PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

dimanche 9 avril 2017

Une Semaine en Parentalité Positive #9 (ou pas)

J'avoue avoir failli ne pas publier de billet pour cette semaine, tellement celle-ci a été difficile. 
Il y a eu des journées noires, et du coup 
  • ce sera une semaine à trous : croyez-moi, il y a eu nombre d'épisodes dont il serait difficile de tirer la moindre inspiration.
  • si certains exemples vous semblent très insignifiants, dites-vous bien que c'est que la journée concernée n'aura pas permis de livrer quoi que ce soit de plus élaboré...
Cependant, il m'est finalement apparu très important de persister dans ces billets, important pour moi: parce qu'avoir ce billet en gestation, c'est à la fois 
  • une incitation à essayer de gérer un tout petit mieux tel ou tel moment (histoire d'avoir un truc à écrire, zut!),
  •  et une incitation à voir mes interactions avec mes enfants sous un jour plus positif, en y repérant LE machin qui s'est quand même bien passé (même minime).
Par ailleurs, cette semaine aura été marquée par des réflexions, observations, décisions, que je viendrai partager avec vous en temps utile. C'est-à-dire plus tard, après un certain temps de décantation.

 
Samedi:
Depuis qu'elle a de nouvelles chaussures, du style babies avec bride à scratch, E. s'entraîne longuement à les enfiler seule. Ce qu'elle parvient à faire ce matin au moment de partir en excursion.
F. observe et dit
"Attends, je t'aide"
Il s'agenouille aux pieds de sa sœur, et avec beaucoup de concentration, lui attache les deux brides.


Dimanche: 
RAS. 
Oublions.
Parlons météo.
Oh, si, certains points restent toujours acquis, mais sont noyés par le flot des mini-catastrophes.


Lundi:
En fin de journée, je constate que F. a découpé une série de petits papiers qui jonchent le parquet du salon. J'exprime mon mécontentement et énonce la règle
"Je n'aime pas voir des petits papiers éparpillés par terre. Les petits papiers vont la poubelle."
Les petits papiers allèrent dans la poubelle (ou comment, malgré de fameux moments en loose ce jour-là, il est toujours possible de repasser en mode coopératif...) : un conflit d'évité, parmi 100 dans lesquels on s'est englué, c'est toujours un conflit d'évité bon sang!


Mardi:
Une journée difficile à plus d'un titre, plus que difficile même. Bison Futé dirait "noire dans le sens des départs et des arrivées." 
Bien évidemment le coucher s'en ressent.
Du coup, après une énième sortie de F. de sa chambre, c'est au tour de Monsieur Bout de perdre patience et de l'y ramener d'une manière manquant de douceur. Pleurs de F.
J'y vais, prends un F. très agité dans mes bras, m'assieds sur le tapis et le maintiens sur mes genoux. Je me contente ensuite de répéter une seule phrase qui, du reste, reflète également très bien mon propre état d'esprit :
"C'est dur. C'est très dur."
F. finit par se calmer et je le recouche. Il ne bougera plus de sa chambre.


Mercredi:
Au parc, un papa ravi vient me dire que F. jette du sable sur son fils (un an max...); comme ce n'est pas le premier comportement antisocial de cette sortie, je décide qu'il est temps d'arrêter les frais, je vais chercher F. doucement mais fermement et j'annonce que nous rentrons.
Méga colère... : F. décharge à la mesure de la journée qui a été difficile. 
Je traîne donc un F. hurlant hors du parc (dans ma grande chance, j'ai de la visite, donc ma copine est avec moi au parc et gère E. dans sa poussette), F. qui, si je le lâche, part en courant dans la direction opposée; dès que je peux, je le prends dans mes bras. Il se débat mais je le porte en mode sac à patates, lui dis "c'est difficile" et attends que ça passe (tout en avançant).
Coup de chance, nous croisons une famille dont F. avait calmé une petite fille en colère à l'aller en lui tapant la discute: renvoi d'ascenseur, ils font de grands coucous histoire de faire diversion. F. progresse vers le calme, je le porte ensuite lové contre moi pendant encore quelques centaines de mètres.

Jeudi:
Rien à déclarer, pour cause de
  • Journée passée en amoureux à Europapaaaark. En amoureux, donc sans enfants !!
  • Gwen en niveau zéro, aussi capable d'utiliser sa boîte en outils (et donc d'avoir une utilisation à narrer) qu'un escargot de danser du flamenco (si si. Si l'une d'entre vous sait me faire le dessin correspondant, qu'elle me l'envoie!)
  • Gwen en niveau zéro, qui laisse donc Monsieur Bout gérer le fiston le matin et le soir.

Vendredi:
F. découpe allègrement du papier au-dessus du carrelage.
« Oh, ça fait des petits papiers par terre. Les petits papiers vont à la poubelle. »
F. se déplace et continue à découper… au dessus de la poubelle. 
Prudente, je m'abstiens d'insister tout de suite, mais attends qu'il ait terminé pour répéter 
"il y a des petits papiers par terre".
Il ramasse.


Reprise trèèès légère en toute fin de semaine, on reprend les bases, et on y va doucement, un peu comme quelqu'un qui a lourdement chuté et qui se meut avec d'autant plus de prudence que les bleus liés à sa chute se rappellent encore facilement à son doux souvenir.

3 commentaires:

  1. alounette qui retourne à ses exercices appliqués de parentalité bienveillante10 avril 2017 à 23:33

    dans ces moments là il faut se rappeler qu'un processus d'apprentissage ce n'est pas un truc vaguement linéaire genre la ligne monte en douce progression avec au pire des palliers... Non non c'est un truc très oscillant montée descente montée descente montée un peu plus haute descente moins basse on y croit montée pas plus haute descente très basse :( bon tu vois le truc ? :D Le mieux dans tout c'est que les messieurs dames scientifiques ils ont prouvé que plus l'oscillation était fréquente (donc des pics de performances suivis de pics de loose) plus on apprenait.
    Appliqué aux apprentissages des enfants en gros ça donne : dans le bon contexte,avec la bonne personne, au moment où il a été le plus en forme il a réussi un truc super compliqué en graphisme, plus tard au milieu de bruit et, à moitié assis, un peu fatigué il a fait un gribouillage, et ainsi de suite... En ski Mini C est super quand elle skie juste derrière son moniteur à 10h, et elle va tout droit à 13h toute seule un peu fatigué mais le lendemain re pic de performance donc sa maman doit relativiser (ça sent le vécu ? ;)). Pour nous nous pouvons nous réjouir d'avoir beaucoup de possibilités d'entrainement et donc de performances contre performances en ce qui concerne les habiletés de parents bienveillants. Merci nos chers enfants. Par contre ne nous trompons pas ce sont des habiletés complexes et nous aimons la perfection ce qui nous voue à de multiples échecs.
    Je trouve aussi intéressant que tu aies noté cette semaine là parce que quand tu la reliras dans quelques temps tu pourras lire d'où tu viens ;)
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (j'adore ton pseudo : exercices appliqués = qqch en particulier, ou juste le fait que tes gamins sollicitaient ton attention et allaient donc de donner l'occasion de progresser encore et toujours ? ;-) )

      Merci en tous cas de ton commentaire réconfortant; c'est très intéressant cette histoire de fréquence de l'oscillation !! Bon eh bien chers amis j'apprends à vitesse grand V alors ;-)

      Ceci dit ça rejoint assez bien un truc qui m'avait frappée dès ma première lecture de Parents Epanouis, Enfants Epanouis : elles-mêmes disaient que régulièrement, après de belles périodes où tout était assez fluides, elles se retrouvaient en mode catastrophe avec tous les anciens réflexes de retour. Et ce après plusieurs années de pratiques, des ateliers réguliers ET en ayant Haïm Ginott en personne pour les accompagner.
      A l'époque ça m'embêtait un peu; j'avais plutôt envie d'entendre qu'au bout d'un moment on arrivait à un stade où tout était tout le temps cuicui les p'tits oiseaux.
      Maintenant, je me sens moins seule ;-)

      Bonne soirée !

      Supprimer
  2. aaaaahhh ! mais j'y croyais encore moi au moment où tout coulerait de source.Parents et enfants détendus partageant un bon moment ("pâte à tartiner au chocolat") ... :D qu'est ce que je suis naïve dès fois. En tout cas tant mieux si tu apprends. Et le coup des oscillations franchement ça permet de garder confiance en soi et en les autres (par hasard nos enfants) quand on les voit rater des trucs réussis parfaitement la veille parce que les conditions étaient un poil différentes. A nous de créer les conditions pour les oscillations.
    Et oui les exercices appliqués ici c'est tous les jours :) mais je ne sors l'ordi que quand je suis tranquille :)

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...