PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 7 octobre 2016

Petit pas ZD / consommation raisonnée: le panier bio

J'avais compté sur mon passage à 50% pour commencer à investir de l'énergie dans une réorientation de notre organisation quotidienne vers plus de Zéro Déchet ("plus de zéro "... la formulation prête à rire mais illustre bien que ce zéro constitue un horizon vers lequel progresser, pas un objectif à atteindre).

Mais non : entre 
  • redémarrage / progression Flylady, 
  • démarrage de l'IEF et 
  • processus d'inculturation F&M
mes capacités d'absorption / impulsion du changement sont à saturation. Moi qui dans mon boulot ai expliqué à des dizaines de salariés en quête d’une mobilité qu’il n’était pas bon de se retrouver en zone de tension / d’inconfort / d’effort dans trop de domaines à la fois (devenir manager dans un domaine technique un peu différent du sien dans un contexte un peu inhabituel avec des interactions fréquentes dans une langue encore peu maîtrisée par exemple…), je sais que je ne saurais courir davantage de lièvres sous peine qu'ils ne m'échappent tous.

Ce qui ne m'a cependant pas empêchée de faire un premier pas dans le sens d’une consommation plus raisonnée, mais un pas facile : il demande peu d'efforts, voire m'en ôte sur certains aspects, et ceux-ci s'associent de manière heureuse à un centre d'intérêt de ma petite personne : la cuisine.

Depuis la fin juillet, donc : 

rationalisation de l'approvisionnement familial par l'achat de paniers bio.

Là-dessus, j’ai tout simplement profité du partenariat développé par mon employeur actuel avec une entreprise d’insertion locale, qui livre les paniers commandés sur mon lieu de travail.


Les points qui m’ont permis de sauter le pas
  • Récupération qui s’insère très facilement dans notre quotidien, je récupère mon panier à la fin de ma journée de travail : je n’ai pas à courir à l’autre bout de la ville, ça me facilite la tâche!
  • Ce sont des produits bio (fruits et légumes), essentiellement locaux, mais avec en plus des partenariats avec des fournisseurs pas locaux, permettant de diversifier le contenu du panier : nous sommes (enfin, le Bébou notamment) de gros consommateurs de bananes, une partie de notre stock nous arrive ainsi par le biais de ce panier.
  • Je commande le weekend pour une livraison en fin de semaine, je sais donc à l’avance ce dont je vais disposer et peux donc compléter par des courses supplémentaires en connaissance de cause (et je peux même planifier mes menus à l'avance du coup !)
  • Pas d’abonnement : je n’ai aucune obligation de commander chaque semaine, ni de commander les mêmes quantités, ni quoi que ce soit
  • Et surtout : le panier est modifiable
    • Par défaut, il est proposé avec un certain contenu, mais ensuite je peux retirer des produits, et en ajouter d’autres car chaque semaine, différents produits sont proposés à côté, « à la carte ». 
    • Pour moi c’est un point essentiel du succès : je déteste certains légumes, d'autres peuvent être très compliqués à cuisiner, je n’ai aucune envie de les retrouver dans mon panier et donc dans mon frigo semaine après semaine quand c’est leur saison ! 
      • NZ&Co me confiait bouffer des blettes deux fois par semaine en ce moment, mes bonnes résolutions ne sauraient résister longtemps à un tel traitement. Mon estomac est roi ! (ou plutôt, mes papilles)
      • La semaine dernière on me proposait du fenouil, j’ai cliqué sur SUPPR sans hésiter… J'exècre le fenouil, hors de question que cela rentre dans ma cuisine !



Conséquences positives après plusieurs semaines
  • Gros effet boost pour notre consommation de frais. Pour les légumes notamment, j’avais tendance à beaucoup me reposer sur Picard. Mon congél est nettement moins sollicité ces temps-ci !
  • Même effet sur notre consommation de légumes ! (et de fruits, mais dans une moindre mesure, car nous en consommions déjà beaucoup) : j'en ai davantage à disposition, qui 
    • étant frais, sont à manger avant qu'ils ne prennent un aspect peu ragoûtant. 
    • ayant la relève qui va se pointer la semaine d'après, doivent lui laisser la place
    • Donc je prévois mes menus en conséquence : à ce niveau-là, le duo paniers bio - planif des menus constitue vraiment une association très heureuse !
  • Belle amélioration dans la gestion des stocks / anti-gaspi, ça introduit un rythme, une régularité, et donc je m'en sors bien mieux !
  • Par ailleurs, le bac à légumes se retrouvant vide ou presque une fois par semaine, au moment de le remplir avec mon butin je me retrouve à lui donner un coup d'éponge. Moi, donner un coup d'éponge hebdomadaire à mon frigo !!!!!Les bras vous en tombent. A moi aussi, et c'est pas pratique pour éplucher.
     
    il est pas beau mon bac à légumes pour cette semaine ?
  • Diversification de notre alimentation : certes, je peux modifier le contenu de notre panier et en éliminer tout élément indésirable, mais cette composition de base a un effet inspirant, me pousse à des « audaces ». Les propositions faites m’incitent à tester des trucs différents, à changer un peu mes habitudes.
    • Ainsi, nous mangeons bien davantage de salade
      • Pendant longtemps, nous avions été abonnés aux salades en sachet, surtout mâche et roquette (hou hou, pas du tout ZD !) puis nous nous en étions lassés, en partie du fait de notre passage en mode « courses au Drive » : plus de possibilité de sélectionner un sachet avec une date de péremption très éloignée, et donc nombreux demi-sachets ayant connu une fin en bouillon de culture au fond du frigo (eh oui, hein, je vous rappelle que les conseils de Flylady sur la gestion de frigo ne sont pas superflus dans mon triste cas)
      • A présent, très régulièrement une salade est proposée dans les paniers ; je la prends et la prépare moi-même comme une grande, sauf si il s’agit d’une variété qui ne m’inspire pas. Ainsi, je ne reprendrai plus de la frisée, la texture m’est en fait désagréable et il nous a été difficile de terminer celle que j’avais reçue - mais, signe de progrès tout de même, mon "difficile" n'est pas une manière discrète d'avouer qu'une partie a filé à la poubelle après s'être lentement décomposée dans un coin: nous l'avons terminée, dans les temps, à grands renforts d'huile de pistache.
    • J’ai préparé moi-même, pour la première fois, du chou-fleur (jusqu’à présent il était préparé par Tonton Picard), du chou rouge, du brocolis !
    • En ce moment, c’est la saison, sont proposés parfois des champignons divers et variés, je reviendrai donc bientôt vous parler de la délicieuse recette de pleurotes à la crème que j’ai pu expérimenter deux fois ces derniers temps
  • Il y a quelque temps, j'ai même repoussé les frontières du possible : la composition de base du panier de la semaine proposait une noix de coco, j’ai hésité, puis hop, taïaut, j'ai décidé d'imiter Lara Croft (oui, je suis certaine qu'elle est spécialiste de la noix de coco). 
    • Une fois le panier reçu seulement, je suis allée demander à notre ami Google comment ouvrir le machin. Eh bien, sachez-le, il existe mille et une manière d'ouvrir une noix de coco, mais les articles les citant ne m'inspiraient pas confiance : je me voyais déjà en tenter une, la rater, tenter la suivante, et finir par crever d'inanition à côté d'une noix de coco sur laquelle j'aurais usé marteau, aiguilles à tricoter, machettes (car j'en ai toujours une sur moi, bien entendu!), perceuse et autres ustensiles de cuisine de base.
    • En revanche, la méthode détaillée ici réclame un véritable acte de foi : persévérer pendant 15 minutes sans voir le moindre résultat. Mais je vous confirme qu'au bout des 15 minutes à taper bêtement avec le dos d'un couteau (c'est ça qui m'a séduite, le dos d'un couteau, ça craint moins quand même ; ceci dit, il paraît que là aussi on peut faire ça avec une machette, donc n'hésitez pas pour vos photos Instagram, ça rajoutera un côté folklore local auquel vos followers -est-ce que c'est comme ça que ça s'appelle sur Instagram ? Je suis terriblement out- seront sensibles. Pour ma part, je n'ai pensé à prendre les photos qu'après, vous devrez donc me croire sur parole quand je vous dis...) que la promesse se réalisa : Sésame, ouvre toi, noix de coco, à moi !
    • Et c'était ma foi pas mauvais ! Quel dommage que j'aie pris l'option de ne pas publier de photos de nous, Monsieur et Madame, sur ce blog, du coup vous n'aurez pas droit à celle où Monsieur Bout fait le phacochère, deux lamelles de noix de coco en guise de défenses.

Bref, comme vous le voyez, les paniers bio, c'est l'éclate totale.

Côté Zéro Déchet, c'est un mieux, mais ce n'est point parfait non plus : les fruits et légumes sont livrés en vrac (du coup, si pommes de terre terreuses, tout le monde en profite)
  • sauf les petites choses (genre les mirabelles) qui sont un peu protégées dans un sac en papier
  • mais conditionnés dans un immense sac en plastique très fin
donc c'est toujours mieux que des courses lambda et leur 36 emballages, mais bon !

 
Côté financier
, eh bien, c'est pas gratuit.
Ceci dit, hein, c'est logique : c'est la première fois que je me fournis quasi exclusivement en bio, donc évidemment, il y a une différence ! Ceci dit, si je prends comme référence le prix des bananes bio, c'est toujours moins cher que dans notre Drive.


Me voilà fort contente de ce petit pas, les autres suivront, en temps et en heure, c'est-à-dire pas tout de suite... pour le moment, je me contente de m'énerver un peu à chaque fois que franchement, le suremballage est flagrant; ma conscience s'éveille ainsi graduellement, et dès que j'aurai de nouveau de la bande passante je pourrai m'attaquer au sujet.

10 commentaires:

  1. Moi je trouve que c'est un sacré pas!! Et puis d'abord il n'y a pas de petit pas!
    Bonne continuation en cuisine et longue vie au panier ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour mamanko et bienvenue ici ;-)

      merci de tes encouragements, et oui, longue vie, je ne me suis pas encore préoccupée de la manière dont je pourrai continuer à en bénéficier une fois mon contrat terminé, mais j'espère pouvoir le faire, je n'aimerais pas revenir en arrière, fusse d'un "tout petit pas" ;-)

      Supprimer
  2. Mais c'est délicieux, le fenouil :-p
    En revanche, les navets, bof bof... que vas-tu en faire ?

    Qu'est-ce que c'est les boules vertes sur ta photo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. looool pour le fenouil, tu sais, je suis cohérente : tous les goûts anisés, chez moi, c'est BEURK : fenouil comme anis comme pastis comme réglisse...

      Alors les navets, justement, pour moi ça a toujours été bof bof jusqu'à ce qu'on soit invitéz à dîner chez des amis et "oooooh des navets, choueeetteuh... j'ai pas très très faim ça suffira merci"
      et en fait c'était délicieux !
      J'ai donc stocké ce souvenir dans un coin de ma mémoire sanz rien en faire, jusqu'au weekend dernier où j'ai découvert la composition de base du panier.

      Donc sache que les navets ont déjà disparu, sous forme de
      - purée (avec des pdt) : pour les enfants (c'est mon arme secrète: je me dis que si un truc ne me plait finalement vraiment pas, je peux toujours le transformer en purée et le refourguer aux enfants!); eh bien c'était délicieux, j'ai regretté de ne pas en avoir préparé plus pour qu'il y en ait pour nous !
      - à midi, dans ma recette trop top de magret au four (que je n'ai toujours pas publiée ici) : pas mal, le jus de canard s'y marie bien, mais encore un peu bof bof quand même à mon goût (Monsieur a bien aimé)

      Les boules vertes = courgettes rondes
      (c'est la première fois que j'en achète aussi)

      Supprimer
  3. Les Blettes c'est donc sympa 2X par semaine ;-)
    Bon j'avoue hier soir j'étais très très déçue de mon panier AMAPIEN (c'est rare mais là vraiment bof bof)
    Bravo pour ce joli pas ZD!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aie t'as récupéré quoi cette fois ? T'as qu'à inviter du monde à manger comme ça c'est plus vite écoulé ;-) ok je sors !

      Supprimer
  4. Avoir des enfants ça m'a aussi poussé à vivre mes principes à fond et à bouleverser mon alimentation.
    Ton expérience me rappelle mes débuts d'AMAPienne.
    J'appréciais de ne pas avoir à me demander ce que j'allais acheter, de manger local et sain et de saison ET de ne pas avoir d'emballage (on rapportait les emballages vides d'une semaine à l'autre).
    Une expérience avec ses défis : plein de légumes auxquels j'étais peu habituée à cuisiner, d'ailleurs on se partageait des recettes dans la file d'attente. (en revanche on avait en effet plein de blettes et d'épinards à manger hors je déteste ça !). Et puis les volailles qu'on me livrait entières et que j'ai du apprendre à découper et qui m'ont sûrement amener sur la voie du végétarisme d'ailleurs (pas moyen de se cacher derrière un tas de blancs de poulet en barquette, là les yeux morts du poulet étaient sous mes yeux)
    Question prix c'était raisonnable. (Par contre j'ai fait une fois mes courses en magasin bio, arrivée à la caisse j'ai failli tout planter là et partir les mains vides. C'était juste hors de prix).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ça devait être marrant tes débuts en effet. Et oui j'imagine l'eviscerage de poulet ca doit calmer l'appétit... je ne m'y risquerais pas

      Supprimer
  5. mais c'est super bon les blettes (enfin chez nous, on dit "bettes")... Je cuits les blancs et les verts à part, je hache les verts pcq mon 7 ans déteste les légumes feuilles, je cuits des pommes de terre et du haché de boeuf ... Je mélange le tout dans la même casserole et on se régale !!!
    Bonne continuation !!! Il n'y a pas moyen que tu amènes un contenant, tu transvases et que tu leur laisses le sachet ???
    Cécile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cécile..,ben faudrait qu'une invitation à dîner me permette d'être convaincue, même si j'avoue que ta recette n'a pas l'air mal (notamment en raison de la quantité d'autres trucs dans lesquels tu noies les blettes en fait😋)
      Pour le contenant : ce serait chouette pas compliqué à mettre en œuvre en soi mais malheureusement non, les paniers sont conditionnés directement dans ce machin fermé par un gros noeud, et déposés ainsi dans le local du CE, chacun les récupère ensuite à sa guise, sans qu'il y ait de contact direct avec les "livreurs"

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...