PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mardi 24 novembre 2015

Orientation(s)

Comme l'a montré mon silence relatif ici, la semaine dernière fut ... chargée : première semaine de boulot "entière", puisque mes débuts avaient été allégés par un 11 novembre très bien placé à mes yeux. Mais surtout une semaine bien remplie par la préparation du vendredi matin, préparation qui monopolisa mes soirées. Au menu de ce vendredi matin: 4 heures d'intervention dans une grande école, sur un thème en rapport avec mon métier.

Le timing de cette intervention n'était donc certes pas idéal; mais il m'a permis de vérifier encore une fois à quel point en matière d'équilibre vie pro / vie privée, il faut souvent savoir "perdre" un peu à un moment pour gagner gros ensuite, différer certains bonheurs/arrangements pour pouvoir ensuite pleinement en profiter sur le plus long terme.

Si je relis ma petite vie :
  • le premier "investissement" à ce niveau fut bien involontaire : Dame Nature ayant au départ refusé tout net de coopérer, nous sommes devenus parents avec un net retard par rapport à nos souhaits. Cela m'a permis d'expérimenter un poste incomparablement plus intéressant et épanouissant que ce que j'avais pu faire auparavant, et de glaner de l'expérience pro supplémentaire.
    Afficher l'image d'origine
  • cet investissement fut immédiatement rentabilisé puisque à l'arrivée de F. j'avais "fait mes preuves" et donc ai pu ne pas avoir à choisir entre un temps partiel ou le maintien à ce poste passionnant. Nouvel investissement cependant, car dans un monde de Bisounours j'aurais repris à 50%, au lieu du 80% qui fut mon rythme pendant 1 an.
  • l'expérience glanée pendant cette année supplémentaire, encore plus riche que celles qui l'avait précédée, m'a permis d'imposer d'être à temps partiel dans mon boulot actuel.
  • elle a également facilité et nourri cette intervention de vendredi.

Or depuis mon retour au boulot après F., je réfléchis et cherche à discerner quel sera le "bon" équilibre de demain pour nous (les Bouts, Monsieur Bout, et moi-même, mère/femme/working Gwen). Cette réflexion fut permanente, se nourrissant à la fois de mon quotidien de working mum, de ses bonheurs et malheurs, mais aussi de beaucoup de discussions avec des copines, collègues, etc, afin de faire émerger peu à peu ma solution à moi.
Cela fait quelques mois maintenant que se dessine une option possible pour concilier IEF et envie d'une activité à l'extérieur (ainsi que le confort d'un revenu d'appoint) : me constituer un petit portefeuille d'heures de cours/interventions dans des écoles de commerce, d'ingénieurs, etc 
- souplesse des horaires, puisque selon les cas je peux influer sur le positionnement de ces cours dans la semaine / année
- souplesse de la charge, puisque selon mes disponibilités et mes envies, je peux démarcher plus ou moins d'écoles, pour un nombre plus ou moins important d'heures de cours par semaine ou par mois

L'énergie investie pour préparer ce vendredi matin n'a pas été vaine
  • d'abord j'ai vraiment passé un chouette moment, et cela m'a permis de vérifier que oui, l'option cours pourrait vraiment être épanouissante pour moi; différemment de mon boulot actuel, mais épanouissante tout de même
  • il se trouve que le besoin exprimé par cette école m'a amenée, non pas à intervenir face à de simples étudiants, mais dans le cadre d'une formation destinée à des pro complétant leur expérience d'une année supplémentaire de formation; mon intervention s'est donc trouvée enrichie et dynamisée par leurs réactions, questions.... c'est un rapport différent à celui qui s'établit avec des étudiants, et je n'avais pas réalisé que ce serait plus proche de mon métier puisqu'il s'agit d'accompagner des professionnels. J'en ressors ainsi enrichie de nouvelles perspectives: pourquoi ne pas démarcher aussi des centres de formation pour professionnels, comme des chambres de commerce par exemple?
  • j'ai "mis le pied dans la porte" :
    • 1. j'aurai probablement l'occasion d'intervenir à nouveau au sein de cette école, il est déjà prévu de discuter d'une intervention pour une autre de leurs formations
    • 2. mes démarches auprès d'autres écoles gagneront en crédibilité puisque je peux maintenant non seulement présenter un projet séduisant, mais justifier d'une expérience réussie 
  • je suis opérationnelle, ou presque : l'imminence de cette intervention m'a obligée à bien structurer et détailler ce que j'avais à apporter
    • 1. à la moindre opportunité/contact pouvant déboucher sur quelque chose, je pourrai dégainer rapidement et de manière adéquate puisque je dispose désormais d'une trame construite que je peux proposer
    • 2. je pourrai plus facilement saisir des balles au bond, même sans avoir été prévenue longtemps à l'avance, puisque cette base ne demandera plus qu'un travail d'amélioration et d'adaptation, le travail de fond ayant été fourni.
Plus j'avance, plus je réalise qu'une boussole fiable, quand je suis confrontée à un choix pro un peu fatigant, est bien celui-ci : ce choix me permet-il d'envisager avec plus de sérénité et de confiance la suite ?  
  • Augmente-il ma capacité à choisir (en termes de "pouvoir" - être assez bien placée pour décider, imposer mes priorités) ? 
  • Améliore-t-il cette même capacité (en termes de "savoir" - savoir ce que je veux, savoir ce qui me/nous conviendra) ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...