PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

vendredi 12 août 2016

Robot-Tondeuse : un chouette animal de compagnie

Vacances obligent, voici un billet qui n'a au fond pas grand chose à voir avec le schmilblick (= les thèmes habituellement abordés sur ce blog).
Ceci dit, allez, je peux quand même trouver un rapport : je me lamente régulièrement ici du fait que nous avons abandonné notre jardin pour retourner en appartement. Mais quand je me prends à regretter notre jardin / parler de renouer avec ce luxe un jour, Monsieur Bout freine des quatre fers, n'appréciant que fort modérément les activités de jardinage.
Ces vacances nous permettent de profiter à nouveau, l'espace de quelques semaines, d'un jardin, sans son entretien.
Or, comme je tape cet article, sous mes yeux s'ébat un animal un peu particulier, qui représenterait déjà une partie de la solution si mon souhait de jardin devait se concrétiser à nouveau.

Un mouton ?
Lorsque nous habitions en Normandie, nous avions joué avec le concept du "mouton de lotissement", un système semble-t-il utilisé dans certains pays scandinaves, où un mouton communautaire est transmis de jardin en jardin, et décharge ainsi tout un voisinage de la corvée de tonte.
(reste celle de la tonte du mouton lui-même. Huhuhu)
Un doux rêve, mais franchement, ça aurait eu du charme. (et puis pour moi qui suis très très loin d'être végétarienne, et qui apprécie particulièrement la viande de mouton, je m'imagine le "méchoui de voisinage" à la fin de la saison, et je salive)

Pas un mouton.
Mes parents, voyant leur domicile déserté par leur dernier enfant fraîchement devenu bachelier, ont comble le vide par un
Robot-Tondeuse






Comment ça fonctionne
  • Ca tond toute la journée, tous les jours (sauf un jour de pause hebdomadaire conseillé pour permettre au gazon de respirer un peu)
  • c'est programmé, rien à faire : ça se met en route à l'heure dite, ça va se recharger tout seul (un petit boitier relié à une prise électrique est installé dans un coin du jardin) ça se remet au travail, ça rentre à la niche - boîtier de recharge le soir
  • la zone de tonte est délimitée par un fil envoyant un champ magnétique à l'appareil, le même fil peut être utilisé pour éviter à la machine de butter en permanence contre de gros obstacles tels que des arbres
  • la machine se déplace sur un mode totalement aléatoire, quand elle se heurte à une limite, elle pivote et repart dans une autre direction, avec un angle différent à chaque fois.
  • comme elle tond tous les jours, elle n'a jamais grand chose à tondre, donc elle tond en mode "mushing" (= le gazon coupé est répandu au fur et à mesure sur la pelouse, apportant ainsi un engrais naturel)
  • on prend un modèle adapté à la surface à tondre.
    • Point besoin de se dire "oui mais si je déménage dans un jardin plus grand ?" : le principe est que la machine est "attachée" à son fil magnétique et à son boitier de recharge, elle est donc achetée / vendue avec la maison.
    • Certes, on peut racheter le fil seul, et déplacer le boîtier, mais c'est compliqué
    • (effet collatéral intéressant : maintenant les gens commencent à comprendre que ça ne sert à rien de les voler, l'appareil ne fonctionnera nulle part ailleurs... faut piquer le boîtier, d'abord, et en plus y a un code à rentrer pour éviter que la machine ne hurle)


Est-ce que ça fonctionne ?
  • Il semblerait pour le coup que la marque suédoise Husqvarna ait une longueur d'avance sur tous ses concurrents. Mes parents ont rencontré leur futur petit compagnon lors d'un voyage en Finlande, où ces machines sont omniprésentes, et plébiscitées.
  • Les effets sur la pelouse de mes parents sont incontestables : non seulement celle-ci n'a jamais été aussi bien tondue,
  • mais surtout toutes leurs mauvaises herbes sont en train de crever : les pissenlits qui ravagaient leur pelouse, les narguant avec leurs 20 cm dès le lendemain de la tonte, se font décapiter avec un tel systématisme qu'ils n'ont plus jamais le temps de se reproduire et disparaissent peu à peu,  au profit du gazon qui regagne du terrain de semaine en semaine. Sur les conseils du vendeur, mes parents ont donc augmenté l'arrosage pendant quelques semaines, pour permettre audit gazon de profiter de l'aubaine au maximum, puis ont pu le réduire.
  • c'est silencieux (ça ronronne comme un chat)
  • ça tond sur tous les sols: ça gère les dénivelés, les bosses, etc
  • ça tond par tous les temps, y compris sous la pluie (l'hiver, on la range et on la ressort aux beaux jours, dès que la pelouse en manifeste de nouveau le besoin)

Des points négatifs ?
  • Ca coûte un bras, déjà. (la machine. Le modèle acheté par mes parents peut couvrir jusqu'à 1500m² et leur a coûté la bagatelle de 2000€. Pour une durée de vie - vérifiée, puisqu'ils sont pionniers sur le marché donc bénéficient du recul nécessaire - de 12 à 15 ans.  En revanche, c'est étonnament économe en électricité: compter 1,50€/mois)
  • Ca n'est pas forcément pour tout le monde, et notamment pour les locataires (puisque la machine est attachée à la maison, avec les dispositions déjà évoquées à prendre si on veut déménager l'appareil)
  • ça n'est pas la solution miracle non plus :
    • bordures moins réussies quand le plan voisin est sur- ou sous-élevé
      ça ne fait pas les oeufs au plat, et pas toutes les bordures. Autant ça gère très bien les bordures au même niveau, autant celles d'un plan situé à une hauteur différente resteront à faire, puisque évidemment il y a une marge entre le fil et le point jusqu'où la machine réussit à tondre. En revanche, vraiment plus de tonte à proprement parler... sur les sols herbeux
    • en effet, ça gère tous les sols en matière de dénivelé, en revanche ça ne va pas gérer les sols très caillouteux : ne comptez pas dessus pour dompter vos hectares de garrigue !
      • Ainsi mes parents ont-ils délimité la zone d'opération de l'appareil en excluant les parties très caillouteuses de leur terrain, ces parties ne requièrent de toute manière d'être tondues que 3 fois par an, occasions pour lesquelles ils ressortent leur vieille tondeuse l'espace d'une demi-heure.
      • Mais oui, vous l'aurez compris, du coup cela implique, si on a ce genre de sol dans un coin de son jardin, de garder une tondeuse (ou d'emprunter celle du voisin, ce qui peut aussi être gérable si c'est trois fois l'an)
  • Si on a une pelouse séparée en deux parties
    • si c'est par une terrasse, ça marche : on fait passer le fil sur les joints de la terrasse pour créer une sorte de chemin, et l'appareil va se ballader de l'une à l'autre partie.
    • En revanche, si c'est la maison qui sépare totalement le jardin en deux parties nécessitant toutes les deux d'êtres tondues, c'est cuit / on doit envisager l'achat de deux appareils distincts, bonjour la rentabilité.
  • Les capteurs repèrent les obstacles "inhabituels" (personnes), et dès qu'ils les rencontrent, font demi-tour et ne s'obstinent pas.
    • Par ailleurs le positionnement très central du disque de coupe doit prémunir contre les risques de couper un pied ou tout autre bout d'humain. Cependant, je ne sais pas si je me sentirais de laisser un jeune enfant sur l'herbe avec la machine en marche. Mais bon, ladite machine accepte très bien qu'on lui accorde une pause supplémentaire le temps de !
    • De la même manière, ça implique qu'on ne peut pas laisser à demeure des meubles de jardin sur le périmètre de jeu du bidule (chez mes parents, ça ne pose pas de souci : les meubles de jardin sont soit sur la terrasse, soit positionnés sur le sol caillouteux, déjà hors-jeu pour les raisons mentionnées ci-dessus)
  • Il faut s'habituer à ce petit compagnon qui sillonne la pelouse sans relâche: pour moi, ce sont les débuts, et je passe mon temps à le suivre des yeux... en mode vache qui regarde passer les trains. Ceci dit, les dimensions de la bébête sont bien étudiées pour aboutir à une machine vraiment petite, et celle-ci a un côté mignon : son design lui donne une discrète ressemblance au "Snouffleraire", tout à fait craquant !
le Snouffelaire de Spirou




Voilà, c'était le billet hors-sujet du moment, au cas où vous seriez justement en train de pester contre cette fichue pelouse qui vous prend tout votre temps libre : ayant parfois un côté dinosaure, je n'aurais spontanément jamais fait confiance à ce genre d'appareils, et ne m'attendais absolument pas à en rencontrer un au domicile parental.
Mais je dispose à  présent d'un argument de poids pour rassurer Monsieur Bout si un jour une possibilité de retourner en maison-avec-jardin se présente ! (et qu'on a cassé une banque. Mais bon, nous ne prendrions de toute manière pas un gros jardin donc nous pourrions nous contenter prendre un appareil de moindre capacité, donc moins cher, déjà. Bref, laissez-moi de l'espoâââr)

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas la tondeuse-robot !
    Par contre, as-tu déjà testé l'aspirateur-robot ? J'ai changé mon aspi et j'avoue avoir louché sur les robots mais non, j'ai opté pour le bon vieux aspi-huile de coude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh bien non figure-toi, j'ai pas testé, et c'est justement en pensant à ça que j'ai fait mon billet : je me suis dit que si l'une de vous testait un aspi de ce genre et faisait un article, ça m'intéresserait bien, et que donc le mien pourrait intéresser quelqu'un louchant sur les robots-tondeuses.
      Donc j'échange mon article sur le robot-tondeuse contre un sur l'aspirateur-robot !
      ;-)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...