PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

lundi 18 janvier 2016

Ma biblio : "Le quotidien avec mon enfant" - Jeannette TOULEMONDE

Cela faisait un bout de temps qu'incitée par la recommandation de Clotilde, je cherchais à me procurer "Le quotidien avec mon enfant" de Jeannette TOULEMONDE.
Afficher l'image d'origine
Ledit volume étant perpétuellement sorti à la bibliothèque, cela a pris du temps mais j'ai fini par réussir à mettre la main dessus! Voici donc ce que je retiens de ce livre clair et pédagogique.

Sur le plan pratique, tous les détails et astuces que l'auteur donne sur les aménagements (meubles notamment) sont très précieux et concrets
Ainsi ai-je trouvé intéressante la suggestion d'investir dans un valet pour permettre à l'enfant d’accrocher ses vêtements "entamés", par ailleurs les idées apportées m'ont permis de choisir enfin l'endroit le mieux approprié au stockage du matériel de nettoyage de F.
Mais surtout, la précision des explications données m'a permis de réaliser avec horreur que les petites chaises achetées chez Ikea présentent en fait une assise trop haute pour les jambes de F. . J'aurais pourtant juré du contraire, mais en observant de plus près j'ai réalisé que si il s'asseyait bien correctement ses pieds ne touchaient en effet pas le sol. Enfer et damnation.

Moralité, quelques petits tours sur la toile plus tard (et notamment ici), je projette l'achat d'une max-in-the-box pour remédier à cela. Pile à temps pour que la Bébounette en profite bientôt, elle aussi!

Au départ c'était censé être pour Noël, mais j'attends d'avoir terminé de boucler notre budget avant de sortir la CB... puisqu'en fait de cadeau de Noël le nouveau boulot de Monsieur nous impose quand même quelque chose que nous avions jusque là réussi à éviter : une deuxième bagnole. Argh. Curieusement cela rend notre budget un peu plus serré.  
Bizarre, vous avez dit bizarre ?


En général, j'ai beaucoup apprécié la manière très pratique, et très ouverte, qu'a J. Toulemonde de présenter les choses : on est loin du dogmatisme, et des conseils sentencieux énoncés, assenés, du haut d'une chaire. Au contraire, très souvent plusieurs avis ou solutions sont présentés et permettent donc à chacun(e) de sélectionner ce qui lui parle / convient le mieux.

Le passage consacré à l'usage du parc constitue un excellent exemple de cette philosophie, et m'a ainsi permis de reconsidérer en douceur ma propre pratique. En effet, pour moi qui avais beaucoup usé du parc pour le Bébou, j'ai apprécié que les paragraphes consacrés à cet outil soient exempt d'une condamnation "en bloc" telle que j'avais pu en lire par ailleurs. Je suis susceptible, je profite davantage des suggestions quand on ne me prend pas à rebrousse-poil... Parmi les idées mises à disposition du lecteur :
  • si on a prévu d'utiliser un parc, commencer très tôt à y placer régulièrement l'enfant : cela afin de lui donner l'habitude et éviter ainsi que cette privation soudaine de liberté ne soit ressentie trop vivement au moment où il voudra en faire usage. C'est quelque chose que j'avais fait sans y réfléchir trop, et maintenant que j'y pense je trouve cela en effet beaucoup plus doux pour l'enfant qu'une limite soudainement apportée à des talents tout neufs d'explorateur. La Bébounette y a même été dès ses premiers jours, mais pour le coup cela visait surtout à la mettre à l'abri de son grand frère dans les moments où mes occupations variées (aller aux toilettes, par exemple) m'empêchaient de garder à l’œil ce duo tout neuf
  • limiter le temps passé dans le parc, afin de permettre un maximum de découvertes au bébé: c'est précisément sur ce point que j'étais moins attentive (notamment parce que la justification, laisser l'enfant se confronter au réel, découvrir son environnement, m'échappait), et je me réjouis d'admirer la Bébounette en train de ramper à travers le salon, ce pour quoi j'avais moins laissé d'espace au Bébou
  • y caser le grand / ses jeux quand celui-ci a besoin de mettre une construction élaborée à l'abri des petites mains maladroites du bébé

La lecture de ce livre m'a aussi permis de voir la notion d'erreur sous un angle nouveau (ou plutôt, de mettre des mots sur quelque chose que d'autres lectures, assorties de mes réflexions et observations, commençaient à me faire pressentir).
Ainsi, page 41:
"c'est plus intéressant pour un petit enfant de laver le sol que de balayer, car il voit en lavant où il est passé. [...]un travail est beaucoup plus intéressant pour lui si il peut le vérifier et constater ses erreurs. L'erreur est constructive. Ainsi, laver une vitre avec une éponge mouillée présente beaucoup moins d'intérêt que d'enlever avec un chiffon le blanc d'Espagne qu'on y a étalé. S'il en reste dans les coins, ça se voit. On peut l'aider à le découvrir, mais sans reproche : pourquoi lui reprocher d'avoir fait une erreur, puisqu'elle fait partie de son apprentissage ?"


Enfin, un gros "VOUI", du fond du cœur, à la lecture de cette remarque faite au détour d'un paragraphe consacré aux couches lavables, mais qui à mes yeux constitue une maxime essentielle dans la vie de tout parent en général, et s'applique aussi particulièrement aux choix qu'une maman peut être amenée à faire notamment sur le plan professionnel :
"il faut savoir lâcher l'idéal pour accueillir la réalité de notre vie. Cela nous amène parfois à faire des choix qui nous respectent plus que de faire ce dont on a rêvé et qui nous fait plus de tort que de bien car au-dessus de nos forces. Cela nous demande une grande liberté de pensée."

Quelle justesse ! Quelle belle invitation à écouter ses propres besoins, ses propres capacités, sans chercher à tout prix à se conformer à un schéma (quand bien même celui-ci, ironie, serait un schéma anticonformiste)...


Accueillir....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...