PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mercredi 22 novembre 2017

Des enfants sages (ou pas) à la messe

Vous aimeriez lire ici mes 32 astuces époustouflantes (et bien évidemment efficaces) pour m'assurer des messes en famille avec têtes blondes admirables de silence, de sagesse, voire même, hein, de recueillement?


Ce ne sera pas pour aujourd'hui.
Disons le tout de suite, nos messes à nous ne sont pas toujours un modèle de recueillement.
Voire même, à certains moments, nous en sommes venus à les redouter.
Je ne vais même pas vous confier qu'en ce moment, il semble que ça s'améliore, car je craindrais de conjurer le sort ainsi. Donc mettons que je n'aie rien dit.

Non. En revanche, je vais vous raconter deux jolies choses à ce sujet, parce qu'elles m'ont émues.

La première, c'est que l'un des points par lequel se distinguait le curé de notre paroisse à Strasbourg, c'était justement son attitude vis-à-vis de ce point-là.


Quand F. (c'était souvent F.) s'était fait remarquer durant la messe, il nous alpaguait à la sortie.
La toute première fois, cela a donné à peu près ce dialogue:
- C'était un peu dur aujourd'hui, hein?
- Oui..... [Monsieur et Madame Bout, rouges de confusion, regrettant que le sol du parvis de l'église soit pavé car c'est pô très pas pratique pour s'enfoncer sous terre]
et là... paf:
- J'espère que personne ne vous a fait de remarque, hein, au moins ?!  Si quelqu'un ose vous regarder de travers, dites-le moi tout de suite: j'irai mettre les choses au clair. Les familles sont bienvenues ici et la place des enfants, c'est à la messe! Le bruit, c'est normal, ils apprennent!

Autant vous dire que cela nous a puissamment aidés et encouragés à venir, inlassablement, avec nos enfants.  Et c'est ainsi que quand nous avons lancé, suite à notre séjour à Paray, le programme "Enfants sages à la messe", nous avons même osé nous mettre à nous asseoir au premier rang afin de permettre à nos remuants bambins d'être aux premières loges et de se sensibiliser à ce qu'il se passait.


Nous étions donc un peu inquiets,  concernant l'accueil qui nous serait réservé dans notre nouvelle paroisse
Et effectivement, nous nous sommes pris quelques remarques, coups d’œil très désapprobateurs, personnes se retournant ostensiblement pour fixer nos enfants des yeux, invitations appuyées à aller passer la messe dans un espace prévu pour cela, situé tout au fond de l'église et séparé par une vitre.

Et puis ce weekend, nous étions conviés au dîner des nouveaux arrivants de la paroisse, très sympa. 
Dîner à la fin duquel nous avons discuté un peu avec le jeune diacre attaché à ladite paroisse, très sympa aussi. 
Et dans la conversation (Euh, je crois que je lui ai même sorti "tenez, vous qui allez finir prêtre sous peu...") j'en suis venue à lui raconter la petite particularité de notre curé strasbourgeois, et à quel point celle-ci nous avait aidés, nous parents, à oser venir à la messe malgré les difficultés.
Notre nouveau curé lui-même causait à quelques pas.

Ce qui nous amène à ma deuxième jolie chose.

Le lendemain, messe dominicale. 

Au moment du mot de la fin, deux longues minutes prises par le curé pour attirer l'attention de l'assemblée sur le fait que les enfants ont leur place à la messe et que même une petite remarque, qu'on ne pense pas méchante, se révèle très dure à vivre pour des parents faisant de toute manière de leur mieux. 
Et que ce serait dommage de dégoûter ainsi des parents qui déjà font beaucoup d'efforts pour venir avec tout leur petit monde.

Silence.

Vague d'applaudissements.

A la sortie j'ai remercié un curé encore tout rougissant de l'accueil qui avait été réservé à ses mots. Avec un petit sourire confus de héros-malgré-lui, il m'a confié:
"Euh, du coup j'ai l'impression que c'était attendu depuis longtemps. Ça valait le coup, même si je dois me faire sonner les cloches par quelques personnes."

Alors un grand merci à toutes ces personnes, prêtres, et membres de l'assemblée, dont la capacité à accueillir encourage à ce qu'il y ait, sages ou pas: des enfants à la messe!

(c) Maïté Roche

14 commentaires:

  1. Oh c'est vraiment chouette ça !!

    RépondreSupprimer
  2. Il y en aura toujours pour confondre une église et la première classe du TGV... Par contre on peut applaudir à la messe maintenant? :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh m'dame quelle joie de vous lire!
      Excellente comparaison avec le TGV !
      Pour les applaudissements : pour ce jour là on en était plus à je scandale près...

      Supprimer
    2. Alors comment dire... n'en déplaise à certains les enfants ont aussi leur place en première classe du TGV et là aussi leurs parents font de toute manière de leur mieux. (nous n'allons pas dans les IDzen). Si dans notre société on ne supporte plus les enfants ça va devenir bien triste... (oui mon 2 ans a crié "Meuh" à une dizaine de vaches vu du TGV dans un trajet paris-avignon récemment que voulez vous que j'y fasse ? il était occupé, plutôt calme, presque silencieux sauf quand il a vu une vache. La personne derrière a soufflé bruyamment à chaque fois. Je propose qu'on interdise les vaches près des TGV ou les personnes qui soufflent bruyamment...)

      Supprimer
    3. Rho trop chou!!!
      Et tout à fait d'accord avec toi sur le fait de donner aux enfants le droit d'être des enfants en société.
      La seule différence que je vois entre TGV et messe est que les enfants ont le droit de prendre le TGV comme toute autre personne (et donc au pilori les personnes soufflant bruyamment), mais qu'il est IMPORTANT, VITAL que les enfants aillent à la messe donc c'est encore plus terrible que de telles personnes sévissent dans les travées de nos églises... tu vois ce que je veux dire? Dans la série contre témoignage....

      Supprimer
    4. Alors oui avec un petit effort d'imagination je vois bien que si on est chrétien catholique on se doit d'être content que les enfants soient là à la messe, parce que évidemment on ne veut pas être les dernières personnes à y aller... Mais je dois avouer que je n'ai pas une grande appétence envers les religions que je trouve ambigües aux plus hauts points quand elles parlent d'accueil de tous et que dans les faits elles rejettent beaucoup de monde :( :( C'est vraiment le point qui achoppe pour moi le plus dans la religion catholique (dans les autres religions il y a d'autres trucs...).
      Bon mais les rares fois où je vais à l'église (baptèmes, mariages essentiellement) évidemment j'emmène mes enfants avec moi. Ils aiment bien, sont fascinés (et il y a de quoi) mais il ne faut pas rêver ils n'y sont pas plus sages que dans le TGV et on une belle tendance à faire des commentaires forts dans les moments de silence :D C'était certainement lié au caractère exceptionnels des messes auxquelles nous avons assités mais nous n'avons heureusement eu aucun commentaires. (et si regards il y a eu j'étais bien trop occupée par les enfants pour les voir ;) ).
      Je suis sûre que progressivement vos enfants vont avoir un comportement plus adapté (de toute façon ils vont grandir) et en attendant vous allez être connu dans la communauté :)

      Supprimer
  3. Alors, là... J'admire! Moi, ça fait un moment que j'ai lâché l'affaire... Trop de messes passées au fond, près de la porte, dans les courants d'air... Trop de regards appuyés... Trop de suggestions plus ou moins bienveillantes ("Mais ils s'ennuient ces enfants! Ils seraient mieux à la garderie à jouer tranquillement!")... Mais c'est une situation qui ne me laisse pas en paix... Et cet article n'arrange pas les choses! ;-)

    Oui, avec l'Avent qui vient il est grand temps que je reprenne mon courage à deux mains et que je remue ma petite troupe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tellement!
      C'est un des points qui a lourdement pesé dans notre changement de paroisse à nos débuts à strasbourg : nous séchions de plus en plus souvent la messe
      Envoie ce billet à ton curé ?
      Plein de pensées pour l'Avent alors

      Supprimer
  4. Bravo ! un petit pas pour toi un grand pas pour ta paroisse ;)

    RépondreSupprimer
  5. Super chouette tout ça! J'aimerais beaucoup en apprendre plus sur ton programme "enfants sagas à la Messe", vous faites quelque chose de particulier?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, après Paray nous avions listé toute une série d'actions à mettre en place pour améliorer les choses (nous n'avons pas tout mis en place -encore?)
      - arriver à l'heure à la messe (GROS sujet chez nous)
      - se planter devant (fait à Strasbourg, pas osé dans notre nouvelle paroisse)
      - faire en sorte que les enfants de dépensent physiquement avant : à strasbourg nous voulions même nous pointer 1/4h avant pour que les enfants puissent courir dans l'aire de jeux à côté de l'église ; ici c'est faire en sorte que les enfants aient le temps d'aller courir dans le jardin avant de monter en voiture)
      - développer la sensibilité au religieux par l'inclusion dans le quotidien au moyen de 1. La réintroduction de la prière familiale 2. La lecture de petits bouquins adaptés 3. Éventuellement, le travail en amont sur les lectures du dimanche
      - investir dans toute une série de bouquins religieux et sexy en plus de ceux que nous avions déjà (la diversité et le renouvellement prévenant l'ennui)
      - investir dans des autocollants et coloriages religieux
      - se répartir les enfants pendant la messe et investir le temps et les câlins nécessaires pour inciter au calme et expliquer à voix basse certains moments clés
      - valoriser tous les efforts dans le bon sens (au lieu de dire "t'as été moyennement silencieux aujourd'hui" après, ou "chut, tais toi!" Pendant, souligner "whaou tu as réussi à rester calme pendant dix minutes !"
      Je ne sais pas si ça vous inspire?

      Supprimer
  6. Je plussoie à fond, mais je précise aussi : vraiment, quand vous avez des enfants, METTEZ-VOUS devant ! Je me bats avec mon mari pour ça, parce qu'il est grand, et qu'il ne se rend pas compte à quel point c'est dur d'être attentif quand on ne voit rien (même quand on est adulte)... Et j'ai vu la différence avec ma fille de 8 mois ! Une fois j'animais la messe et mon mari n'était pas là, alors pas le choix : il fallait bien la mettre devant dans sa poussette... Eh bien elle n'a pas moufté, parce qu'elle avait tout simplement QUELQUE CHOSE A OBSERVER... La louvette missionnée pour bondir sur la poussette en cas de pleurs a été bien déçue !! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette expérience encourageante !
      Oui, les fois où nous y parvenons, le résultat est souvent visible. (hélas, notre ponctualité n'est pas toujours euh... bon... enfin, tout dépend du fuseau horaire considéré quoi)
      Gros LOL pour la louvette (hum... je devrais m'en trouver une, tiens)

      Supprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...