je pars du principe que je profite des siestes des après-midis de semaine qui me restent pour effectuer cette préparation, ne sera-t-il pas impossible de faire quoique ce soit en plus de cela (voir des copines, faire des trucs pour moi, ou même des trucs utiles pour la maison) puisque ces créneaux-là seront pris (ou alors, retour au point précédent)? D'autant que mes 10% de télétravail seront eux aussi à répartir dans la semaine (après-midis ou soirs, c'est plus souple) et viendront donc grignoter encore davantage mon temps libre.
Je précise qu'à ce stade je ne cherche pas une organisation valable ad vitam aeternam / plusieurs années / compatible avec l'IEF de plusieurs enfants et/ou d'un âge plus avancé, mais qu'il s'agirait d'un fonctionnement qui se mettrait en place vers le mois de juin (3 ans de F.) et se poursuivrait au moins jusqu'à décembre 2016, potentiellement jusqu'à juin 2017 mais pas au-delà (c'est-à-dire que je ne m'aventurerai pas à m'engager au-delà quoiqu'on me propose dans ce sens. Trop d'inconnues, one step at a time, zut!)


Il en découle le cahier des charges suivant : une organisation permettant de combiner :
  • l'IEF d'un enfant de 3 ans, 
  • l'éducation de sa soeur de 1 an, 
  • le boulot dans les proportions précédemment évoquées
  • la capacité de la Gwen a quand même faire autre chose au delà du métro-boulot-IEF-dodo


Possible ? Pas possible ? Possible dans quelle mesure ? Possible comment ?
 
J'aimerais ÉNORMÉMENT bénéficier de vos avis et remarques sur ces différents points, les mamans IEFeuses en particulier, mais les autres aussi, dont l'analyse de l'un ou l'autre aspect pourrait tout à fait me faire progresser dans mes réflexions.

Sanquiou verimeutche.

15 commentaires:

  1. Je profite de la tétée de S et de la séance plage des filles pour commencer à répondre. Et puis on en parlera au tel, ça sera plus simple. Déjà voici en vrac qlq réflexions

    - vu les aspects négatifs évoqués dans le précédent article, tu penses que continuer un an de plus pourrait être bénéfique pour toi ? (en dehors de l'aspect financier). Quid de tes possibilités à l'ENA ? Est-ce que ça n'est pas une façon de reculer l'échéance de "je ferme la porte "boulot en entreprise pour plusieurs années" ?

    - pour l'IEF d'un enfant de trois ans : no stress, c'est très light ! c'est plutôt qlq (courtes) séances formelles insérées dans le quotidien que le quotidien organisé pour faire l'IEF comme avec des enfants plus grands. A cet âge, un quotidien très riche est bien plus bénéfique que de super séances de travail préparées au millimètre près ;-)

    - pour les 3 matinées par semaine qui "casseraient le rythme". Cf supra, je ne pense pas que ça soit important à cet âge. Ca me gêne un peu pour A, mais pas pour P.

    - pour les 2 demi-journéees : non seulement ça te rajoute ton temps de trajet, mais aussi celui de "zut où est le manteau, le doudou, la cagoule", déposer et reprendre chez l'ass mat.
    Les témoignages de mes amies qui bossent à temps partiel m'incitent à dire qu'il vaut mieux 2 journées complètes plutôt qu'une solution "bancale". Pour profiter à fond des journées complètes ensemble... Les enfants ont besoin de pouvoir prendre leur temps.
    Quitte à ce qu'ils soient gardés par ex 2h en plus une aprèm, pour ton "temps à toi".



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc je vote pour la solution 1 :-D

      Tu sais, ton quotidien ne va pas être chamboulé parce qu'on sera le premier septembre et que ça sera le jour de la rentrée :-p
      Petit à petit, puisque tu seras plus présente à la maison, naturellement, tu auras plus l'occasion de lui proposer des "séances de travail". Mais il sera trop jeune (à mon avis) pour qu'on puisse décréter "tiens, c'est l'heure de l'école".
      Ca sera plutôt : je l'observe, je vois qu'il a l'air réceptif, et je sors mes propositions mûrement réfléchies.

      Et bon, je ne veux pas te décourager, mais entre 1 an et 2 ans, c'est l'âge le pire à gérer. Encore trop jeune pour bien comprendre "ne touche pas à ça, à ça, et à ça", pour faire des activités autonomes, etc... ;-)

      Supprimer
    2. ah Clotilde merci beaucoup !!

      Déjà tu me montres que j'ai doublement bien fait de poser la question, j'étais SÛRE que tu me conseillerais la solution 2. :P
      Comme quoi !

      Donc si je te comprends bien, mon idée de prévoir des matinées où il y a au moins 1h de "dispo" pour une séance de travail (= je n'ai rien prévu d'autre, je la propose, F. dispose) n'est pas vraiment adaptée ?
      En tous cas je t'avoue que tu me réconfortes bien, je trouvais effectivement la solution 1 plus confortable en terme de stress / timing à gérer, mais je pensais vraiment qu'elle était préférable d'un point de vue IEF. Donc là, plus de scrupules à avoir ;-)
      concernant la solution de garde, il faut que je voie, a priori pour plusieurs raisons je partais de toute manière sur le fait de passer sur une garde à domicile (mais j'ai quelques calculs à faire pour être bien sûre.... et une conversation à avoir au cas où avec notre assmat), ce qui simplifie la logistique. Mais je retiens aussi ta suggestion des 2h une aprèm/semaine en plus, merci !

      sur le boulot, hum, oui, il est clair que la reculade d'échéance joue un rôle certain.... mais il y a aussi le fait que j'aime bien les gens dont je m'occupe en ce moment, et que je serais contente de pouvoir les accompagner plus longtemps (= j'ai entamé des choses avec eux, que prolonger mon contrat me permettrait de mener à terme). Et même si je n'apprends pas énormément, j'apprends quand meme un peu (sur l'aspect coaching), et sur ce point je crois que je n'aurai pas encore épuisé ma marge d'apprentissage "toute seule comme une grande" en mai.

      Quant à l'ENA, en fait ça s'avère un peu compliqué, les statuts de l'enseignement supérieur semblent conditionner les interventions au fait d'avoir une activité pro par ailleurs.... je posterai un article là-dessus bientôt je pense.

      Supprimer
  2. A cet âge vraiment pas d'inquiétude à avoir :)
    Quant à la routine même avec des très grandes (15 et 17 ans) nous avons quasiment toujours opté pour une semaine de 4 jours avec cassure le mercredi, une journée toujours très appréciée ! Or d'une part ça ne les a jamais empêchées d'étudier lorsque j'imposais certains apprentissages, d'autre part ça continue de ne poser aucun souci aujourd'hui que je n'impose plus mais en plus ça n'a pas empêché ma grande d'avoir le bac. :) Au contraire le fait d'avoir des journées où je ne fais aucune proposition leur a toujours permis d'inventer, réaliser leurs propres projets.
    Bonne réflexion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est intéressant d'avoir ton témoignage nourri de tout ce recul. Chez nous le bac est loin....;-) Merci de cet éclairage sur cette question de "cassure", ça ouvre des perspectives aussi pour plus tard. Toi tu n'as pas trop ressenti ce besoin d'une routine ? Ou c'était plus que cette routine était d'autant plus renforcée (et non affaiblie) par l'existence d'une journée sans ?

      Supprimer
    2. Nous avons malgré tout une certaine routine. Par exemple le lundi matin les filles aiment commencer par un peu d'histoire de l'art, ensuite et bien ça varie mais en principe nous partons pour 4 à 6 semaines d'apprentissages où je propose suivis d'une ou deux semaine sans proposition de ma part.
      Le mercredi c'est une bulle pour les projets de chacune, mais aussi des activités extérieures. :)

      Supprimer
  3. Bonjour, merci pour ce témoignage très intéressant. J'ai une question assez idiote mais quand vous faites garder un enfant de plus de 3 ans, comment ça se passe? J'imagine qu'il faut trouver une ass mat OK et ensuite pas d'aide de la CAF?
    Je me pose la question car je suis à mi temps en télétravail et j'aimerais faire de l'ief (ma fille a 30 mois) mais je ne peux pas rester en permanence avec elle. Merci de votre réponse et bon discernement pour cette nouvelle organisation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et bienvenue ici ! Question pas du tout idiote, les aspects financiers sont loin d’être négligeables dans ce genre de réflexion. Choix pro, épanouissement, machin, c’est bien joli, mais vivre d’amour et d’eau fraîche ne fonctionne que sur un temps limité. J’ai d’ailleurs en préparation un billet sur les enjeux financiers ;-)
      Je suis contente que mon témoignage serve, et je vous comprends tout à fait dans votre souhait de faire garder votre fille, surtout qu’à 30 mois ce n’est pas évident de conjuguer sa présence et du télétravail ;-)
      Oui la première difficulté est de trouver quelqu’un qui accepte, c’est drôle j’en parle justement un peu dans mon billet d’aujourd’hui : http://petitbout-petitbout.blogspot.com/2016/02/choix-pro-se-bouger-utile.html. D’expérience si on peut être un peu flexible sur les jours, ou le nombre d’heures, ça aide. Certains parents gardant leurs enfants avec eux le mercredi, des nounous peuvent avoir de la place juste ce jour-là par exemple. Ou celles accueillant des enfants déjà scolarisés, donc uniquement sur les horaires péri-scolaires, peuvent être tout à fait partantes pour accueillir un petit bout supplémentaire un après-midi d’école.
      Au niveau financier : même après les 3 ans de l’enfant, on a toujours droit à une aide de la CAF (que ce soit pour une assistante maternelle ou un autre mode de garde), et ce jusqu’aux 6 ans de l’enfant : c’est justement parce que vu la plage horaire restreinte couverte par les horaires d’école, on part du principe que la plupart des parents auront besoin d’avoir recours à un système de garde pour couvrir par exemple le temps entre sortie d’école et sortie du boulot (=périscolaire). Mais le montant de l’aide est divisée par 2 par rapport au montant auquel on aurait droit si l’enfant avait moins de 3 ans.
      Attention en revanche, tant que vous percevez par ailleurs un congé parental à temps partiel pour un temps partiel de 50% ou moins, ladite somme est encore divisée par deux. Et si vous êtes à congé parental à temps complet, pas d’aide de la CAF ni de prise en charge des charges sociales ( quelque soit l’âge de l’enfant), SAUF si vous renoncez à percevoir le congé parental (il peut être utile de faire le calcul et de voir ce qui est le plus avantageux)
      Bon discernement à vous !

      Supprimer
    2. Je vous remercie de votre gentillesse et de votre réponse détaillée. En fait, je suis en CP à mi temps donc pas de compensation pour le congé parental. Au niveau financier on est assez étranglés car on est dans la mauvaise tranche de population qui a peu d'aides et paye tout assez cher. Il faudrait que je fasse des calculs... je pense que cette réflexion arrive un peu tard dans mon parcours avec mon aînée, malheureusement, mais je prépare le terrain pourla suite... merci beaucoup à vous

      Supprimer
    3. je vous en prie
      et oui, faites des calculs ! je n'ai toujours pas fini le billet sur les soussous, mais je me sers beaucoup du système de simulation de la CAF, et aussi de celui des impôts ! car on peut déduire de ses impôts une partie de ses frais de garde (le plafond varie selon le système de garde qu'on choisit, mais il est valable quels que soient les revenus !)

      Supprimer
    4. On a aussi des aides pour les 3 à 6 ans. De mémoire (nous avons faits ainsi qlq mois entre les 3 ans de n2 et la naissance de n3), les montants sont divisés par deux. Ca me permettait tout juste 16h /mois

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Merci pour cet article qui tombe pile poile au moment de ma réflexion pour l'ief. ;-)
    J'ai deux petits loups: une petite minette de 4 mois et mon grand de 3 ans et demi qui a "enduré" la petite section à l'école. Je suis en auto-entreprise et mon mari est salarié... j'attends avec grande impatience votre "billet" sur les "soussous", cela m'éclairera surement en cette période d'élaboration de planning (moi perso j'étais partie sur la solution 1 jour et 2 après midi) pour conjuguer l'ief, les heures chez nounou et mes heures de travail, etc,... (et accessoirement du temps pour moi???) :)

    Bonne réflexion à vous et encore merci pour vos partages! Il est chouette votre blog!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour ce gentil commentaire !
      Ouille pour l' "endurer"... (et OUI à du temps pour vous !! :D)
      Alors, concernant les soussous : il se trouve qu'en fait il y a tellement à dire sur le sujet que ledit billet gonfle, gonfle, et que je ne sais plus trop par quel bout le prendre. Je vais donc finir par le découper en morceaux.
      Du coup si il y a des points particuliers, des questions précises qui vous agitent, je veux bien que vous me les posiez ! Ça me permettra de prioriser dans tout ce que je souhaite dire, en faisant "mûrir" plus rapidement cette partie-là du billet.

      Supprimer
    2. Bonjour, merci d'avoir pris le temps de me répondre.
      J'imagine assez facilement que l'aspect financier de l'ief peut représenter un gros "morceau". Pour ma part la question qui me viens souvent est:
      de quelles ressources (livres,matériel,...) avons nous besoins pour démarrer afin de créer un environnement riche pour apprendre?
      Car si les familles qui m'inspirent pour l'ief pratique souvent la version "autonome" ou "informel" donc sans contenu prédéfini, bien souvent j'ai pu remarquer qu'elle étaient passées par des envies de Montessori ou autres et donc avaient fait l’acquisition du matériel spécifique puis avaient abandonner la pédagogie "pure" mais utilisaient encore parfois le matériel... et puis comment jongler entre frais de garde, congé parental, caf, etc.
      Je me dis également qu'il doit y avoir autant de réponses que de familles et surement qu'a défaut de trouver LA bonne réponse il faut trouver celle qui nous convient! ;)

      *premier petit pas pour nous: mon grand prendra un nouveau rythme à partir de lundi prochain! fini l'école l'après midi avec la sieste rikiki, la cantine malbouffe, et les TAP "spécialiste du coloriage reine des neiges" jusqu'à la fin d'année scolaire. Quand je lui ai annoncé il a sauter de joie en disant "j'ai trop de chance"!(pourquoi je l'ai pas fait plus tôt???) Ça sera l'occasion pour moi d'amorcer une nouvelle organisation*

      Supprimer
    3. merci pour ces précisions ;) ça m'aide, du coup je planche en priorité sur deux billets, l'un sur les critères de choix des modes de garde dont l'aspect financier, et l'autre sur le coût de l'IEF (vu de ma porte...). J'espère les sortir d'ici la fin du mois !
      Bon nouveau rythme / premier pas à vous! Oui bien sûr on se demande toujours pourquoi on n'a pas fait mieux plus tot, mais être parent c'est du progrès tous les jours... donc forcément pour progresser faut être à un stade moins bien avant ;-) et il a du se sentir tellement compris sur le coup !

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...