PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 5 août 2016

Point - progression en juillet 2016

Mois de juillet qui fut bien occupé ! Premier vrai mois à 50%, le rythme prend peu à peu, je viendrai en faire un premier bilan un de ces 4 [edit: iciiii].
 
 
La Bébounette
 
Encore un mois durant lequel la rapidité d'apprentissage de la Bébounette nous a soufflés.
 
  • E. a marché, marché, marché; elle est parfaitement à l'aise, très très stable, hyper rapide, fait preuve de beaucoup d'endurance et négocie à présent les petites marches et les dénivelés.
 
  • Autre gros progrès : la Bébounette a montré une grande détermination pour apprendre à manger seule, et, à notre grande surprise, y parvient.
    • A ses premiers succès, limités au départ aux textures bien pâteuses (purées, petits suisses), s'est, sur la fin du mois, ajoutée
    • la capacité à manger du solide à la cuiller : bien qu'ayant à disposition deux mains dont elle n'hésite pas à se servir directement, E. évite très souvent la facilité et fait au contraire preuve de beaucoup de volonté et de concentration pour "pelleter" morceaux de tomates ou bouts de mirabelles, et y parvient la majorité du temps ! Elle oublie parfois en chemin qu'elle a chargé la cuiller, et la brandit vers moi, ou se recoiffe avec, mais bon, c'est un détail ;-)
    • Cela va de pair avec une évolution favorisée par les réflexions et commentaires d'Hélène sur ce post, et me facilite bien la tâche : je fais confiance à ses deux dents pour gérer les morceaux, elle me prouve que cela fonctionne, et du coup je n'ai plus sorti mon mixer depuis une dizaine de jours, et il est bien confortable de pouvoir déposer son assiette devant elle sans avoir grand chose à faire d'autre (hormis... du nettoyage. Si peu!).
 
  • E. semble également chercher à s'habiller seule : tout bout de tissu, notamment si il a des ficelles, est empoigné pour être passé par la tête... sans grand succès puisqu'elle fait cela aussi bien avec des chapeaux que des ceintures, des serviettes, ou les slips de son frère. Si vous avez des conseils à me donner sur quoi lui proposer pour satisfaire son intérêt, donnez, donnez, à vot'bon coeur !
 
  • Enfin, encore des évolutions au niveau du langage... ce qui nous épate aussi, car le Bébou avait pris son temps pour formuler même un "maman" un tant soit peu reconnaissable.
    • Ici, nous avions déjà "maman", "papa" et "là"
    • Nous avons à présent un vrai premier mot : "balle",
    • mais aussi "pimpon" à chaque sirêne (non, on ne devinerait jamais qu'un fourguon de CRS est en permanence posté sous nos fenêtres - parlez-moi d'environnement favorable !! ;) ), et "ding" à chaque tintement (couvert contre timbale, tintement d'horloge, sonnette,...), ainsi que "boum" quand elle fait tomber quelque chose (ou juste avant de lancer sa peluche par terre, aussi...).
    • Enfin, nous avons aussi une Bébounette qui chope nos téléphones, les porte à son oreille et annonce clairement "Allô ?!".
 
Le tout chez un petit gabarit : ayant enfin retrouvé le chemin de mon pédiatre (mère indigne, toujours), cela nous donne une E. à tout juste 8 kg pour ses 14 mois. Pas bien épaisse, mais vu ce qu'elle dépense comme énergie, ce n'est pas si étonnant. (et j'aime mon pédiatre. Il m'a juste redemandé "combien de repas par jour?" "3", s'est informe de leur contenu, a conclu d'un court "ouh là, tout ça ?" puis a enchaîné sur autre chose)
 
 
Le Bébou n'est pas en reste non plus
 
  • Ce mois-ci a été le mois des Duplo, il y a passé des heures et produit des constructions très élaborées. Les vacances vont être appréciées, qui vont lui donner 3 semaines durant accès aux lots gigantesques de Duplo à disposition chez chacun des deux couples de grands-parents.
 
  • Parler est très in, il se montre très très très trèèèèèès bavard, et son vocabulaire devient toujours plus précis et châtié. Nous sourions en entendant ses phrases s'émailler de  
    • "généralement",
    • "ces temps-ci" (comme dans "ces temps-ci je n'aime pas les balançoires, ces temps-ci je préfère le toboggan") ou
    • "quoique" ("je vais prendre Mouton. Quoique, je vais d'abord finir le puzzle").
 
  • Compter demeure un centre d'intérêt, mais le 4 est souvent boudé... on arrive assez souvent à "1,2,3,5,7..." d'ailleurs !
 
  • Le graphisme commence à l'intéresser, cela se manifeste de diverses manières (suivre les formes et les traits des dessins lors de nos lectures, par exemple), mais s'est aussi vu lors d'une récente sortie Ikea destinée à meubler la salle de classe: il s'est longuement attardé sur le suivi des formes.
 
  • Côté vie pratique et motricité globale, le mois de juillet a vu F. se prendre de passion pour l'aspirateur.
    • Celui-ci intéressait le jeune homme de longue date, mais de manière très partielle : le bouton pour rembobiner le fil connaissait un grand succès, et F. aimait promener le manche partout... mais détaché du reste de l'appareil !
    • Mère indigne que je suis, je suis bien contente qu'à présent, F. cherche à aspirer avec l'aspirateur au complet, branché et allumé, et avec le souci d'imiter au maximum nos mouvements. Son enthousiasme le pousse à aspirer les rideaux, les murs, mais bon, vous savez, je suis sûre que ce pourrait être une mission de Flylady un de ces 4, alors, nous prenons juste de l'avance ;-)
 
  • Enfin, les avancées ont continué sur le front de la propreté:
    • il a de lui-même décidé de revenir aux couches la nuit, après 2-3 nuits sans, mais avec drap toujours mouillé,
    • mais maintient les siestes sans couches et nous n'avons eu qu'un ou deux épisodes nécessitant un changement de drap !
    • Surtout, sur la deuxième partie du mois les accidents en journée ont quasi disparu (sauf énorme colère),
    • ce qui m'a incitée à abolir la couche pour nos trajets de vacances. Le premier trajet a bien commencé, mais sur la seconde moitié il a oublié qu'il n'avait pas de couche. Les suivants se sont en revanche déroulés impeccablement, et augurent bien de la suite.
 
 
Et puis moi, j'ai bien travaillé aussi
 
Il ne vous aura pas échappé que le mois de juillet a été placé sous le signe de Flylady, cela m'a permis à la fois de
  • dézinguer une grosse partie du passif "bazar" axcumulé ici et là 
  • commencer à me mettre en ordre de marche pour la "rentrée"
  • reprendre de bonnes habitudes et me détendre, du coup
  • et tester un rythme de publication quotidien sur le blog : eh bien, c'est éreintant, je ne me verrais pas soutenir un tel rythme sur le long terme et suis bien contente de renouer avec moins "d'obligations" ! Ceci dit je me suis bien marrée et suis très contente de l'avoir fait.
 
Par ailleurs, avec sur ma table de chevet (bien que soigneusement déhotspottée) toute une série de bouquins faber&mazlishiens, ce mois-ci a aussi été l'occasion de progresser à petits pas (toujours, toujours!) sur la voie de l'éducation positive, et notamment d'expérimenter avec succès deux petits trucs qui ont bien pacifié certains moments avec F.
  • pour l'inciter à me suivre, lui montrer ma détermination à poursuivre mon chemin sans verser dans le "j'y vais ! J'y vais, euh !", le "tu me rejoins" fait des merveilles.
    • Il coïncide parfaitement avec l'actuel besoin d'une plus grande autonomie du Bébou qui apprécie par exemple d'emprunter une allée parallèle à la mienne quand nous traversons le parc.
    • Il lui laisse le temps nécessaire pour s'adapter en douceur,
    • et ne manque quasiment jamais sa cible (à dire vrai, le "quasiment" constitue une précaution oratoire, je n'ai pas de souvenir précis d'un moment où F. ne se soit pas rapidement mis en route après un "j'y vais, tu me rejoins"; mais bon...).
    • Seule limite : je ne me vois pas encore l'employer quand une route risque de se retrouver entre nous par exemple. Et pourtant... vu le peu de temps qu'il met en général à réagir, je ne prendrais peut-être pas un gros risque. A creuser !
    • Dans tous les cas, nos trajets, et notamment nos départs du parc, s'en sont retrouvés grandement facilités
  • la magie du "dès que" est également une découverte de ce mois-ci : beaucoup plus efficace que le "quand tu", "si tu", il incite bien davantage F. à coopérer et apaise de nombreuses frictions.
 
Enfin, un chantier sur lequel nous avons beaucoup du travailler ce mois-ci est l'expression de la colère de F. envers sa soeur. Mobile et bavarde, celle-ci se fait donc envahissante et nous avons fort à faire pour apprendre au grand frère à gérer ses sentiments d'animosité autrement qu'en la poussant ou la tapant...
Là-dessus, Faber & Mazlish (encore elles !) dont je suis en train de lire, pour la deuxième fois d'affilée, le "Jalousies et Rivalités entre frères et soeurs", nous aide bien, j'en parlerai bientôt j'espère (je compte profiter du calme relatif des vacances pour me mettre à jour sur quelques fiches de lecture actuellement en suspens).
 
 

 

4 commentaires:

  1. Eh, eh j'ai relu quelques passages aussi du F&M "rivalité entre frères et soeurs" , parce que par ici ça "décoiffe" depuis que mini a retrouvé ses esprits de fin d'école et reprend sa place ;-) Bref, quelques relectures permettent d'apaiser des tensions (pas toutes je l'avoue!!!!)
    Et sinon, qu'est ce qu'elle a grandi mademoiselle E!!!!
    A tout bientôt!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui chez vous en effet maintenant que tu le dis doit y avoir du "rééquilibrage " à opérer ! Mais ça ne tarde pas dis donc. Tant mieux si F&M vous aident, moi j'avoue que plus je les lit, plus je suis fan !
      Et ouiiii elle a changé la miss hein! Trop hâte de te revoir (en plus je te dois toujours des sous !)

      Supprimer
  2. Beaux progrès :-)

    Est-ce que E. mange assez en version "toute seule" ? S. boude un peu les purées, mais j'ai très peur que si je passe en mode exclusif "tout seul", il se réveille encore plus la nuit [... soupir...].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, je dirais, dans la phase de transition (2ème quinzaine de juillet) il était vraiment important de fonctionner "à deux cuillers", 1 pour elle, 1 pour moi, histoire de lui donner la satisfaction de se nourrir elle-même, mais de lui permettre aussi de remplir son estomac à un rythme pas trop lent / frustrant pour cette affamée (nan elle tient pas de sa mère, nan nan nana)

      mais depuis, ouh là, au contraire, elle bouffe encore plus j'ai l'impression (je crois qu'en ce moment elle mange plus que F.)

      condoléances pour tes fichues nuits, bon, après, comme elles sont déjà pourries, tu peux toujours tester... t'es plus à ça près dans tes tests (à quand ton best-seller "j'ai testé pour vous : 1001 façons de diminuer l'impact des soucis alimentaires de votre fiston sur la qualité de ses nuits" ?)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...