PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

lundi 23 octobre 2017

lire Faber et Mazlish: OK, mais lequel? Comparatif "Parler pour que..." / "Parents Epanouis..."

(Ouais, faut lire plutôt Faber, ou plutôt Mazlish? 
 OK je sors)

Moi + les bouquins écrits par Adele Faber et Elaine Mazlish, c'est une grande histoire d'amour
Ça a commencé comme une comédie romantique: 
  • on m'en a parlé de différents côtés mais je n'ai pas tilté, j'avais le cœur pris à autre chose.
  • Puis une copine a organisé une rencontre prêté ses bouquins.
  • Et là boum, coup de foudre, lecture, relecture, plusieurs semaines fusionnelles. 
Et puis, comme toute amoureuse éperdue, j'ai voulu présenter l'objet de mon obsession à tout mon entourage.
Si ce n'est qu'il y a deux bouquins....
  • "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent"
  • "Parents Épanouis, Enfants Epanouis"
(il y en a d'autres, hein, notamment le fameux "Jalousies et Rivalités entre frères et sœurs" sur lequel je me suis beaucoup appuyée, mais ces autres livres traitent chacun de questions plus spécifiques: les relations dans la fratrie, les ados, l'école...:  ils se lisent  - oh voui! - mais après.)



Alors :
  • lequel mettre dans les mains des gens qu'on veut contaminer?
  • lequel lire, soi-même, pour éventuellement signer le début d'une histoire passionnelle ?
Et fondamentalement:
  • de quoi parlent ces deux bouquins?
Puisqu'on peut légitimement penser que le message est le même (remarquez, ce serait sacrément sioux, ça, d'écrire deux bouquins opposés, un en mode "communiquez avec vos enfants" et l'autre "flanquez-leur une bonne torgnole, ça leur apprendra la vie". On appelle ça manger à tous les râteliers, dans tous les milieux. Quelle que soit l'idéologie dominante on a ce qu'il faut à proposer!):
  • quelles sont leurs différences?
  • jusqu'à quel point peut-il être utile de lire les deux ?

"Parents Epanouis..." raconte une histoire, il s'agit d'un témoignage.
Il présente de nombreux outils, mais sous l'angle de l'évolution des narrateurs (qui sont un mélange entre les auteurs et d'autres parents, pour ménager un peu l'intimité des auteurs).
Deux points forts dans cette approche
  • On lit le détail des réactions, pensées, espoirs, tentatives, réussites et échecs de deux mamans suivant des ateliers animés par le psychologue pour enfant Haïm Ginott, mon idole. Mamans avec lesquelles il est du coup très très facile de s'identifier.
  • On y trouve également une histoire globale, une proposition de projet éducatif: c'est porteur, c'est enthousiasmant
Moi cela m'avait énormément séduite. J'étais en quête d'une vision, d'une histoire, et en commençant par "Parents Epanouis", ça a fait tilt immédiatement: c'était ça que je voulais vivre avec mes enfants.


"Parler pour que..." est plus concret, plus terre à terre, plus structuré aussi: il s'agit d'un manuel pratique visant à permettre la prise en main. 
  • Il détaille toute la série d'outils par thématiques (écouter les sentiments, favoriser la coopération des enfants, remplacer la punition,...).
  • C'est très concret, 
    • plein d'exemples, 
    • d'exercices pratiques où on est prié de prendre son crayon et de ne plus se contenter de lire, mais de devenir actif et d'écrire. 
    • C'est ponctué de petites listes récapitulatives en mode "pense-bête" (idéales à afficher sur le frigo et/ou glisser partout, dans ses poches, en marque-page d'un bouquin, dans la boite à gants de la bagnole -histoire de gérer des conflits d'autant plus savoureux qu'on est enfermé dans un espace restreint et mis sous tension par la nécessité de faire gaffe à sa conduite), 
    • et les outils proposés sont illustrés de petites BD.
Bref, il est fait de manière très pédagogue et progressive pour permettre aux personnes de s'autoformer.

Toute enthousiasmée que j'étais par ma lecture de "Parents Epanouis", "Parler pour que...", que j'ai lu immédiatement derrière, m'a presque déçue: sur le coup, je n'ai pas tellement eu l'impression d'y lire du nouveau par rapport à ce que je venais de découvrir, et je le trouvais presque trop terre à terre après les perspectives enivrantes que venait de m'ouvrir son "compagnon".

Du coup, c'est "Parents Epanouis" que j'ai eu tendance à faire lire autour de moi (Monsieur Bout, mes parents, mon beau-frère...  la terre entière en fait).

Ce qui, en fait, n'était probablement pas la meilleure chose à faire.
  • Monsieur Bout, notamment, s'est plié à la lecture de "Parents Epanouis" quand sa néophyte d'épouse le lui a collé sous le nez, mais sa véritable implication n'est venue qu'une fois que nous avons démarré les ateliers "Parler pour que...". Et sa réaction à ce moment, en mode "ah ça c'est concret, là je vois quoi faire, c'est pas du blabla comme l'autre que tu m'avais fait lire" m'a permis de réaliser qu'en fonction du positionnement de la personne au moment de la lecture, l'un ou l'autre livre peut être mieux indiqué.
    • A moi qui cherchais une voie mais n'avait pas de doutes quant au fait que celle-ci était du côté de la parentalité positive, le témoignage de "Parents Epanouis" m'était allé droit au coeur. "Eureka!". Peu importaient au fond les détails pratiques, il y en avait largement assez dans ce bouquin là pour me donner toute la confiance nécessaire pour avancer. Ce n'est que plus tard que j'ai vraiment apprécié, lu et relu, "Parler pour que...", quand il m'a fallu vraiment travailler à mettre en place dans le quotidien le projet qui me séduisait tant.
    • Mais pour Monsieur Bout qui était plutôt en mode "euh, la parentalité positive c'est bien joli, mais concrètement je fais QUOI pour que ce soit pas le Bronx total chez moi?", il y avait le besoin d'outils concrets et prêts à être utilisés, pour se rassurer, se sentir armé.
  • De la même manière, mes parents ont été assez peu convaincus par "Parents Epanouis". Ils ont trouvé des manières détournées de l'exprimer, mais en gros cela leur a semblé une vision bien idéaliste de l'éducation et pas du tout adaptée à la vie de tous les jours avec des enfants, surtout jeunes. Avoir sous les yeux des exemples concrets de "stratégies" permettant de ne pas vivre au milieu de petits sauvages / futurs inadaptés sociaux aurait été davantage susceptible de les rassurer sur le fait que non, parentalité positive n'équivaut pas à laxisme (du coup c'est une erreur que je regrette amèrement).
  • Idem, quand j'ai fait lire "Parents Epanouis" à notre nounou strasbourgeoise, elle a trouvé cela "intéressant" ... mais sans vraiment mettre en pratique. La démarche d'appropriation aurait été facilitée, je pense, avec "Parler pour que". Il lui aurait été plus facile de picorer au moins une ou deux manières concrètes de faire.

Mon expérience m'inciterait donc plutôt à conseiller la lecture de "Parler  pour que" en première instance, aux personnes faisant leurs premiers pas en parentalité positive. (parents débutants, quel que soit l'âge de leurs enfants, entourage à qui on confie ses enfants,...) C'est clair, c'est progressif, c'est rassurant: exactement ce dont on a besoin à ce stade où il s'agit de lâcher ce qu'on a connu pour aller vers l'inconnu.
C'est donc maintenant lui que je prête en priorité, et que j'ai ainsi recommandé à mes toutes nouvelles nounous. (et l'intérêt porté par l'une d'elle au récap affiché sur notre frigo m'a confirmé que j'avais eu raison: les astuces concrètes lui parlaient).

En revanche, pour des parents, et notamment des mamans (ou le parent le plus souvent exposé aux enfants), je considère que la lecture de "Parents Epanouis"  est indispensable. Vitale, même!.

En effet, comme dit, "Parler pour que", c'est une boîte à outils. Une fabuleuse boîte à outils, hyper précieuse au quotidien, et qui permet de transformer la relation à l'enfant. Je ne saurais m'en passer. A chaque fois que je le relis, j'y trouve un nouveau point, une nouvelle piste pour améliorer notre quotidien, une nouvelle manière d'aborder un point un peu sensible.
Ce sont des outils, qui sous-tendent une philosophie, certes, mais cela manque parfois de hauteur, de recul, sur le rôle du parent en général, et notamment sur un point fondamental: la conciliation des besoins de l'enfant et de celui des parents.

Ce dernier point me tient à cœur : or c'est grâce à "Parents Epanouis" que j'ai pu persévérer en parentalité positive en ayant confiance que cela ne signifiait pas que j'allais me sacrifier intégralement sur l'autel de la maternité

Car "Parents Epanouis" propose une vraie vision du rôle global du parent, et prend en compte ses besoins et son fonctionnement. Si sa première partie reprend en gros, sous une forme "narrée", les outils abordés en détails par "Parler pour que", il consacre en revanche une deuxième partie au parent
  • Par ses pages sur les besoins des parents et la nécessité absolue d'en prendre soin, 
  • par celles sur les besoins de l'enfant et la différence avec ses envies, 
  • par le chapitre looong et ô combien précieux qu'il consacre à la gestion de la colère des parents (un sacré sujet, hein... Et enfin, il ne s'agit plus de la réprimer, mais d'apprendre à l'exprimer à son enfant d'une manière qui ne soit pas nocive!!), 
il apporte des éléments essentiels qui sont plus ou moins totalement absents du manuel "Parler pour que...", et pourtant indispensables, à mes yeux, à la vie d'un parent embarqué pour une croisière au long cours.  
Des pages dont je n'ai pour le moment lu l'équivalent nulle par ailleurs, et qui font qu'à mes yeux, "Parents Epanouis" constitue un incontournable.

Moralité: si on est déjà à fond parentalité positive, commencer par "Parler pour que" ne nuira pas, mais commencer par "Parents Epanouis" peut s'avérer être une meilleure idée afin de prendre du recul sur son rôle de parent et éventuellement de recharger ses batteries. Et surtout, si on n'a pas commencé par "Parents Epanouis", il faut poursuivre jusque là!!

Dans tous les autres cas, comme dit plus haut, il vaut probablement mieux démarrer avec "Parler pour que".

7 commentaires:

  1. Çà tombe bien... C'était justement une de mes interrogations du moment! J'ai commencé Parler pour que il y a quelques semaines... Je le lis petit à petit, chapitre après chapitre en essayant de les mettre en pratique au fur et à mesure... J'aime beaucoup et ce livre m'a permis de vraiment prendre conscience de certains fonctionnements chez moi qui avaient besoin d'être ajustés...

    Mais je suis heureuse d'apprendre que Parents Épanouis apporte le complément et donne des clés pour mieux vivre la parentalité en se centrant cette fois du côté du parent (c'est du moins ce que je comprends de ton post...) Parce que j'ai souvent l'impression d'atteindre mes limites et j'ai le sentiment d'être une cocotte minute prête à éclater!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que cet article te parle!
      Débiter "Parler pour que..." en tranches comme tu le fais est très efficace ! N'hésite pas si cela soulève des interrogations chez toi ;-)
      Et vu ce que tu me dis, oui, il y a des chances que tu accroches bien avec Parents Épanouis. Il prend vraiment bien en compte l'aspect cocotte minute.
      Bon courage vraiment

      Supprimer
  2. J'ai lu "parler.." en premier. J'ai bien aimé certaines idées, mais je n'ai pas aimé la présentation "pour analphabètes", comme le Filiozat que j'ai lu. Des BD partout, qui redisent exactement ce qui est dans le texte. Des idées présentées comme des préceptes. J'ai donné, aussitôt lu, le livre à ma bibliothèque.
    J'ai ensuite emprunté "parents épanouis.." et là, j'ai aimé. De vraies réflexions, le processus de pensée suivi est bien développé et réutilisable.
    Donc je te rejoins complètement : pour du pré digéré, pré à l'usage => parler ...
    Pour une réflexion profonde sur le processus, pour trouver ses propres solutions => parents épanouis

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour votre articles �� super intéressant

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article, il est top et justement j'hésitais entre le 2 ^^

    RépondreSupprimer
  5. J'ai dévoré "Parler pour que..." que j'ai beaucoup aimé pour ses conseils concrets même si je l'ai trouvé insupportablement mal traduit et mal écrit.
    J'avais laissé l'autre de côté après avoir fait une overdose de livres sur l'éducation positive mais j'y reviendrais peut être plus tard, quand j'aurais besoin d'un coup de boost par exemple !

    Merci pour cet article très instructif, et pour ton blog en général que j'ai découvert je ne sais plus comment ce week-end. Je me régale de tes articles hyper détaillés, sur tes questionnements et autre. Deux articles par exemple pour savoir si il faut ou non acheter l'arc-en-ciel Grimms, je crois que j'ai trouvé ma maitresse en matière de prise de tête :D (c'est dit avec beaucoup d'humour et aucun jugement, rassure toi !)

    Bref, je m'abonne de ce pas à ton blog pour ne louper aucun autre article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello et bienvenue !
      merci pour ce gentil message qui me fait rigoler ;-)
      (concernant l'arc-en-ciel... sais-tu qu'il y a en fait TROIS articles dessus :D)
      à bientôt du coup !
      (et puis j'irai faire un plus gros tour chez toi, pour le moment j'ai juste vu que toi aussi tu étais plongée dans qui veut jouer avec moi!)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...