PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

samedi 29 juillet 2017

Saupoudrages d'allemand - Deutsch, im Alltag gestreut

Ayant besoin de temps avant de vous livrer mon prochain gros billet (suite à une demande, je bosse sur  la conciliation entre don de soi et respect de ses propres limites, pour le parent. Passionnant ! Mais demandant d'approfondir un peu, bien évidemment), j'en profite pour sortir rapidement un duo de billets sur l'actualité germanique chez nous. Voici donc.

Pour mémoire, malgré de fortes attaches à l'Allemagne de part et d'autre, nous n'avons pas l'ambition de rendre le Bébou bilingue dès le plus jeune âge. Nos priorités sont ailleurs, néanmoins, je m'efforce de favoriser l'apprentissage de quelques rudiments d'allemand par les enfants (et me sens un peu coupable vis-à-vis de ma belle-mère quand j'ai le sentiment d'échouer en partie).
Or la dynamique germanique du Bébou est beaucoup moins bien huilée qu'elle ne le fut cet hiver. Et nous sommes passés par des phases où F. manifestait clairement son refus de prononcer ou écouter le moindre mot d'allemand.

Ce ne fut pas sans peine (ni parfait), mais je suis fière d'avoir cependant réussi à maintenir un fil conducteur minimum constitué de

  • un petit déjeuner à tendance germanophone
c'est le moment de la journée où je privilégie l'emploi de phrases complètes, toujours les mêmes :
Möchtest du Milch - voudrais-tu du lait
Möchtest du mehr Milch - voudrais-tu plus de lait
hm, leckere Milch, - miam, le bon lait
ich trinke Tee - je bois du thé
et une bonne vingtaine de phrases / variantes du même acabit, reviennent ainsi quotidiennement aux oreilles des Bébous. Entretemps, ils n'ont plus besoin de leur traduction.
Ceci est très modeste mais constitue néanmoins une base pour éviter que l'allemand ne soit qu'une série de mots de vocabulaire sans lien entre eux, ce qui était le risque avec notre approche initiale. J'en profite pour sensibiliser les petites oreilles à la conjugaison en m'ingéniant à conjuguer les verbes utilisés à un peu toutes les personnes.

  • livres en allemand 
nous en avons un certain nombre à la maison, et je cherche à revenir de chaque visite à la bibliothèque munie de 2 ou 3 albums en allemand.
Généralement, dans cette période de désamour, nous avons droit à l'exigence de F.
"tu me lis en français !"
à quoi nous répondons :
"La règle c'est : quand c'est écrit en allemand, on lit en allemand. Mais on peut expliquer et commenter en français" (en mêlant les deux langues en fait).
Et du coup le 2ème billet du duo sera un mini billet à propos d'un album super chouette dégoté à la bibliothèque: en effet certains se prêtent mieux que d'autres à l'apprentissage, et là j'ai mis la main sur une petite pépite.

  • Un peu de "télé"
Je dis "un peu", car les temps étant plus calmes, j'ai moins besoin de ces moments "off" durant lequel coller F. devant la télé. Il est donc rare qu'il en bénéficie plus d'une à deux fois par semaine, et deux ou trois semaines ont pu s'écouler sans rien.

Néanmoins, comme je remarque toujours un effet positif sur sa pratique de l'allemand / sa disposition à utiliser ses connaissances après une séance télé... comble du comble, ces derniers temps c'est souvent moi qui lui propose d'aller se caler devant l'écran de notre ordinateur alors que rien (ni demande explicite de sa part, ni comportement agité nécessitant une mise en pause) ne l'exige. Mais encore une fois, je me félicite d'avoir ainsi lié les deux, car vraiment je vois un impact positif de ces films sur la germanitude de F.

Je pourrais faire plus. Mais déjà de m'y être mis c'est énorme vu mon peu de spontanéité pour les comptines. 
Je les entonne quand j'y pense. E. est plus réceptive que F., mais en voyant sa sœur à fond, le grand frère finit par se laisser un poil contaminer par cet enthousiasme.

  • L'exposition à des germanophones
L'environnement est assez favorable chez nous, mentionnons :
quelques jours passés au jardin d'enfants franco-allemand, qui contribuent à former l'oreille et la langue de F. Ainsi le Bébou s'est-il mis, un soir, tout à trac, à compter jusqu'à dix en allemand, sans que nous n'ayons rien fait. Je soupçonne une combinaison apprentissage passif devant ses petits films + activation de ce passif au jardin d'enfants.
et autres expositions fortuites à la langue : courses en Allemagne (que la proximité avec la frontière va nous manquer!), discussions de leur humble mère avec des parents du jardin d'enfants... ou encore la venue de ma sœur, qui parle exclusivement en allemand à ma nièce (même age que Bébounette) 

  • Casage d'allemand quand le moment s'y prête
J'ai ainsi initié F. à la bataille avec un jeu de cartes lambda, et après plusieurs jours, j'ai réalisé que je tenais là une occasion idéale pour énoncer les chiffres en allemand, ou commenter les couleurs. 
Résultat : par simple imitation, sans insistance de ma part, F. s'est mis également à énoncer régulièrement les nombres sortis en allemand; et c'est de lui-même qu'il m'a demandé comment on disait "trèfle".


Je suis vraiment heureuse de ne pas avoir lâché car même si la progression de F. ne s'est pas poursuivie au rythme auquel je l'espérais cet automne, je remarque fréquemment qu'une certaine imprégnation se fait. L'enfant et son esprit absorbant, toujours...
Je réfléchis avec toujours plus de motivation pour, après notre déménagement, nous trouver une baby-sitter germanophone.

Par ailleurs, bonus à noter: de plus en plus E. répète et s'approprie certains mots! 
Là encore, le fait d'être la seconde lui permet de nager avec le courant sans effort spécifique de ma part.
C'est bien confortable, car il n'est plus à prouver que je suis une bonne grosse flemmarde ;-)

5 commentaires:

  1. Tes enfants ont de la chance, bravo pour ce que tu accomplis pour eux ! Si cela t'intéresse, dans le dernier article sur mon blog tu verras un jeu de mémo franco / allemand que j'ai déniché chez Emmaüs qui pourrait plaire à des petits car il est joliment illustré. D'ailleurs, grâce à ton article, je me dis que des albums pour enfants en allemand pourraient aider ma grande à mieux se familiariser avec la langue, merci pour l'idée ! Ca tombe bien, nous partons demain pour l'Alsace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eloah ;-)
      Eh mais cela m'aura donné l'occasion de découvrir ton blog (très joli) et d'en savoir un peu plus sur toi ! Ainsi tu débarques dans le monde de l'IEF un peu à l'improviste, mais directement dans le dur : la 6ème, c'est pas rien!
      Concernant les albums : oui ça pourrait aider, si elle ne trouve pas cela trop bébé! Sinon il y a encore une autre ressource que je veux partager depuis un bout de temps, j'essaierai de faire cela d'ici la fin de l'été.
      Merci pour l'idée du mémo, je la retiens pour plus tard, quand F. sera lecteur. Avec une plastifieuse un truc dans le genre peut facilement s'improviser!

      Supprimer
  2. Je te souhaite bon courage pour poursuivre en région parisienne. Chez nous, c'est l'anglais et le japonais qui priment. Et autant dire qu'en arrivant en Alsace, la stimulation a sacrément diminué : quasiment aucun livre en anglais à la biblio, personne avec qui discuter en anglais (pour moi), etc.
    Sans compter les blagues pas drôles de ceux qui me disent que quand même en alsace je pourrai faire comme tout le monde et me mettre à l'allemand...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tiphanya. C'est vrai que ce déménagement ne nous facilite pas les choses...
      Du coup je suis allée fouiner sur les catalogues des bibliothèques les plus proches et en effet ce n'est pas brillant. Reste à voir si et dans quelle mesure je pourrai aller taper dans les stocks des bibliothèques de Paris même (mais bon pas tous les jours, nous devons compter 40 minutes de transilien...)

      Ah les relous, pour vous! Surtout que zut, une fois qu'on a investi des efforts dans l'apprentissage d'une langue, il vaut bien mieux persévérer dans celle-ci que disperser ses efforts.
      Chez Emmaus, je vois régulièrement des bouquins pour enfants en langues étrangères... en japonais ptet pô, mais en anglais ?

      Supprimer
  3. Et suspendre le temps9 août 2017 à 11:48

    Alala, ce billet reveille plein de questionnements en moi!
    Merci pour les idees de saupoudrages :)

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...